En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Arnaud Montebourg veut calmer les ardeurs de Free

Mis à jour le
Arnaud Montebourg veut calmer les ardeurs de Free
 

Le ministre du Redressement productif a poussé son premier coup de gueule de l'année à l'encontre de ceux qui font la course au low cost dans le mobile. Il entend imposer aux opérateurs des obligations d'investissement et d'emploi.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • chatisis
    chatisis     

    Monsieur Montebourg oublie que nous sommes des consommateurs, fiers de l'être) et des électeurs. Lui est sa collègue défendent non pas l'emploi comme ils le clament, mais des actionnaires dont l'objectif principal est somme qu'ils touchent chaque année. Ces dzeux ministres sont devenus des ennemis des consomateurs.

  • Michel Merlin
    Michel Merlin     

    Sans corruption, voix et SMS seraient gratuits, le reste 1 EUR par Go
    ~--~--~--~--~--~--~--~- ~--~--~--~--~--~--~--~- ~--~--~--~--~--~--~--
    Dans la téléphonie les coûts, certes élevés au total en investissement, sont quasi-nuls par unité de consommation ; les opérateurs, grâce à leur oligopole et à la collusion de fait avec les politiques, les gonflent artificiellement (et réduisent d'autant leurs marges) pour protéger leur fromage : les "énormes" bénéfices qui apparaissent périodiquement dans les tribunaux et la presse ne sont rien par rapport aux profits réels. ~--~--~--~--

    Sans toute cette corruption (pas forcément par malhonnêteté, souvent par inconscience, erreur ou faiblesse) le téléphone serait gratuit pour voix et SMS, et vendu par exemple 1 EUR/Go pour le reste (vidéo, musique et autres data).

    Versailles, Fri 17 Jan 2014 14:14:00 +0100

  • Michel Merlin
    Michel Merlin     

    Ministre high-cost vs opérateur high-prod
    ~--~--~--~--~--~--~- ~--~--~--~--~--~--~-
    Les prix bas, la liberté et l'abondance sont le résultat et l'expression d'un régime libre, démocratique et honnête (p.ex. USA 1800-2000) ; les prix élevés, la disette de biens et de liberté sont le résultat et l'expression d'un régime monopoleur (càd dictatorial, p.ex. "démocraties" actuelles, ou à l'extrême Corée du Nord). Mr Montebourg (à son insu car je le crois certes inconscient et déconnecté mais réellement désireux du bien collectif) s'aveugle au point de ne pas voir que la baisse des prix du téléphone est un AVANTAGE pour la masse des citoyens.

    Versailles, Fri 17 Jan 2014 12:06:20 +0100

  • Lennart
    Lennart     

    et en plus ils mordent la main qui les nourrit.

  • Lennart
    Lennart     

    et en plus ils mordent la main qui les nourrit.

  • pyb29
    pyb29     

    Les ministres devaient subir une baisse de leurs indemnités au début de leur mandat, ce sacrifice n'a pas eu lieu ! Qu'ils montrent l'exemple avant d'imposer des investissements et des embauches que les opérateurs, ne manqueront pas de répercuter sur nos abonnements

  • Nacyl
    Nacyl     

    Une preuve de plus de l'incompétence de nos élus et ce pour deux raisons :

    Premièrement, si le lowcost devient une généralité, ne peut-on y voir le signe qu'il s'agit du prix réel des services promis ?
    Car il s'agit bien de cela, les services livrés ne correspondent que rarement aux services promis qu'il s'agisse de technologies filaires où sans fils (ADSL et téléphonie mobile).
    Par ailleurs, argüer du fait que le lowcost plombe l'investissement est une vision très (trop) simpliste de la situation. Il faudrait que nos opérateurs aient une véritable volonté (et donc politique) d'investir ce qui semble le plus souvent discutable puisque l'objectif premier (sauf peut-être pour free) est de satisfaire les actionnaires (qui sont, c'est notoire, des moteurs de l'investissement !) dont l'ambition est la rentabilité à court terme.

    Deuxièmement, l'état s'est désengagé en privatisant france télécom or il est le seul à pouvoir se porter garant d'un déploiement national total (ce qui fut le cas du téléphone). Il est déplorable, sachant que ce même état (même si ses représentants ont changé depuis) s'est donc débarrassé de ses devoirs, vienne donner des leçons de "moralité" aux acteurs du secteur privé. C'est tout de même curieux de constater que, visiblement dans certains cas, le marcher ne peut pas s'auto-réguler et qu'il faille que nos politiciens s'en mêle...

    Donc, avant de se poser en arbitres dans un dossier qui force à se poser des questions, j'invite nos ministre à réfléchir aux erreurs du passé (dont la vision à court terme n'est pas la moindre) et à faire preuve d'humilité vis à vis des clients de ces opérateurs que sont les citoyens que nous sommes.

    Au lieu de privatiser sans réfléchir, anticiper l'évolution du domaine concerné (ici les réseaux informatique et téléphoniques) au besoin en prenant des cours car une infrastructure évolue avec le temps et il est suicidaire pour un état (quelle que soit sa taille) de la vendre.
    C'est un pari perdu sur l'avenir et c'est ce à quoi nous assistons aujourd'hui.
    Les investissements sont lourds, il n'y a pas de volonté de la part des opérateurs de s'entendre (pour une fois autrement qu'au détriment des clients) sur une évolution partagée et concertée de l'infrastructure de notre pays. Et ce manque de volonté est directement imputable à des calculs spéculatifs de rentabilité à tels point que les solutions les plus incongrues sont envisagée pour ne pas investir.

    Dans ce contexte, luter contre 'la guerre du lowcost" ressemble à une vaste fumisterie.

Votre réponse
Postez un commentaire