En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Jean-Pierre Raffarin mise sur le jeu vidéo

Le Premier ministre a dévoilé ce week-end, au Futuroscope de Poitiers, le plan du Gouvernement pour relancer l'industrie du jeu vidéo.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • stan_44
    stan_44     

    Certaines personnes continuent à nous rabbacher que les 25 années où le système public français a fonctionner à plein (70-95) est une situation éternelle légitimant tous les débordements et les inefficacités. Ce que tu décris comme étant la situation française - où on te soigne gratuitement- est bien entendu totalement faux (sauf si tu es manouche et que tu ne vas qu'aux urgences).Tu payes des impots lourds , pour entretenir ce service même si tu ne l'utilises pas. Tu payes des charges trés lourdres poru les mêmes raisons(si tu es salarié et si tu es une entreprise).Tu payes l'hopital, la consultation, le médecin, le traitement de ta poche.Tu dois payé une mutuelle pour équilibrer ces dépenses.Tu ne peux pas attaquer les gens qui te soignent mal.Bref notre sytème te tue, avec ton argent en s'endettant et en te menaçant politiquement (clientélisme politique douteux de métier entièrs, avec enseignants à gauche, médecins libéraux à droite etc). Quant à l'école, 20% des enfants scolarisés sont fils ou filles d'ensaigants, ce qui prouve à quelle point on est tombé dans la folie furieuse.
    Le problème consiste à reconnaitre que ces gens à un cout prohibitif, pour un service de qualité au mieux médiocre et qui prend actuellement fin, n'apportent aucune richesse à un pays.
    La richesse c'est l'accumulation des moyens de production (bon là c'est du marxisme), mais concrètement c'est de l'industrie, des service,s des besoins autres que strictment personnels (pas de socété de la consomation uniqument comme c'est le cas ausx States depuis 50 ans).Ce que je veux dire c'est qu'on auriat mieux fait de s'intéresser à empécher l'avènement de la génération Auchan qui a tué une grde partei de l'économie locale, qu'à tenter de rendre gratuit des choses qui ne peuvent pas l'etre (sauf peut-être chez le sultan de brunei et encore)

  • parleur
    parleur     

    C'est vrai, c'est vrai aussi dans les grosses entreprises privées d'alleurs, et souvent ausi des postes de dirigeants, qui prennent un air sérieux et préoccupé pour masquer la vacuité de leur journée. Mais si il y en a que l'ennui au travail motive, pourquoi pas, et les autres font ce qu'ils veulent faire : finalement ça marche et c'est le principal ! Y'a pas de jugement de valeur à porter, ni de jalousies : si tu veux du temps d'oisiveté au boulot (attention : tu ne joues pas, tu fais semblant de bosser, c'est tout, et c'est CHIANT), tu passes des concours de fonctionnaires, et tu auras aussi leur carrière, leur perspective d'évolution, et leur hiérarchie ! Sinon, on tente d'améliorer le privé ! Et puis j'ai rien contre une diminution, encore, du temps de travail : plus de contributeurs; plus d'emplois, pour peu que ce soit règlementé.
    Je suis pour un nivellement par le mieux, plutôt que par le pire....

  • SkhOOnk
    SkhOOnk     

    Je suis bien d'accord avec toi, cependant avec 3x moins de personnel les charges de travail seraient un peu équilibrées avec le privé! Il ne faut pas généraliser, certains services (public) sont débordés bien sur, mais énormement ne font rien... Combien de fonctionnaires souhaiteraient passer dans le privé et inversement!!!!! Enorme déséquilibre, non?

  • parleur
    parleur     

    Funx : en voilà un qui a bien appris sa leçon !!
    Depuis que je suis gosse j'entends les indépendants, les artisans, libéraux, commerçants et autres se froutre de la gueule des fonctionnaires. Toujours le même immuable topo de droite bien pensante (ou de GÔche socialistante, à défaut de socialiser). Toujours aucune réflexion en profondeur, juste de la surface (il dira bientôt qu'iol paie trop d'impôt sans s'ofusquer des allègements fiscaux consentis aux riches !!!
    Il n'y a pas de retour sur Investissement t'es sûr ???
    Les hopitaux (qui son justemnte moins financés,e t donc en danger, du fait de ce type de raisonnement) qui ont soigné tes fractures et appendicites ne sont pas un ROI ? L'école Gratos (presque) pour toi et tes gosses c'est de la mouclade ? Les rooutes, La culture un peu préservée, les aides sociales, le patriomoine culturel, EDF et Telecom (Je sais, je sais : ils sont privés ou presque) qui fonctionnent à des coûts encore (presque) accessibles,e t tout le reste c'est du flan ??? M'enfin, c'est loin d'être parfait, mais deviens citoyen américain, tombe malade et prie pour survuvre, sans l'aide d'aucun fonctionnaire pour gérer tes ressources et aides sociales et accès aux infrastructures. Prie, si tu veux, moi je crois plus au père noël !

