En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Des hackers revendiquent le piratage d'un serveur de l’AIEA

Un groupe de hackers s’est introduit sur un serveur de l'Agence internationale de l'énergie atomique et demande une enquête sur le programme nucléaire israélien.

laisser un avis
Dans un courriel envoyé à l’AFP, Gill Tudor, porte-parole de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a révélé qu’un hacker s’est introduit sur l’un de leurs serveurs pour voler des données.
La porte-parole reste vague et s’est contentée d’indiquer que « quelques détails sur les coordonnées d'experts travaillant avec l'AIEA ont été postés sur un site de hackers le 25 novembre 2012 ». On ne sait pas quand s’est déroulée cette opération. Le fichier mis en ligne comporte le nom de ces experts, l’entité pour laquelle ils travaillent et leur nationalité.
Le gendarme de la non-prolifération des armes nucléaires a reconnu qu’il s’agit bien de coordonnées d’experts à son service. Par contre, on ignore la fraîcheur de ces informations. L’agence s’est contentée de déclarer à l’AFP que ces informations étaient stockées sur un « vieux serveur fermé depuis un certain temps ». Pour atténuer l’opération, elle assure aussi que « des mesures avaient déjà été prises pour répondre à des inquiétudes sur la vulnérabilité potentielle de ce serveur ».
L’affaire a été tenue secrète jusqu’à la mise en ligne de ces informations sur le site Cryptome.org. Le groupe, qui se nomme Parastoo, y revendique cette « première opération ». Parastoo est un prénom féminin iranien qui exprime l’énergie et la colère.
Le groupe demande « une enquête sur le programme nucléaire d'Israël ». Considéré comme la seule puissance nucléaire au Proche-Orient, Israël est membre de l'AIEA mais n'est pas signataire du traité de non-prolifération nucléaire (TNP).
Dans le message envoyé à l’AFP, l’AIEA indique que ses experts « continuent d’analyser la situation et font tout leur possible pour garantir qu'aucune autre information ne soit vulnérable ».
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Microsoft et Facebook récompensent les chasseurs de failles de sécurité
Les hackers, nouveaux chouchous des entreprises
Lookout, la start up des hackers
Pour le lancement de Windows Blue, Microsoft défie les hackers
Spamhaus : la cyberattaque viendrait de Russie
La Maison Blanche exhorte la Chine à juguler l’espionnage industriel
Cybersécurité : l’Europe veut plus de transparence dans les secteurs stratégiques
Pour Eric Schmidt, la Chine sera une superpuissance numérique dangereuse
Hackers chinois : après le New York Times, le Wall Street Journal et CNN piratés
Bélarus : des hackers annoncent par SMS une fausse dévaluation du rouble
Kaspersky donne plus de détails sur l'opération « Red October »
La Suède veut durcir ses lois contre les cyberattaques
Les banques américaines redoutent une vague de cyberattaques
Des hackers au service des opposants syriens
Et si Tor débarquait dans Firefox ?
Failles Shellshock : le patch d’Apple est incomplet
Google augmente les récompenses pour les chasseurs de bugs
Ils ont volé un logiciel de l’armée américaine et des secrets sur Xbox One
Windows 9 s’appelle en fait... Windows 10