En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Un ingénieur Google exploite une faille zero-day dans Windows sans crier gare

Mis à jour le
Une faille zero-day dans Windows
 
Une faille zero-day dans Windows - Une faille zero-day dans Windows

Adepte d’une transparence maximale, Travis Ormandy a directement publié les détails d’une faille Windows et le code qui permet de l’exploiter dans une liste de diffusion publique.

Inscrivez-vous à la Newsletter Actualités

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • totocaracana
    totocaracana     

    Ce type est le genre d'ordure, qui, pour faire chier le monde, va publier des failles, au nom de "la sécurité transparente".

    En fait, il a juste quelque chose contre Microsoft et veut etre (re)connu

  • zewolf
    zewolf     

    Tavis Ormandy est soupçonné d?avoir agi pour le compte de Google ce qui ne serait pas étonnant vu que la guerre Google/MS.

    En gros, si on regarde la petite collection "d'exploit" de ce sbire, on s'appercoit qu'il choisi de signer "Tavis Ormandy of the Google Security Team" ou "Tavis Ormandy of Google, Inc." suivant le risque d'infection des PCs.
    Ce type est une vraie pour#@@# en somme

  • BMN42398
    BMN42398     

    En même temps avec microsoft c'est le seul moyen qu'ils bougent leur c... pour corriger une faille.

  • Photo73
    Photo73     

    "cela peut un jour se retourner contre Google" si on veut, c'est une personne qui travaille pour Google qui a un comportement très "personnel". S'il va travailler chez Apple (ou Microsoft ?), il ne changera pas ses méthodes, son état d'esprit !

  • Lennart
    Lennart     

    Le risque 0 n'existant pas il est inutile de manquer de diplomatie, et dans le cas présent cela peut un jour se retourner contre Google.

Votre réponse
Postez un commentaire