En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Le service de streaming de YouTube fait grincer les oreilles des indépendants

Impala, un label musical d’indépendants, attaque YouTube en justice pour, entre autres, abus de position dominante.

laisser un avis
Le torchon brûle entre YouTube et les labels indépendants. Le prochain lancement d’un service de streaming musical par la filiale de Google inquiète ces professionnels de la musique. Après une première alerte de Win, c’est au tour d’Impala, un label d’indépendants (PIAS, Rough Trade, Epitaph, Naïve, Beggars, K7…), de monter au créneau en déposant une plainte auprès de la commission européenne.
La polémique porte sur les conditions tarifaires que veut leur imposer YouTube. Le groupe californien proposerait de reverser 45% des ventes réalisées sur sa plateforme quand d’autres services de streaming, comme Spotify ou Deezer, reversent entre 60 et 70%. En cas de refus, le site aurait menacé de ne plus les référencer. Youtube n’a ni confirmé, ni infirmé ces informations. Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, n'a pas attendu de confirmation pour qualifier ces conditions de «chantage». Selon elle, c'est « une menace pour la diversité musicale et pour le développement de nouveaux talents auxquels contribuent largement les labels indépendants.»
Dans un communiqué, Impala demande à la commission européenne de donner un carton rouge au site de vidéos en ligne. La plainte déposée porte sur « une série de violations des règles européennes de la concurrence »  parmi lesquels un abus position dominante. Pour Impala, YouTube est un « portier des marchés en ligne » qui crée des « barrières artificielles » pour protéger ses activités.

L'Open Internet Project soutient la démarche d’Impala

Dans un communiqué, Helen Smith, présidente exécutive d’Impala, lance un appel au commissaire européen en charge de la concurrence Almunia qui a « déjà souligné l'importance de la contribution apportée par les sociétés de musique indépendantes. » Elle lui demande donc de prendre des mesures urgentes contre la filiale de Google.
Toujours selon Mme Smith, le modèle économique de YouTube est une forme de discrimination qui est «  illégale quand elle est réalisée par des entreprises dominantes. Des règles européennes existent pour empêcher les entreprises agissant de manière abusive quand ils deviennent assez grands pour dominer le marché. » Elle demande aussi à Bruxelles d'empêcher l’application des contrats déjà signés avec trois majors.
Elle évoque aussi les peines encourues en matière d’abus de position dominante. « La CE pourrait également émettre une amende pouvant atteindre 10% de son chiffre d'affaires mondial. Avec des revenus publicitaires s’élevant à 5,6 milliards de dollars, l’amende pourrait s’élever à 500 millions de dollars. »
Après la fronde en Europe regroupée autour de l’association Open Internet Project, qui soutient la démarche d’Impala, la « Googlesphère » doit gérer un combat de plus en Europe.
Lire aussi :
- YouTube reporte le démarrage de son service de musique en streaming (07/04/2014)
- Aurélie Filippetti juge « très préoccupante » l'attitude de Youtube (23/06/2014)
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
La Hadopi rappelle les FAI à l’ordre sur des atteintes à l’interopérabilité
Concurrence : Google doit dévoiler son algorithme de recherche, estime Berlin
UberPop n’est plus banni en Allemagne et revient aux affaires
Données personnelles : la Cnil épingle l'opacité des applis mobiles
Vie privée : les autorités américaines veulent en savoir plus sur l’Apple Watch
Loi antiterroriste : le PRISM à la française en débat à l’Assemblée Nationale
Google et Microsoft sont les rois du lobby aux Etats-Unis
L'Hadopi lance une grande offensive contre le streaming illégal
Le Conseil d’État veut relier le numérique et les droits fondamentaux
Rémi Mathis (Wikimedia France): «Le droit à l’oubli viole la liberté d’information»
Numérique : les étonnantes nominations de la Commission européenne
Sites web et hacktivistes protestent contre l'internet à deux vitesses
Google parcourt les capitales européennes pour discuter du droit à l’oubli
Entrave à la concurrence de Google : Bruxelles relance le dossier
Google va rembourser 19 millions de dollars pour des achats intégrés non désirés
L’OTAN étend ses compétences de défense aux cyberattaques contre ses membres
Cartes à puces: Infineon, Samsung et Philips condamnés par Bruxelles
En dépit de l’interdiction, Uber veut continuer à proposer UberPop
Le parquet de Paris renforce son arsenal contre la cybercriminalité
Apple perd une manche contre Samsung