En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Pépettes show

Pépettes show
 

La France est-elle en déclin ? Pendant que nous sommes là à étudier les 10 cm carrés autour de notre nombril, les Américains, eux, ils avancent. Comme dans les films.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

26 opinions
  • petijean_
    petijean_     

    Un vieux con en retraite qui n'a que sa vieille télé et sons vieux PC, préféré a une vièille voiture ( 910 vieux euros par mois ) je trouve que la france c'est pas trop mal. Je dit bien pas trop. Quand je regard à la télé des reportages sur la misère du monde. y à pas quand Amérique ou l'on meur de fain, et manque de soins, c'est sur une échelle bien plus grande qu'ils vous faut regardé. Bon c'est vrais que le Rafarin, et nous les Français on sans fout des autres.

  • nachmouk
    nachmouk     

    "... l'idée de risquer un peu aujourd'hui pour gagner plus demain"

    c'est typiquement une attitude américaine du nord(*): dans un bouquin récent de Pascal Baudry ("Français & Américains : L'Autre Rive") l'auteur explique la culture française vue des USA. En voilà une synthèse personnelle : directement inpirée par une tradition ancestrale de la terre, la culture française serait celle du "perdre le moins possible". De son côté la culture américaine découle de sa (jeune)histoire de conquêtes : les terres prises d'office aux indiens, la Lune... C'est plus une mentalité de "gagner le plus possible".
    A part ça, on peut plus généralement faire une comparaison de l'Europe et des USA comme suit : D'un côté un vieux (plein de sagesse et de connaissances) et de l'autre un jeune (plein de spontanéité et d'énergie). Je pense que les opposer est stupide, chacun ayant ses qualités et ses défauts. Le problème n'est pas de savoir qui à tort et qui à raison, mais plutôt de savoir respecter l'autre. Et ça, c'est loin d'être gagné.


    * USA : pays dont les habitants n'ont pas de nom propre à leur patrie (les américains étant par définition les habitant du continent du même nom).

  • pierre_
    pierre_     

    La France est lente mais brillante et a de très bons experts en tout. Mais elle est comme une grenouille elle progresse par bond. Les Anglos ne nomment-ils pas les français de frogs avec raison peut-être. En France on a trop de bureaucratie...

  • Traroth
    Traroth     

    Ca sera encore pire. Je constate d'aileurs que nous meme, la planete qu'on recupere de nos ascendants, c'est pas joli joli..

  • Didier_
    Didier_     

    "Que vient faire ce sujet ici ? ". Un journal, même sur internet, est constitué par l'ensemble des articles que les journalistes y mettent.
    Pour ma part, je trouve que cette réflexion est ici à sa place :

    L'informatique est un domaine largement dominé par les américains, comme une grande partie des activités économiques et culturelle mondiales, dont le cinéma.
    Le journaliste utilise donc le cinéma comme illustration de cette réalité, en expliquant que cette situation serait due à des causes culturelles. C'est plutôt bienvenue, et change un peu des éternels débat Windows contre Linux.

    L'exemple est amusant, mais quel son sens ?
    Le film américain est-il supposé meilleur que le film français parce qu'on y tue plus de personnes et qu'on y casse plus de voitures ?
    Est-il meilleur parce qu'il est plus efficace ? Si cet article veut vanter le modèle américain, quel est la valeur d'un modèle présentant la consommation/destruction - de bien matériel et de vie humaine - comme source de plaisir ?
    Comment ne pas mettre en parallèle ce modèle avec l'esprit des actuelles propositions du Syntec valorisant la précarité ? (toute proportion gardée bien sur !)

    Le film français montre une personne (femme donc faible ?) qui se pose des questions. L'article parle ensuite des animaux. La différence entre l'Homme et les animaux est bien pour moi dans le fait d'avoir une conscience, et donc de pouvoir se poser des questions.
    Alors une femme qui se pose la question de traverser la rue me semble plus humaine qu'un "héro" qui " a déjà trucidé - légitime défense - un Noir, deux Latinos, trois Wasp et quatre Inuits et demi - politically correct oblige ; et cassé vingt bagnoles -".