  • funx
    funx     

    En tout cas, je préfère voir l'argent de l'Etat (et donc des citoyens)dépensé pour aider des entreprises innovantes que pour payer des fonctionnaires. Ce n'est pas une certitude mais au moins il y a une chance de voir un retour sur investissement.
    Moi aussi j'en ai ras-le-bol de payer des impôts pour payer des gens à glander et se plaindre toute la journée.

  • Toujours provocateur !?
    Toujours provocateur !?     

    Eh oui ! J'en ai ras-le-bol d'entendre tout cela, et je ne suis pas le seul. Ras le bol de ces entreprises qui rechignent à régler impôts et charges quand tout va bien, mais qui vont pleurer dans le giron de l'Etat en cas de problème. RAs-le-bol qu'on nous parle de déremboursement de médicaments, d'allongement de la durée du travail, du délabrement du pouvoir d'achat des salariés ... Ras le bol de voir tous ces ultra-capitalistes "taper" la collectivité sans arrêt. Puisque le privé est si efficace, qu'il se débrouille avec ses problèmes. Ils n'avaient tous qu'a modérer leur "burn clash flow" lors de l'age d'or de la connerie "start-upienne". Franchement, pour finir, ras-le-bol de voir que tous les citoyens doivent mettre la main à la poche pour rectifier les erruers de gestion, incompétences répétées, stratégies marketing crétines, suffisance exaspérante de tous les grands big boss de la sphère informatique ou autre. Citoyens français, réveillez*-vous !!! Vous financez vous-même votre propre éviction du marché du travail !!!

  • Jac_
    Jac_     

    L'école n'est pas n'imorte où. Elle permet d'enracinner une carrière politique dans la région du premier ministre. Et c'est peut-être une mesure d'urgence tant qu'il est premier ministre...
    Et il y a des questions qui me tarabustent :
    - Interdira-t-on l'offshore aux entreprises subventionnées ? Même avec des charges sociales restreintes, l'Inde peut, par exemple, être une redoutable ressource de développeurs qualifiés.
    - La réduction de charges sociales annoncée peut être appelée autrement : REDUCTION DE COUVERTURE SOCIALE. Je ne vois jamais ces réductions de charges compensées par autre chose. Résultat : on diminue la couverture sociale (remboursements de soins notamment).
    - Le coup des "jeux vidéo pour sauver l'informatique à la française" date d'avant l'éclatement de la bulle Internet. Je doute moi aussi de l'impact économique réel de ce dispositif. Par contre je ne doute pas de l'impact politique pour RAFFARIN lui-même. Chacun ses enjeux, mais les coûts seront pour tout le monde. (impôts, couverture sociale).

  • stan_44
    stan_44     

    Il est regrettable que finalement, une fois encore, les entreprises innovantes se tournent après leur échec de gestion, non pas vers une organisation privée de régulation de leur marché (syndicat doublé d'un fond privé) qu'elles auraient pu créer sans grand problème ces 10 dernières années, mais bien vers l'état. L'etat n'a pas à financer une entreprise qui n'emploie finalement que trés peu de monde et dont le chiffre d'affaire réel sur le sol frnçais reste extrémément faible. La réponse de l'Etat est typique : des commissions, un livre blanc, une école, un saupoudrage de subvention et de petites modifs sur les charges sociales.
    L'industrie du jeux vidéo a de gros besoin de financement. Mais son organisation ne permet pas la rentabilité (c'est-à-dire le comblement de ces besoins de financements) pour les 3/4 des entreprises concernées.
    Que dire quand on entend qu'un fond va soutenir "20" amorçages de projet.... 20 ! pourquoi pas 5! ou 1,2. Peut-on dire que soutenir 20 PME innovantes qui ne sont pas certaines de sortir leur jeu est une démarche constructive... non
    On va voir toutes les boites demander ces fonds, ainsi que les baisses de charges pour certains de leur personnel, à la manière des recherches de fond de l'Anvar (voir les commentaires éloquents à l'article de hier sur ce sujet paru sur ce site).
    Par contre aucune tentative n'est faite pour tenter de réparer les erreurs de gestion qui sont la principale cause de décès des entreprises du milieu, ou de tentative de correction de l'organisation déséquilibrée qui existe entre les divers intervenants (Prod/Edi/Distr).
    Bref un cache sexe qui va sns doute réjouir 85% de la profession , ces 85 % qui n'ont pas sorti un hit depuis 10 ans et qui ont joué avec l'argent qu'on leur avait prété pour finalement mourrir sans un sous en ayant endetté l'état (Urrsaf et autres) et en ayant tué un marché pourtant c'est certain(regarder le Canada, Ubi a raison sur ce point) est rentable et plein de potentiel.

Votre réponse
Postez un commentaire