En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

(Mise à jour) Les électeurs brestois adoptent le vote électronique

A l'occasion du premier tour des élections régionales, Brest est devenue la première ville à utiliser officiellement le vote électronique, pour un scrutin politique, depuis les années 70. Un succès auprès des électeurs.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

48 opinions
  • HEVHE
    HEVHE     

    BEN VOYONS... tu te réveilleras peut-etre (trop tard) quand une loi du gouvernement décrètera s'opposer au décomptage manuel des voix...faut que tu te renseigne plus que ca, mon gars, demande a des specialistes ! parceque, si tu ne le sais pas, certaines municipalités sont contre. Mais renseigne toi tout seul....

  • GUIGNON
    GUIGNON     

    Salut Alain,
    A tout hasard, serais-tu le Alain LEBIHAN qui était au lycée technique à Rezé en 1968 ?. So oui, merci de m'écrire [color=#ce0000][g] "Pas de [url=http://forum.telecharger.01net.com/telecharger/a_propos_de_telechargercom/fonctionnement_du_forum/reglement_du_forum__pas_de_questions_techniques_ici__-383468/messages-1.html]mail[/url] sur le forum."[/g][/color]

  • huitre
    huitre     

    Passionnant ce topic (vite récupéré par des partis politiques)

  • Chris PERROT
    Chris PERROT     

    En Irlande, la commission chargée d'évaluer le
    système NEPAD a annoncé quelle ne pouvait
    garantir la fiabilité de ces machines et le respect
    du secret du vote.

    ===========
    "Le Gouvernement Irlandais avait comme projet
    d'organiser les élections Européennes et
    locales de Juin 2004 en vote électronique.

    La système Nedap/Powervote également utilisé
    en Hollande et plus récement à Brest en France
    avait été choisi, acheté et adapté au système
    électoral Irlandais.

    Changement de programme le 30 Mars 2004, le
    Ministre de l'environment et du gouvernement
    local, Martin Cullen, a annoncé que le vote
    électronique ne sera pas utilisé lors des
    élections locales et Européennes en Juin."

    Source:
    http://www.poureva.be/article.php3?id_article=10
    9

  • David GLAUDE
    David GLAUDE     

    Evidemment il y a un programme qui tourne dans la machine. Ce programme pourrait être modifié, piraté, se planter, disfonctionner, ...

    Il n'y a pas un rouleau de papier qui imprime les votes un par un. Heureusement, car sinon il n'y a plus de secret du vote puisqu'il suffit de connaitre l'ordre de vote des électeurs pour connaitre ce qu'ils ont votés.

  • David GLAUDE
    David GLAUDE     

    Information trouvée sur le site officiel de Brest.

    Question économie de papier, le plus important c'est qu'il n'y a plus moyen de contester le résultat des élections ou de compter entre citoyen.

    Les élections ne sont plus contrôlés démocratiquement...

  • David GLAUDE
    David GLAUDE     

    Une bonne nouvelle pour les Irlandais (et une mauvaise pour les responsables des élections à Brest):
    http://www.poureva.be/article.php3?id_article=109

  • Hubert Casel
    Hubert Casel     

    La machine à voter a fait sa première apparition
    dans la cité du Ponant les 21 et 28 mars 2004.
    Première en France, cette expérimentation est
    semble-t-il amenée à être renouvelée lors des
    élections européennes le 20 juin prochain dans
    une trentaine de villes.

    Notre mouvement politique BAGA ! (Brest à
    gauche autrement !), présentant des candidats
    aux élections cantonales, a découvert l'existence
    de cette machine par voie de presse quelques
    temps avant les élections. C'est même
    seulement la veille du scrutin que le décret du
    Conseil d'Etat est paru !.

    Méfiants comme beaucoup devant une
    "innovation" qui, à notre connaissance, n'avait
    été portée par aucune revendication
    démocratique, nous avons fait le choix de ne pas
    nous exprimer sur le sujet avant son
    expérimentation. Sur bon nombre de sujets
    locaux nous revendiquons d'ailleurs ce droit à
    l'expérimentation, pourvu bien sûr que la
    conclusion finale n'appartienne pas
    exclusivement aux décideurs institutionnels.
    Notre silence était aussi motivé par le souhait de
    ne pas alimenter la suspicion avant un vote qui
    lui n'avait rien d'expérimental.

    Aujourd'hui l'expérience est derrière nous et elle
    est riche d'enseignements d'autant qu'il y a eu
    deux tours et dans la majorité des bureaux de
    vote, deux élections...

    Lire la suite de la contribution sur :
    http://www.teagauche.org/teag/democratie/vote_
    electronique/baga.htm

  • Chris PERROT - Brest
    Chris PERROT - Brest     

    La question fondamentale reste de savoir si de
    telles machines à voter permettent aux citoyens
    de contrôler le scrutin. Dans le cas de
    l'expérimentation brestoise, ce n'était pas le cas.
    On a bien assisté à un recul démocratique à
    Brest. Ne vous en déplaise.
    Si la démarche des élus brestois était d'éloigner
    encore un peu plus les citoyens de la chose
    publique, alors oui, ils restent sur la bonne voie...

  • Chris PERROT - Brest
    Chris PERROT - Brest     

    Le titre de votre article laisse entendre que le
    vote électronique à Brest fut un choix de la
    population pour les élections cantonales et
    régionales 2004. Cela s'avére de la
    désinformation car tel ne fut pas le cas. Ceci
    étant, cette désinformation fut orchestrée par les
    initiateurs de ce choix.
    De nombreux problèmes ont été mis en avant
    par les électeurs mais le Maire de Brest M.
    Cuillandre et son premier adjoint M. Masson
    n'ont jamais souhaité ouvrir le débat sur ces
    défaillances de fond laissant apparaître des
    atteintes au fonctionnement même du respect
    de la démocratie. Comment en effet légitimer
    que la population brestoise ne puisse
    désormais contrôler les scrutins? De fait, ce ne
    fut point un succès comme le laisserait entendre
    les protagonistes de cette opération de
    communication. Les critiques furent importantes.
    Quoiqu'il en soit il est apparu étonnant que les
    médias locaux ne s'intéressent qu'au caractère
    de nouveauté sans évoquer les carences
    démocratiques de l'utilisation des machines à
    voter. Seuls furent publiées les courriers des
    lecteurs de la presse écrites dénoncant les
    défaillances de l'expérimentation brestoise en
    terme du respect de la démocratie. M. Masson
    n'évoquant à la presse que les problèmes de
    lisibilité des bulletins ou d'organisation des
    bureaux de vote.

    Lire une sélection de contributions de brestois :
    http://www.teagauche.org/teag/democratie/vote_
    electronique/recul.htm

Lire la suite des opinions (48)

Votre réponse
Postez un commentaire