En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Sous pression française, Microsoft convertit Office au format libre OpenDocument

Sous pression française, Microsoft convertit Office au format libre OpenDocument
 

Pour satisfaire aux exigences du ministère de l'Economie et des Finances français, Microsoft annonce ce 6 juillet l'interopérabilité de ses applications bureautiques Office avec le format de document libre, OpenDocument.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Miaouzz
    Miaouzz     

    J'ai participé à des réunions sur le RGI, et jamais il n'a été dit ou même insinué que le but était d'écarter Microsoft des marchés publics. Je ne sais pas d'où ça sort, mais ce n'est pas l'objectif du RGI! D'ailleurs, cela ne serait pas légal.

    L'idée est plutôt de fixer des règles concernant l'emploi de formats permettant de garantir une meilleure interopérabilité entre les admnistrations, et l'administration et les citoyens. Certes, l'utilisation de formats libres a été préférée aux formats fermés dès lors que c'était possible, mais rien n'empêche un éditeur (Microsoft par exemple, mais d'autres peuvent être concernés) d'intégrer des convertisseurs de qualité acceptable dans leurs logiciels. Ce n'est pas une grosse dépense pour eux, ils seront alors conformes et rien n'empêchera leur choix dans le cadre d'appels d'offres.

    Notons au passage que le code des marchés publics a pour principe de base de garantir la libre concurrence. Le fait de se rendre dépendants de formats fermés et de logiciels propriétaires va à l'encontre de ce principe. C'est donc un réajustement nécessaire qui, j'insiste, n'exclut nullement Microsoft pour peu qu'ils fassent preuve d'un peu de bonne volonté.

  • Belzebuth_2
    Belzebuth_2     

    un interlocuteur de l'administration française. Quand on voit les coûts en licence Office supportés chaque année par les administrations (lesquelles voient pour la plupart leur budget se réduire), on comprend tout à fait qu'on veuille essayer d'éviter les dépenses inutiles. Passer à Open Office permet déjà de sérieuses réductions (et oui, le blabla sur le "coût total de possession" cher à Microsoft n'est que du vent, la majeure partie des gens de toute façon ont appris Office sur le tas, et ce coût de possession-là n'a pas été chiffré...)

  • Sinnerman
    Sinnerman     

    Une fois de plus c’est surtout pour éviter que Microsoft se venge sur les centaines de milliers de postes passant en OpenOffice, car si ils ne veulent pas rendre leurs systèmes de fichiers interopérables cela provoquerai une balance favorable au achat des licences Office.

    Mais cette nouvelle est vraiment intéressante que si vous vouliez pouvoir faire du traitement de l’information par des ODBC pouvant exporter du XML (Open ou non) soit surtout pour mettre en place de l’open Office et être sur que les futurs documents des entreprises externes en version Office 2007 peuvent être lu par votre suite Open Office.

    Un petit lien :

    http://www.01net.com/article/222242.html
    http://www.google.fr/search?hl=fr&q=minist%C3%A9re+openoffice&meta=

  • bruno666
    bruno666     

    " D'après un interlocuteur proche du dossier, il s'agirait surtout pour l'Administration française d'écarter Microsoft des appels d'offres. Et, ce, en effectuant « des recommandations sur les systèmes d'information de préférence incompatibles avec ceux de Microsoft ». "

    La phrase pourrait laisser supposer que cet "interlocuteur" fait partie de "l'administration française", ce qui n'est a mon avis, très certainement pas le cas.

    Celle ci n'a aucunment une volonté d'écarter tel ou tel éditeur de logiciel ou prestataire de service. Par contre, l'enregistrement des données administratives dans des formats ouverts est une garantie de pérénité et d'interopérabilité. C'est un point essentiel que chacun peut comprendre facilement. C'est une des raisons majeures qui ont poussé de nombreuse administration en France et ailleurs à adopter des logiciels qui utilisent des standards ouverts.
    De toute façon c'est aux prestataires de services de se plier aux cahier des charges d'un appel d'offre et non l'inverse.

    Le fait que Microsoft rende sa suite bureautique compatible a ces standards est une excellente chose, me si elle est bien évidemment motivé par la peur de voir ses parts de marché être rognées dans un secteur générant de très confortables profits.

Votre réponse
Postez un commentaire