En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Voiture à hydrogène : la route est encore longue

Sur le papier, la pile à combustible est la solution idéale pour l'environnement. Mais les défis sont nombreux et les coûts beaucoup trop élevés pour envisager une commercialisation avant 2015.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • tractidro
    tractidro     

    les intérets des petroliers et de l'état sonts trop coriaces devant l'avance technologique du moteur a hydrogéne

  • moteur à hydrogène
    moteur à hydrogène     

    Mesdames Messieurs,
    En ma qualité de secrétaire de la Fondation Relax-énergies 0%CO2, je vous contacte par rapport à l'extrême gravité de la situation de la Planète face au réchauffement climatique.
    En effet, nous, I R C, disposons d'une technologie permettant la modification des moteurs thermiques de tous types, tous modèles, pour leur conversion vers un combustible propre , le Di-hydrogène (H2), injecté dans la chambre de combustion. (avec augmentation du rendement des moteurs de 20%)
    Ce vecteur d'énergie (H2) ne peut être produit de façon massive sans émission de CO2 qu'à partir du nucléaire par procédé VHTR (Very High Temp.) de génération IV cycle Iode/Soufre avec un rendement de 50% environ.
    Ce procédé nucléaire moins dangereux que les formes classiques, génère de la chaleur pour dissocier la vapeur d'eau à 950 °C et utilise des billes enrobées de thorium qui sont envoyées dans le réacteur comme combustible.
    Super-Phénix, aurait pu faire la transition dans le cycle chaleur / hydrogène, et nous aurait permis de commencer la production de H2, mais on le démonte !
    Il faudrait environ 50 centrales de 600MW pour satisfaire la demande en France et produire du Di-hydrogène et de l' électricité, nécessaires, dans un même temps.
    La société AREVA possède l'expertise et les plans pour cette configuration.
    Actuellement, il est produit par reformage du pétrole avec dissémination massive du CO2, c'est absurde !.
    D'autre part, le Di-hydrogène pourrait circuler dans les tuyaux de GDF mélangé au gaz de ville pour réduire à la fois les coûts et la pollution par le CO2, à l'usage des chaudières.
    En ce qui concerne le stockage, le Di-hydrogène est aujourd'hui sécurisé et peut être retenu sous forme cryogénique dans des containers capables de le conserver 40 jours sans la moindre perte.
    Je constate l'immense difficulté à promouvoir cette solution alternative, qui fait partie d'une piste potentielle et durable parmi d'autres technologies.
    A cause de lobbies très puissants des financiers, de l'économie peu motivée au changement, de l'incompétence des décideurs actuels, des politiques qui ne s'impliquent pas, nous perdons du terrain sur la catastrophe qui nous attend.
    Alors ? Pourquoi tant de résistances au progrès, de lenteurs, de sourde oreille, en d'autres termes, la Terre souffre et va nous le faire savoir avant 40ans !
    Je vous contacte afin de savoir si nous pouvons agir ensemble, au plus vite dans l'intérêt général ?

Votre réponse
Postez un commentaire