En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Quand Samsung veut faire taire un client qui se plaint sur Youtube

Pour procéder à un échange, le fabricant coréen exigeait qu'un consommateur retire une vidéo montrant un mobile dont la batterie avait surchauffé. Raté : le jeune homme a préféré dénoncer cette pratique... toujours sur Youtube.

laisser un avis
Le mobile victime de surchauffe
Voilà un bien mauvais coup de com’ pour Samsung. Il y a quelques jours, GhostlyRich, un jeune canadien fan de Youtube, publie une vidéo dans laquelle il montre son Galaxy S4… sérieusement mal en point. Il est en partie brûlé autour du connecteur USB. Selon lui, le téléphone a surchauffé durant la recharge, pourtant effectuée avec le chargeur officiel –lui aussi en partie calciné au niveau de la prise. 
Son téléphone encore sous garantie, il a évidemment demandé en parallèle un autre portable en échange. Las ! Quelques jours plus tard, Ghostlyrich reçoit une longue lettre truffée de jargon juridique. En fait, un contrat qu’il doit signer pour obtenir un nouveau téléphone. Qui comporte une clause importante : afin de recevoir un nouveau portable, il doit « accepter de supprimer [la] vidéo ainsi que tout autre lien ou déclaration relatifs à ce sujet, et de ne pas créer d’autres vidéos ou déclarations à propos ou en rapport avec le sujet. ». D’autre part, il doit aussi garder le silence à propos de ce «deal». 
Mais Ghostlyrich ne l’entend pas de cette oreille. Plutôt que de signer la lettre et d’effacer les images de son Galaxy S4 brûlé, il revient à la charge dans une nouvelle vidéo… Dans laquelle il dénonce les pratiques étonnantes de la filiale canadienne du géant coréen. « Je n’avais pas de souci avec le fait de supprimer ma vidéo […] Mais le reste de la lettre est un tissu de conneries » explique-t-il, un peu énervé, dans la vidéo ci-dessous. 

 « Cette lettre entière me dit que je n’ai pas le droit de parler de ce problème. Tous mes abonnés (à sa chaine Youtube ndlr) vont se demander comment ça s’est terminé… Et je ne pourrais même pas leur en parler  » poursuit-il. Avant de terminer en explosant : « J’étais un fan de Samsung, maintenant je vous le dis : allez vous faire foutre ! »
Peu probable que Ghostlytrich reçoive un nouveau Galaxy S4 après cette sortie bouillonnante… Mais il est devenu, du coup, une petite star : alors que sa première vidéo n’avait été vue que par moins de 100 000 personnes, la seconde, dans laquelle il critique vertement Samsung, s’approche des 450 000 vues.  Voilà un exemple parfait de l’effet Streisand : en tentant de limiter la liberté d’expression d’un internaute, en voulant minimiser un problème subi sur l'un de ces appareils, Samsung n’a fait qu’attirer davantage l'attention. Une leçon à retenir ?
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Google réagit au projet de Hollywood révélé par le hack de Sony
Surveillance du Net : l'EFF poursuit la NSA pour violation de la loi américaine
Orange accusé d’avoir piraté les serveurs d'une start-up américaine
Hack de Sony Pictures : d'anciens salariés portent plainte pour défaut de sécurité
Procès des DRM d'iTunes : Apple est déclaré non coupable
UberXS : le plan B pour remplacer UberPop en 2015
L’algo d’Uber fait des siennes pendant la prise d’otages australienne
Google News España a fermé : un coup dur pour Google et les éditeurs [MàJ]
Uber ne renoncera pas à poursuivre le service UberPop après le 1er janvier
Affaire des e-books : un juge favorable à Apple
Droit à l’oubli : en France, 50 000 demandes ont été envoyées à Google
Sony tente de museler les médias qui exploitent ses données volées
UberPOP interdit au 1er janvier
Les taxis mobilisés contre Uber à Paris
Free débouté : l'Arcep peut poursuivre ses mesures de qualité de l'Internet fixe
Entrave à la concurrence : l'UE va réinterroger les concurrents de Google
Le tribunal de commerce de Paris refuse d'interdire UberPOP
Google préfère fermer Google News en Espagne plutôt que de payer les éditeurs
I. Falque-Pierottin (Cnil) : «La protection des données est un droit fondamental»
Livraison par drones : Amazon menace de réaliser ses tests hors des Etats-Unis