    Cet article est à sa place mais il est inquiétant s'il traduit l'état d'esprit d'une majorité de décideur dans le monde de l'informatique.

  • OTTO_
    OTTO_     

    ..."nous perdons beaucoup aujourd'hui de ne pas avoir accepté les restructurations industrielles des années 70-80". Non mais on rêve tout éveillé ou quoi ?! Les charbonnages, les mines, les aciéries, les chantiers navals, l'agro-alimentaire, la confection, la chaussure, le textile, et j'en passe. Si cela c'est pas des restructurations, faites dans les années 80 (rappelez vous qd même les manifs de mineurs DANS Paris) avec un coût social exorbitant, certaines régions du Nord ou de l'Est ne s'en sont pas encore remise 20 ans après. Non mais vraiment on lit n'importe quoi sur internet !
    Les USA vont se casser la figure avant 20 ans; c'est écrit. Avant de copier, il faut quand même s'assurer qu'on est à côté d'un bon élève et pas d'un cancre...

  • OTTO_
    OTTO_     

    Super ! Barrez vous, vous nous pompez l'oxygène avec vos théories ringardes. La France, c'est au moins aussi bien qu'ailleurs, lisez les stats avant de la ramener. Le "e-commerce" pour les chats et les chiens ? Pourquoi pas. Mais beaucoup ont essayé - y compris en France - et tous se sont cassés le nez. Au piquet ceux qui passent leur temps à dénigrer sans rien faire de concret (journaliste par exemple). Allez prendre l'oxygène des américains, ça en fera moins pour eux et plus pour nous.

  • ZigZigSputnik
    ZigZigSputnik     

    Il s'agit d'un édito de 01 Informatique à l'origine.

  • Totor_
    Totor_     

    ... d'accepter l'idée de risquer un peu aujourd'hui pour gagner plus demain, ... peut-être ! C'est le principe de l'investissement ou du jeu de poker. Lorsque je disais que nous étions crispés, je voulais dire que nous craignons tous tout. je crois que nous perdons beaucoup aujourd'hui de ne pas avoir accepté les restructurations industrielles des années 70-80. Nous aurions dû foncer au contraire. Bien sûr, cela nécessite une confiance et transparence entre dirigeants et dirigés, par exemple. Ce qui n'est pas le cas, puisque les dirigeants eux aussi jouent "crispés".

  • Plum_
    Plum_     

    Toujours est-il qu'ils (nos descendants) récupererons une planete dans un état pas croyable parce que quelques générations de biiiip auront cramé toutes les ressources en pétrole, polué l'air, polué l'eau, polué les aliments, etc. Tous ca pour faire consommer, tout et n'importe quoi, pour que quelque uns entassent des montagnes de fric à vendre du vent. Où sera la valeur ajouté de notre génération dans tout ca ? Ils seront aussi heureux d'apprendre que des molécules pouraient guérir certains cancers mais que les études ont été abandonnées, parce que "pas assez rentable" !

    Comme l'a dit tres justement un autre intervenant, ainsi que Freud, l'homme est en quete de bonheur. L'argent n'est qu'un moyen mais pas LE moyen (beaucoups font la confusion).

    J'ajoute que personnelement, je suis ravis d'avoir fait des études d'avoir acquis de l'expérience pour lire tous les 15 jours, ici meme, que les informaticiens (et les autres) ne vaudront plus un kopec, et que la misère est pour bientot (cf. externalisation, délocalisation, Chine, Inde). Note en passant : quand tout le monde sera au chomage, grace aux externalisations bienfaitrice, a qui ils les vendrons leurs produits ?

    Nous serons donc pauvres, polués, contaminés mais l'économie, elle, se portera bien. Mais alors, dans ce cas, elle sert à quoi, l'économie ?

Lire la suite des opinions (26)

Votre réponse
Postez un commentaire