En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les contrats de mission, une voie vers le travail temporaire ?

Les contrats de mission, une voie vers le travail temporaire ?
 

L'ajustement de la durée des contrats de travail à celle des projets va entraîner la mutation de toute une population d'ingénieurs en intérimaires. A terme, les sociétés de services informatiques risquent bien de disparaître.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

39 opinions
  • francois_
    francois_     

    Je te suis ,c'est quand tu veux ..
    Y'en a marre de cette France qui Dégringole socialement .
    Même les "cols blancs" peuvent se foutrent méchamment en colère
    Un jour ,la merde va atteindre le ventilateur...

  • Duperat
    Duperat     

    Qui va payer , au final ,le salarié devenu chomeur en fin de projet : les Assedics ...
    Les SSII (Supers Sociétés d'Intérim Indemnisées) vont se défausser sur le contribuable !

  • martin_
    martin_     

    Je suis patriote et travaille encore dans un grand groupe français mais ça suffit !!!.
    Si en Juin 2004 M. Fillon (pensez un peu aux informaticiens de Sablé sur Sarthe ...) vous cédez à la pression je pars dans un autre pays européen.
    J'ai 14 ans exp , expert en sécurité informatique,
    Qui a des postes hors-france à nous proposer ?

  • footloose1
    footloose1     

    ou avez vous trouver vos sources?

  • machin_
    machin_     

    Tout simplement parce que lorsque tu es dans une SSII, tu es payé pendant ta période d'inter-contrat et pendant tes congés. Dans une SSII, tu as un CDI, tu n'es pas en intérim.
    Et même si tu estimes être mal payé pour ce métier, tu es largement au dessus de la moyenne des personnes de ton âge.

  • Alain_
    Alain_     

    le contrat de mission, c'est le freelance au tarif employe. le syntec veut le beurre, l'argent du beurre et b... l'informaticien francais.
    il fallait y penser. Les franchouillards si prompts a s'emouvoir pour de grandes cause (sauf la fonction publique) vont se contenter de quelques protestations diffuses comme d'hab

  • bfab
    bfab     

    salut j'ai un dut info 5 ans d'expérience en exploitation et depuis 2001 je n'arrive rien à trouver

  • leclercq
    leclercq     

    on voit bien dans l'argumentation de quelle coté penche votre balance puisque vous évoquez la lourdeur des licenciements : j'ai rarement connu de salariés dont la volonté était dêtre licenciés !!!
    aujourd'hui on est sur : courbez le dos et attendez que la sentance tombe. Je n'ai que le petit doigt à bouger et ...

  • Agauche toute
    Agauche toute     

    La loi actuelle est bien faite. Elle n'est pas au goût de Renault et de Virville. Renault avec ces centaines d'intérimaires est hors la loi. Voir jugement de la cour de cassation de ce mercredi 21 janvier
    http://fr.biz.yahoo.com/040122/202/3lq6y.html.
    La seule solution pour les patronat est de changer les régles sans négociation pour ne plus être hors la loi. Sommes nous dans une démocratie? Ce ne peut être le cas si le Medef gouverne.

  • CP+presta
    CP+presta     

    Cher MM
    Savez vous que dans le BTP - ou la restauration - qui applique ce genre de contrat, la principale difficulté des sociétés "sérieuses" n'est pas de trouver de l'activité mais de trouver du personnnel qualifié et fidèle pour faire face à cette activité ?
    Ne prenez pas les gens, notamment des "cadres" à priori d'un bon niveau intellectuel et universitaire pour des crétins.
    Une des conséquences auxquelles les SSII (si elle existent encore dans ce contexte) et les clients finaux devront faire face sera probablement l'extrême volatilité du personnel ; car une fois qu'il aura compris le fonctionnement alors ils n'hésitera pas à quitter vos chers "projets" pour une mission mieux rémunérée, plus longue ou moins stressante
    N'oubliez pas que la logique de ce contrat est de pouvoir le rompre très facilement ; c'est valable pour les deux parties...sachant que de toute façon la finalité de la mission ne sera ni une promotion, ni une augmentation, ni...aucune reconnaissance, croyez vous que les prestataires vont s'accrocher à vos projets et s'y investir comme aujourd'hui ?
    Je ne vois pas pourquoi les prestataires devraient "s'engager" alors que leurs employeurs auront eux même donné l'exemple en mettant en place ce type de contrat.
    Un prestataire parmis tant d'autre, 15 ans de métiers ayant essayé les grandes et petites SSI, aujourd'hui indépendant.

Lire la suite des opinions (39)

Votre réponse
Postez un commentaire