En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Les mémoires flash au coeur d'une affaire d'espionnage industriel

Un Japonais a été arrêté par la police nippone pour avoir livré des données confidentielles sur les mémoires flash NAND de Toshiba à un concurrent sud-coréen, SK Hynix, que le groupe va aussi poursuivre en justice.

laisser un avis
C'est en 1987 que Toshiba a développé le premier cette technologie.
C'est en 1987 que Toshiba a développé le premier cette technologie.
Les mémoires flash NAND connaissent un succès sont employées dans un nombre croissant d’appareils électroniques. Leur évolution technique représente en enjeu de taille et peut parfois mener à prendre de mauvaises décisions.
Un Japonais a ainsi été arrêté ce 13 mars 2014 par la police nippone pour avoir livré des données confidentielles sur les mémoires flash de Toshiba à un concurrent sud-coréen, SK Hynix, que le groupe japonais a décidé de poursuivre en justice.
L'homme de 52 ans était un technicien employé en 2008 par le groupe américain Sandisk, partenaire de Toshiba, sur l'important site exploité par les deux firmes à Yokkaichi au Japon. Le suspect aurait enregistré des données techniques secrètes concernant les mémoires flash de Toshiba pour les transmettre au groupe sud-coréen Hynix (aujourd'hui SK Hynix) devenu ensuite son employeur. SK Hynix aurait ensuite largement exploité ces informations.
Toshiba a indiqué ce jeudi avoir lancé une action en justice envers SK Hynix devant un tribunal de Tokyo pour l'acquisition frauduleuse et l'utilisation de ces données techniques. « SK Hynix est certes un partenaire industriel de Toshiba, mais c'est aussi un rival sur le volet des mémoires flash, une des technologies clefs de Toshiba », a expliqué le groupe japonais. Et d'ajouter « compte tenu de l'ampleur et l'importance des données en question, Toshiba n'a pas d'autre option raisonnable que de demander réparation en justice ».
envoyer
par mail
imprimer
l'article


Newsletter 01net. Actus

@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les inquiétantes failles de sécurité du contrôle aérien américain
Apple Pay à l'origine d'une fraude massive aux Etats-Unis
Pourquoi Google n'a pas tenu sa promesse de chiffrer nos smartphones ?
MWC 2015 : Silent Circle lance Blackphone 2, son nouveau smartphone «anti-NSA»
Uber : un hack de sa base aurait compromis les données de 50 000 personnes
Comparé à iOS, Android reste toujours un paradis pour les malwares
Alerte : les pirates s’emparent de la faille Superfish pour mener des attaques
Scandale Superfish : le site web et la messagerie de Lenovo piratés par Lizard Squad
Ramnit, réseau de 3,2 millions de PC zombies, a été démantelé par Europol
Et si la NSA plaçait des mouchards invisibles sur votre carte SIM ?
Cartes SIM : Gemalto minimise les attaques de la NSA sur son infrastructure
Linux et Mac OS X plus vulnérables que Windows en 2014
PrivDog et Lavasoft, ces logiciels de sécurité... qui créent des failles de sécurité
Google veut mieux nous protéger contre les logiciels malveillants
Localiser un smartphone Android grâce à sa consommation énergétique, c’est possible
Komodia, la pieuvre du pourriciel qui se cache derrière le scandale Lenovo
Des pirates indéboulonnables dans le réseau du gouvernement américain
Le plan démoniaque de la NSA pour déchiffrer toutes les communications mobiles
Les salariés français restent désarmés face aux cybercriminels manipulateurs
Lenovo préinstallait un adware et un certificat de sécurité bidon sur ses PC !