En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Moins cher... mais à quel prix ?

Moins cher... mais à quel prix ?
 

Les prix baissent. Les raisons en sont multiples et l'on peut citer pêle-mêle les progrès dans la conception et la fabrication des produits, l'augmentation des volumes...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • tristan_
    tristan_     

    C'est marrant quand même, il y a 10 ans, quand je faisais mes études d'économie, ce qui était présenté comme le discours ultime sur les organisations économiques, c'était la qualité. On n'avait que les notions de qualité maximum du modèle japonais à la bouche. 10 ans plus tard, c'est dire, pas très longtemps, oublié tout ça. Tout le monde produisant des objets de qualité identique, c'est le cout qui est à nouveau le moteur de la compétitivité. Comme quoi, les orientations stratégiques des entreprises ne sont que des modes. D'ici 10 ans, elles se seront jetées dans une nouvelle façon de voir les choses.

  • Nicolas RICHARD
    Nicolas RICHARD     

    Votre vision fataliste et aquoibonniste ( à quoi bon! on y peut rien, ma petite dame, c'est comme ça, ainsi va la vie ) est une défaite de l'intelligence du monde économique et industriel, une défaite de la raison et de la capapcité des hommes à maitriser leur destin et leur histoire, et en définitive une défaite de la liberté et de penser et d'agir. Lourd handicap ! C'est grave ! ... mais il y a des remédes.

    Pour ma part je propose une réécriture du dernier paragraphe de l'article de M Green , en ces termes :

    "Voilà, pressés par une féroce concurrence, des grosses prises de risques industriels , des coups de poker financiers, les fournisseurs baissent leur prix et pour conserver leurs marges et leurs parts de marché, sacrifient la qualité et explosent les coûts indirects. Le problème est que le systeme et cette spirale d'une concurrence sur les prix rends impossible de payer plus pour maintenir la qualité de service et réduire globalement le coût total à long terme. L'exemple du transport aérien est un autre domaine où ces derniéres années des petits malins sont venus faire des coups en cassant les prix, mais se sont globalement cassés la gueule, et ont généré de la casse sociale, sans parler de la casse financiére !

    Du coup, on se posera la question de savoir comment et pourquoi la France à l'un des prix de vente d'éléctricité le plus bas du monde, pourquoi et comment nous avons depuis longtemps le réseau télphonique le plus moderne et performant du monde, comment et pourquoi notre réseau férré et le TGV sont une référence indutrielle "on the earth", Airbus est finalement passé devant Boeing , ...... etc ... "

  • Barbara_
    Barbara_     

    Ca fait partie de la logique du jeu capitaliste, et il faut espérer qu'il y a des régulateurs naturels. Lesquels ? Un besoin d'éthique de la part du consommateur, entendu par le fournisseur de biens ou de services.
    Mais il ne faut pas tout dramatiser même si effectivement les mécanismes de recherche de la rentabilité impliquent des cycles de plus en plus courts... On n'a qu'à voir les appareils électroménagers vendus il y a 20 ans... Le problème avec les services, c'est que cette baisse de qualité fait fuir plus vite le consommateur et les actionnaires... du moins l'effet est ressenti médiatiquement comme plus violent.
    Ainsi va la vie...

Votre réponse
Postez un commentaire