En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Jeu de go
 
L'intelligence artificielle AlphaGo a battu le champion d'Europe de jeu de Go au mois d'octobre 2015. - Deep Mind

Après avoir perdu le quatrième match, le programme AlphaGo a confirmé sa domination en remportant la cinquième et dernière manche. Même si cette partie a été bien plus serrée.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • ethic
    ethic     

    Logique ou intelligence artificielles ?
    La confrontation homme-machine au jeu de go relatée ci-dessus amène à approfondir le sens de notre humanité. Depuis plusieurs décennies, le terme ‘Intelligence Artificielle’ (I.A.) est communément utilisé. Il recouvre la simulation de ‘réseaux neuronaux’ par des logiciels d’apprentissage autour d’un référentiel de départ. Il s’agit bien ici de ‘logique de calcul’ développée dans l’abstraction de la technique : ne peut-on alors voir un risque d’oubli du réel de notre intelligence ?
    Sur ce fond de philosophie matérialiste, comment ne pas faire le parallèle avec l’esprit humain identifié au seul cerveau comme l’induit l’ « homme neuronal » de J.P. Changeux ? Or combien cette réduction au seul discours technologique – dont il ne s’agit aucunement de minimiser les apports spécifiques de méthode – invite a contrario à revisiter la richesse de l’être humain dans sa constitution et sa réalisation : la philosophie réaliste nous ouvre à l’intuition, à la conscience de soi, à la perception des qualités, aux affects qui sont autant d’éléments relatifs à l’intelligence humaine.
    Alors un dialogue fécond entre la science et la philosophie peut prendre place : fondé sur une unité au service du réel et vers une finalité au-delà du processus cognitif comme nous le suggère la pensée de M. Blondel.
    Avec cette ouverture, s’estompe aussi comme une honte de l’homme devant la machine à l’efficacité de calcul vertigineuse : sur fond d’une fatigue d’être soi et d’un refus de notre finitude, la technologie deviendrait la cible d’une anthropologie de déconstruction et conduirait à dissoudre la particularité de l’être vivant – et spécifiquement de l’être humain – pour une ère du trans- (voire du post-) humanisme.

Votre réponse
Postez un commentaire