En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La CNIL vérifie que le passeport biométrique n'a que deux empreintes

Mis à jour le
La CNIL vérifie que le passeport biométrique n'a que deux empreintes
 

Même si huit de vos doigts sont flashés lors de la demande de passeport, la CNIL a vérifié que seules deux empreintes digitales étaient conservées.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • isildur37
    isildur37     

    @lorraine57 : Tout d'abord sur les 2 au lieu de 8: si un hacker arrive a en trouver deux, il n'aura pas beaucoup plus de mal à en trouver 8.
    Ensuite sur les croisements. Pour commencer, croiser de telles bases de données est extrêmement complexe techniquement. Pour l'avoir fait (légalement) dans une entreprise sur deux bases de villes, c'est un bazar pas possible. Ensuite les bases de la gendarmerie, de la police et de la justice comportent de nombreuses erreurs, et sont rarement à jour. La CNIL avait révélé il y a 3 ans que certains témoins avaient été saisis en tant que suspect, que des acquittés y figuraient toujours en tant que suspects, etc.
    Enfin, ne rêvez pas : le croisement, même autorisé (comme aux USA) n'est qu'un outil de plus. Ça ne jouera qu'à la marge dans la résolution des affaires, car la plupart des preuves d'une affaire sont des éléments physique recueillis sur place. Et ça suppose des données absolument propres et à jour pour éviter toute perte de temps conséquente par les forces de l'ordre.
    Conclusion : même si la CNIL l'autorisait, il faudrait re-créer un nouveau fichier pour pouvoir commencer à en tirer quelque chose dans 10-15 ans.

  • lorraine57
    lorraine57     

    Encore une fois on peut déplorer que la CNIL ne sert qu'à défendre nos soit-disant libertés individuelles. Ce qui produit bien évidemment tout l'effet contraire, et ce sont les truands et hackers de tout poil qui en font leur choux gras. Ne serait ce que par l'interdiction nationale de 'croiser les fichiers'. Déplorable

Votre réponse
Postez un commentaire