En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Dialogue Nord-Sud sur Fonds de solidarité numérique

Paris, Tunis et Rome adhèrent au Fonds de solidarité numérique. Une initiative de collectivités locales du monde entier visant à réduire l'écart technologique entre pays riches et pays pauvres.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Allendre
    Allendre     

    En Suisse, quelques initiatives pour recycler le matériel informatique usagé ont vu le jour, tout en étant sous-tendu par une logique commerciale. Toute entreprise est confrontée à ce problème d'élimination de son matériel informatique usagé. L'association DeltaLink apport une solution professionnelle, discrète et sûre, sans frais, écologique et valorisante: la réhabilitation de ce matériel dans les pays défavorisés. La vocation de cette association est de générer dans les pays destinataires des centres de compétence en relation avec l'ordinateur et internet, le tout dans un esprit de commerce équitable. En cas d'intérêt, voir www.deltalink.org

  • jpp_
    jpp_     

    Hélas ces initiatives sont trop peu nombreuses et échouent bien souvent, faute de soutient. Il y aurait pourtant beaucoup à faire pour réduire la "fracture numérique" ; que ce soit avec les pays du sud.. ou avec la population même en france qui n'a pas accès uniformément à ces nouvelles technologies.

    Un exemple: les entreprises françaises, quand elles renouvellent leur parc informatique, en viennent souvent à jeter leur ancien matériel, réputé obsolète! C'est un véritable gâchis qui pourrait servir aux personnes n'ayant pas accès à ces coûteuses technologies en france, ou dans d'autres pays - par exemple en afrique.

    Evidemment inutile de vouloir le dernier cri, ou essayer d'installer Windows 2003 dessus. Inutile aussi d'espérer faire payer une license Windows+Office pour recycler ces machines: les personnes qui les récupéreront n'en ont pas les moyens.

    Mais on pourrait par exemple recycler tout cela sous Linux, qui accepte même les vénérables 486, et proposer des plate-formes de développement efficaces (un "vieux" 486, un gcc, et hop, un système pour apprendre le C/C++) ou de bureautique (un petit pentium, une petime imprimante, OpenOffice, et hop, un poste bureautique).

    C'est aussi cela l'enjeu de la "fracture": les pays asiatiques l'ont compris, en poussant de manière volontariste des systèmes libres et gratuits comme Linux, au lieu de dépenser de l'argent en licenses Microsoft, qui pourra être utilisé à autre chose (à acheter du matériel, par exemple!).

    Ce n'est pas un problème idéologique (la gueguerre Linux/Microsoft ou Windows/Mac) mais un enjeu pour une partie du monde (y compris en france, j'insiste) : avoir des logiciels libres est au moins aussi important qu'avoir le matériel adéquat.

  • cheikh_
    cheikh_     

    cette initiative du President Abdoulaye Wade n'est pas trés bien perçue au Sénégal
    celà est du au fait que l'informatique n'est pas encore entrée à 100% dans les moeurs.
    comment vous le voyez?

Votre réponse
Postez un commentaire