En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Milka.fr, la justice tranche pour le chocolat

Kraft Foods va récupérer le site créé avec le prénom d'une couturière de la Drôme. Milka Budimir a un mois pour s'exécuter.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

256 opinions
  • MCTH
    MCTH     

    Avec Milka la justice est vache mais juste
    Il semblerait que vous méconnaissiez la propriété intellectuelle.
    1/ un nom de domaine se loue par annuité c'est tout comme un numéro de téléphone
    2/ la marque déposée, de plus notoire rend indisponible son utilisation pour tous tiers elle confère un monopole tout comme votre carte d'identité est unique et vous identifie...
    3/ Madame Milka Budimir qui exploite 2 boutiques régionales à l'enseigne MILKA COUTURE avait été invité par Kraft à modifier milka.fr en milkacouture m'a t'elle dit au cours d'une longue conversation à leur frais !

    Mal conseillée sur ses droits, confortée sur sa future victoire par des personnes non compétentes en la matière et non investies financièrement dans l'aventure, elle a été poussée à la dépression et comme je le lui avais dit vers l'échec, lui proposant de tenter (après avoir perdu en 1ère instance) de tenter une conciliation gracieusement en prenant contact par l'intermédiaire de l'une de nos organisations.

    Malheureusement selon les conseils et les mauvais avis qui lui furent donnés elle persista et comme prévu échoua. Les responsables sont bien les conseilleurs amateurs ou professionnels qui la poussèrent et donnèrent de mauvais avis comme votre analyse qui ne prend pas en compte les règles de l'art en la matière.

    Lucien David LANGMAN
    Président de la Cie des Experts MCTH
    Expert en Contrefaçon et PI

  • shaina75
    shaina75     

    Je pense qu'il ne faut pas s'en prendre à Milka de Kraft car cette marque existe depuis des années. Je trouve qu'il est tout à fait normal que la compagnie demande la suspension, l'acquisition ou la requalification de l'URL.
    Avant de donner le nom d'une marque, il est très important de savoir si ce dernier est disponible. c'est idem pour un site internet. Cependant, ce qui est regrettable, c'est que la peine pour Mme Milka B. soit lourde.

  • pp_
    pp_     

    est tout aussi pertinant que MILKA COUTURE. Il n'y a pas lieu de blamer celui qui prend un nom de domaine et rapport avec son activité si activité réelle il y a.
    Dans le cas présent je trouve que la justice se place un peu trop du coté des gros.

  • oxidor
    oxidor     

    Ce qui est bizarre dans cette affaire, c'est que, maintenant qu'ils ont gagné, Milka n'utilise meme pas ce nom de domaine, sur milka.fr, vous êtes immédiatement redirigé sur kraftfood.

    Le premier tribunal n'a trouvé aucun tort à charge de milka ? Il y en a pourtant un qui devrait leur sauter aux yeux: poursuites téméraires et vexatoires.

  • niliubpiugbi
    niliubpiugbi     

    iubiugbibbul

  • Mehdi_
    Mehdi_     

    alors moi je habite cate adrasse alors reponde moi sur mon e-mail

  • J_
    J_     

    Voilà une belle faute professionnelle.
    Dans ma société j'aurais viré le responsable de la communication pour une telle imprévoyance.
    Milka.fr, en France, aurait dû être acheté dès la création des .fr.
    A bon entendeur salut.

  • J_
    J_     

    Il n'est pas fermé mais il faut un mot de passe pour accéder complètement.
    Il y a une vache en photo! Encore plus provoquant pour kraftfoods!

  • Crafty
    Crafty     

    Malheuresement, il faut bien le dire, justice a été bien faite dans ce cas présent. Bon je me doute qu'une tonne de posteurs va me tomber dessus en criant des phrases pas jolies jolies avec plein de fautes dedans mais bon, au moins j'aurais donné mon avis !
    Dans l'histoire, Kraft a raison, ceux qui n'ont pas fait leur boulot ? Afnic, Me Haas, brave avocat de la dame. Me Haas l'a envoyé droit dans le mur, l'afnic a pas fait son job, aussi simple que ça.
    Certes les méthodes employées par Kraft sont peut-être à revoir, mais il ne faut pas pratiquer la langue de bois ici... Même si j'ai beaucoup de compassion pour cette brave dame, ou elle s'est laissé berné par son avocat (ses fils ?)ou bien elle voulait récupérer un peu d'argent par cette méthode (bizarre qu'elle ait tentée de doubler la mise proposée par Kraft à un moment...).

  • sinutal
    sinutal     

    De toute façon je ne consomme pas ces produits.

    Inciter au boycott ? Attention chers internaute, l'incitation au boycott peut aller loin.

    Personnellement je pense qu'il faut remettre cette affaire à sa dimension réelle : peanuts.
    Pour moi il n'y a pas de méchants ou de gentils, il y a uniquement deux parties, l'une plus conne que l'autre pour ne pas arriver à trouver de terrain d'entente.
    Certe, le site ne faisait pas ombrage à Kraft... mais miss Milka avait tout à gagner en changeant son nom de domaine : Milka USA lui proposait de l'argent, et de toute façon cela lui aurait fait un peu de pub.
    Refuser cette offre n'est pas quelque chose de logique si on désire croire que miss Milka est "juste" ; si elle a refusé cette offre et s'est obstiné si loin en justice, c'est qu'elle en espérait encore plus, d'argent. Ce qu'elle n'aura pas (sinon un peu plus de pub).

    La pierre aussi à Milka USA qui se réveille quand la caravane est passée depuis des lunes : "hein quoi ? nous n'avons pas le domaine en .fr ? Une couturière vous dites ? A l'attaque !!".
    Certains d'entres-vous disent que "oui mais la marque milka existe depuis plus longtemps que le nom de famille milka" ; vous en savez quoi ? vous connaissez son arbre généalogique ?

    Bref, pour moi cette affaire n'aurait même pas dû arriver en justice ; un tribunal devrait pouvoir dire : "désolé, mais arrangez-vous entre vous... nous avons des affaires beaucoup plus sensibles que cela à traiter".
    Milka USA, qui a un poids financier certain, ne joue pas franc jeux non plus : il lui suffisait de faire une proposition "qui ne se refuse pas" et l'affaire était réglée !

    Pour moi, la justice ne devrait pas avoir à trancher pour ce genre de différents type bac-à-sable.

    @+

Lire la suite des opinions (256)

Votre réponse
Postez un commentaire