En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le Wi-Fi gratuit fait ses débuts à Paris

Le Wi-Fi gratuit fait ses débuts à Paris
 

Les habitants de la capitale peuvent désormais se connecter sans fil dans 105 sites publics, comme le parvis de l'Hôtel de Ville, les Buttes-Chaumont ou une quarantaine de bibliothèques.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • invité2423
    invité2423     

    Je découvre avec éfroit le fait que l'association Paris-SansFil vient d'être condamné par le Tribunal de Grande Instance contre la Ville de Paris pour Parasitage et usurpation de nom cf http://www.paris-sansfil.fr/2007_0706_jugement_TGI_PARIS_SANS_FIL.pdf

    La ville de Paris a assigné le 25 janvier 2006 l'association Paris Sans Fil pour cause d'atteinte aux droits de la ville de Paris sur son nom.

    Le jugement a été rendu le 6 juillet 2007 et en conséquence l'association doit, entre autres :

    * modifier sa dénomination sociale sous astreinte de 300 euros par jour de retard
    * radier ses noms de domaine paris-sansfil.info, paris-sansfil.fr, paris-sansfil.org, paris-sansfil.com sous astreinte de 300 euros par jour de retard
    * ne plus utiliser la dénomination Paris Sans Fil sous astreinte de 300 euros par jour de retard
    * verser la somme de 1 euro à titre de dommages et intérêts en raison du préjudice subi au titre des atteintes portées à ses droits sur son nom, son image et sa renommée
    * publier le jugement dans son intégralité ou par extraits dans trois journaux ou revues (sans dépasser 3 500 euros HT par publication)
    * abandonner sa demande reconventionnelle de dommages-intérêts pour procédure abusive
    * payer à la ville de Paris la somme de 3 000 euros au titre de l'article 700 du nouveau Code de procédure civile

  • Beijaflor
    Beijaflor     

    Sans doute un "portail captif" (attention information non-verifiée) demandant la creation et par la suite l'utilisation d'un compte (Paris Wifi).

    C est ce qui est fait dans la pluspart de ce type de projets WiFi.

    Ici au Québec des initiatives comme ZAP (http://www.zapsherbrooke.org/ ou http://www.zapquebec.org/) ou http://www.ilesansfil.org/ utilisent cette méthode.

    Ces solutions permettent d'avoir un minimum d'identification possible (Mac adress, adresse mail avec laquelle on a ouvert son copte, IP depuis laquelle on a ouvert son compte etc...) et de les relier avec les utilisateurs en cas de problemes (infractions pénales dans le texte).

    Plusieurs solutions permettent cela. Vu les contracteurs du projet, il y a de fortes chances que ce portail soit un outils proprietaire de Lucent.

    Une alternative opensource serait wifidog : http://dev.wifidog.org/

    Ps : je le redis je n ai pas vérifié les infos, je ne fais qu exposer des approches deja rencontrées, mais il m etonnerait bien sur aussi que Paris laisse des gens se brancher sans authentification.

  • Pierre Col
    Pierre Col     

    Je n'ai toujours pas compris comment les municipalités qui offrent ou vont offrir des accès Wifi gratuits, devenant de fait des FAI, se soumettent à l'obligation d'identification des utilisateurs qui s'appliquent à tous les FAI.

    En effet, l'article L. 34-1 I. du Code des Postes et Communications Electroniques stipule que
    "I. - Les opérateurs de communications électroniques, et notamment les personnes dont l'activité est d'offrir un accès à des services de communication au public en ligne, effacent ou rendent anonyme toute donnée relative au trafic, sous réserve des dispositions des II, III, IV et V.
    Les personnes qui, au titre d'une activité professionnelle principale ou accessoire, offrent au public une connexion permettant une communication en ligne par l'intermédiaire d'un accès au réseau, y compris à titre gratuit, sont soumises au respect des dispositions applicables aux opérateurs de communications électroniques en vertu du présent article.
    II. - Pour les besoins de la recherche, de la constatation et de la poursuite des infractions pénales, et dans le seul but de permettre, en tant que de besoin, la mise à disposition de l'autorité judiciaire d'informations, il peut être différé pour une durée maximale d'un an aux opérations tendant à effacer ou à rendre anonymes certaines catégories de données techniques. Un décret en Conseil d'Etat, pris après avis de la Commission nationale de l'informatique et des libertés, détermine, dans les limites fixées par le V, ces catégories de données et la durée de leur conservation, selon l'activité des opérateurs et la nature des communications ainsi que les modalités de compensation, le cas échéant, des surcoûts identifiables et spécifiques des prestations assurées à ce titre, à la demande de l'Etat, par les opérateurs."

    Si quelqu'un a la réponse, je suis intéressé à la connaître.

    J'ai du mal à croire qu'une municipalité ouvrirait un accès Wifi sans aucune identification des utilisateurs, au risque de se mettre en faute si un jour un délit ou pire un crime était commis en utilisant son réseau.

Votre réponse
Postez un commentaire