En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La Cnil ne veut pas du numéro de sécurité sociale pour le dossier médical personnel

La Cnil ne veut pas du numéro de sécurité sociale pour le dossier médical personnel
 

La Commission estime que son utilisation n'assure pas un accès sécurisé au DMP. Elle conseille la création d'un identifiant spécifique.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • lgojac
    lgojac     

    Quel que soit l'identifiant d'un dossier médical, c'est la sécurité d'accès qui posera problème. Le dossier médical ne doit être accessible qu'avec une clef secrète (un mot de passe quoi) que seul le patient possède. Dans ce cas, la médecine d'urgence ne peut y accéder que pour des individus conscients.
    A moins que le code ne soit sur la carte vitale, mais comment empêcher l'utilisation d'une carte vitale à l'insu de son propriétaire ?

    Tout cela pour tenter succinctement de démontrer que la problématique de la confidentialité n'est pas l'identifiant unique mais bien dans la pratique d'accès elle même. Bien sûr il est moins gênant de parler de l'identifiant unique qui ne remet pas en cause l'immense "porte avion" en gestation.

    Je me fiche totalement que mon numéro de sécu soit mon identifiant unique dans mon dossier médical. A la limite, celui-ci possède une clef de contrôle qui limite les erreurs de saisie.
    Par contre je suis bien plus intéressé par les procédures de contrôle de l'octroi de certificats permettant l'accès à mon dossier. Tous les combien les certificats ne seront plus valides ? Que se passera-t-il "automatiquement" quand mon médecin partira en retraite ? Pourrai-je interdire l'accès à mon dossier à un soignant dans lequel je n'aurai plus confiance (je sais pas moi l'amant de ma femme par exemple ? ;-)) )? Bref je suis bien plus inquiet de ma maîtrise à moi de mes données médicales. Que le patient soit réellement propriétaire de son dossier semble passer au dernier plan.

Votre réponse
Postez un commentaire