En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La Cnil veut enquêter sur le Stic dans l'affaire Ali Soumaré

La Cnil veut enquêter sur le Stic dans l'affaire Ali Soumaré
 

En bref. La douteuse affaire Ali Soumaré, qui a surgi pendant la campagne des régionales, a fait du bruit, et pas seulement dans le monde politique...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • Dégoutotal
    Dégoutotal     

    il suffit d'avoir un alcoolique dans le service . Le soir, dans un bar, il est soumis à des pressions et il fait des confidences .....Hélas , ça arrive ..

  • cosio
    cosio     

    Peut-on encore avoir confiance en l'honnêtée de ce pouvoir corrompu à tous les échelons!Peut-on encore avoir confiance durant les élections au tri impartial des bulletins de vôte!
    La France est devenue malheureusement une dictature et un pays pauvre!Pauvre de nous!!!

  • anon
    anon     

    Le casier est vierge, les infos ont été piochées dans les fichiers.
    Les affaire pour lequel nous sommes rentabilités ne paraissent pas au casier judiciaire

  • bipdan2
    bipdan2     

    Déja en 2007, il avait épinglé le STIC et brandi un chiffon rouge pour un nombre effarant d'erreur, données conservée trop lontemps, victime qui sont enregistré comme suspect et vice et versa, accès non contrôlés par des personnes non accréditées

    Ils avaient alors "menacé" de mettre de l'ordre si rien ne changeait et émis un longue série de recommandations.

    Rebelotte en 2009.

    2010 le cas ali soumarié nous montre que rien n'a changé.

    Bref, je crois malheureusement que rien en va changer. S'ils semblaient péremptoire les deux dernières fois, force est de constater, que le seul pouvoir de la CNIL et de mettre en lumière si l'on ne s'en doutait pas, que tout cela est très mal gèré, et que ca va continuer.

  • Bibract
    Bibract     

    La CNIL au pays des bisounours. "Attention la Police ! le Stic est illégal ! Attention les gens, on va enquêter sur eux et faire les gros yeux, comptez sur nous !" (pour faire les gros yeux)
    Bon, pas sûr que ça marche...

  • sinemate
    sinemate     

    Dans le cas de ces 54 policiers, nous aimerions savoir s'ils se précipitent aussi rapidement et aussi minutieusement pour enquèter sur les délinquants en cols blancs dont certains ont fait plusieurs mois de prison et qu'ils n'ont aucun scrupule pour se présenter à certaines élections !!!!!!!

  • otodid`kt
    otodid`kt     

    Recenser pour que les forces de police aient accès rapidement aux informations est un bien dans le sens identifier dès le premier contact.

    74 accès à la fiche d'Ali Soumaré dans les 6 derniers mois présentent l'abus qui peut être fait d'une base : la Police se renseignant sur un éventuel futur élu. Absolument à l'encontre des lois régissant les bases de connaissance répandues un peu partout et détournées de leur but premier.

    Pire. Pour que des candidats rivaux aient accès à ces données, il est nécessaire que la police soit corrompue. D'une manière ou d'une autre, l'erreur n'aurait jamais du avoir lieu. Homonymie et protection du citoyen dans les libertés de sa vie privé auraient du faire barrage à une telle fuite.

    Monsieur Ali Soumaré, portez plainte pour diffamation et divulgation de dossier à caractère confidentiel. Vous avez plus de moyens (un organe politique) pour que la plainte aboutisse alors qu'un simple citoyen se fait plus facilement broyer. Surtout lorsque les forces de police sont en cause. Ainsi que le parti politique au pouvoir.

Votre réponse
Postez un commentaire