En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La musique en ligne affiche ses désaccords au Midem

Malgré les balbutiements actuels du secteur, tout le monde attend énormément du téléphone mobile. Il reste pourtant bon nombre de désaccords entre les partenaires de cette industrie.

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

35 opinions
  • p_&A
    p_&A     

    bonjour, a mon école je prépare un débat contre
    le piratage de la musique. quelqu'un peut me donner des arguments
    pour prouver les méfaits du piratage de la musique.
    merci xxx

  • lebob68
    lebob68     

    Il faut savoir que ceux qui produisent les graveurs et autres machines à reproduire,sont les memes qui pleurent.Seulement pour eux,ce qui compte se sont les benefices qu'ils font,aux subalternes de trouver une conre attaque,mais qui leur fasse encore faire des benefices.Ils ont la soifs du pouvoir et de l'argent

  • zikos
    zikos     

    Je suis désolée mais il ne faut pas abuser. Payer un titre 99 centimes, c'est raisonnable. Dis toi qu'il faut alimenter toute 1 filière. Des gens vivent de ce métier...

  • spok_
    spok_     

    Les mauvais artistes qui sont en panne d'imagination, ou sans imagination d'ailleurs ...

    Tous ceux, et ils sont nombreux qui piratent sans vergogne leurs prédécésseurs.
    Tous ceux qui font croire qu'ils sont bons alors qu'ils ont piqués dans les archives musicales.

    Et qui finalement vendent, sur le dos d'un talent qui n'est pas le leur.

    Et qui finalement engraisse les majors qui ont trouvé par ce moyens de piratage, une rente exceptionnelle.
    Sans bien sûr prendre le moindre epsilon de risque, ni pour eux qui vivent de ce piratage et le vende, ni pour leurs écuries de mauvais.

    Mais finalement, ces majors auront ce qu'elles méritent : du DRM que la planète entière cherchera par tout moyen à détruire.

    Mais je pense que les patron des majors ont plus l'oreille comptable que musicale.

  • Dire
    Dire     

    Cher Sylv.un

    Puisse tu être entendu ..
    Parce que pour en remettre une petite couche : la production est d'une pauvreté affligeante sur les canaux à forte représentation. Les autres ayant bien du mal à survivre comme d'hab.

    Le marketting est devenu tellement puissant qu'il arrive à vendre la tour eiffel comme la dernière production architecturale du moment.

    Et les gens, non pas qu'ils soient bêtes, y croient parce qu'ils n'ont jamais entendu parler de la vraie.
    Et cela marche.

    Signe des temps : la profusion d'image rend tout a fait inaperçue la carte postale de la tour Eiffel, qui hier, faisait le tour du monde.

    Bien sûr, la tour Eiffel pourrait s'appeler Mark Knöppler (j'ai un faible et d'ailleurs, j'achète, je ne le pirate pas) ou d'autres.
    -

  • spok_
    spok_     

    Et si les fichiers étaient auto-destructibles ?
    Je rigole pas ..

    Le fichier muzik.ogg s'autodétruira dans 30 jours.
    Vous pouvez le tester, le copier, le prêter.
    Mais dans 30 jours, il s'autodétruira.

    Pour acheter le titre, faut passer à la caisse auprès du musicos ou de l'artiste. Qui se débrouille pour reverser à sa boite de production la part qui lui revient pour l'utilisation du matos.

    Les artistes peuvent se monter en mutualité, en SCP, en SCM ou tout montage.
    Seulement faudrait qu'ils arrêtent de faire de la victimologie en payant cher la "protection" des majors.

    Le cordon ombilical : snak, coupé !

  • delaney
    delaney     

    http://www.zataz.com/news/7728/I2p--eepsite--eepproxy.html

  • mechant
    mechant     

    Le communisme a eu ses coté méprisables, mais pas si idiots que ce qui se passe avec les majors.
    Dans le pire des cas du communisme, ce qu'on ne voullais pas voir diffusé était supprimé avant même qu'il soit enregistré ( en supprimant l'auteur par exemple ), mais ce qui etait diffusé etait accessible à tous ( dans la limite des stock disponibles, quand stock il y avait ) !
    Là c'est du capitalisme à la sauce fasciste ( : tu nous payes ou on t'elimine.
    Ils se disent du coté de la loi ( alors que c'est l'inverse, ils ont amené la loi à faire ce qu'ils voulaient, ils ne se sont pas adaptés à la loi ) en faisant exprés de faire oublier qu'il y a d'autres solutions légale que la leur, mais celles ci faisant partie d'un modéle different du leur, ils cherchent à l'éliminer et ce en le dénigrant ( leurs références au monde du libre est toujours celle du mauvais coté, le coté logiciels libres pouvant servir à pirater, mais ils ne parlent jamais du modéle de droit "libre" qui semble bien fonctionner ).
    Donc ne pas confondre le communisme qui etait "tout le monde à pareil ou personne n'a rien" avec leur capitalisme sauvage qui est "soit tu fais comme on dit et tu es quelqu'un de bien, soit tu fais autre chose et tu mérites la mort, en attendant, nous allons faire un liste, en attendant le jour ou on pourra vous mettre un T-shirt avec ecrit dessus "pirate", rien à foutre que ce soit un bien culturel, tu ne mérites même pas d'etre cultivé si tas pas de pognon.

  • sylv1-lp
    sylv1-lp     

    Une situation de monopole permet dans le cadre de la production musicale des abus incroyables depuis des années (dizaines d'années?), comment justifier la vente et revente et rerevente aux mêmes tarifs des mêmes albums sur supports différents, "remastérisés", recompilés, redécorés, réemballés...etc...Comment pardonner une politique de prix si élevés, rendant le cd difficilement accessible pour le jeune et quasi produit de luxe pour les autres?
    Je n'ai pas de pitié, achetant autrefois des 33T à prix raisonnables et aujourd'hui ne m'offrant plus le moindre CD car plus dans mes moyens.
    Le p2p connaît un succès proportionnel aux frustrations générées par des méthodes commerciales pourries, par une production musicale dégénérée...
    Pour exemple de la diversité offerte et des méthodes de bovins appliquées à la "culture", sachez que 1778 titres différents par an représentent 75% de l'audience des radios, soit une semaine environ de musique ininterrompue, certains titres étant diffusés jusqu'à 40 fois par jour toutes stations confondues et un record de 18 fois par jour sur une même station soit plus d'une fois par heure diurne.
    Note : les chiffres de ce post proviennent :
    - de la direction du développement des médias du premier ministre à la page suivante : http://www.ddm.gouv.fr/impression/dossiers_thematiques/documents/obligation_diff5.html
    - du rapport annuel «diversité radio» réalisé pour cette même direction par la cité de la musique : http://rmd.cite-musique.fr/observatoire/Rapport%20radio%202003.pdf

  • althenarb
    althenarb     

    Donc, une industrie qui indispose largement ses clients par les protections coûteuses ET inefficaces (du moins vis à vis de la reproduction non autorisée), mais très pénibles pour l'acheteur moyen, ainsi que par sa politique de culpabilisation.
    Pour l'usager de p2p, très large diversité d'oeuvres (dont beaucoup d'introuvables dans le commerce)
    Face à celà, les industriels offrent des cd souvent maigrelets (ayant connu les vynils des sixties-seventies, quelle différence!), sans même les paroles... Des coffrets dignes de ce nom seraient un plus qui attirerait à nouveau les "clients"! A eux de les proposer au lieu de se plaindre.

Lire la suite des opinions (35)

Votre réponse
Postez un commentaire