Ariba troque ses bottes de sept lieux pour des petits souliers

Frappé de plein fouet par la crise, l'éditeur a abandonné les discours visionnaires et les rêves de grandeur pour le pragmatisme.

Votre opinion

Postez un commentaire