A peine digéré, AT&T renaît