En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Un capital-risque européen bien grippé

Au sortir de l'hiver, l'investissement européen est bien mal en point. On croyait avoir touché le fond au troisième trimestre de l'année dernière, mais c'était sans compter sur le premier trimestre 2003.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • de CRECY
    de CRECY     

    Je ne suis ni d'en haut, ni d'en bas...
    Mon métier (en tout cas une partie de mon métier de consultant individuel), c'est d'accompagner des entreprises qui vont chercher des financements de haut de bilan auprès d'investisseurs professionnels désignés dans l'article sous le vocable "capital risque".
    Je ne spécule sur rien du tout, je constate ce que je vois, c'est que ces investisseurs font effectivement du refinancement en majorité, mais ausi qu'ils commencent à revenir sur des dossiers nouveaux, si la techno et le marché sont bien identifiés.. C'est tout ce que je voulais dire, je n'ai rien à voir avec un analyste financier ni avec la société générale, et je ne cherche à entuber personne. Quand je vois un bon dossier et que je crois au projet et au chef d'entreprise, il m'arrive de mettre un peu de mon argent dessus...
    Cordialement...

  • J6M
    J6M     

    C'est bien ça aussi le problème, quand tu spécules, c'est sur une info; le tout est de savoir si ton info est viable et identifiable ou non ?!...
    Pour mémoire, le 21 Avril moins 389 jours, tous les analystes de renom donnaient jospin avec chirac au 2ème tour...

    Je connais bien les analyses financiers "Front Office" du type "Société Générale" qui garantissent monts et merveilles à leurs sociétaires dans l'espoir de les entuber encore un peu mieux...

    Néanmoins, merci d'avoir participé généreusement à ce forum dans le but d'éclairer "la France d'en bas" avec des propos tenus par la "France d'en haut"...

    Cordiales Salutations

  • de CRECY
    de CRECY     

    Je pense que ca n'a rien à voir avec les sociétés bancales aux méthodes bancales, avec l'offshore et les patrons voyous...
    Effectivement, les capital-risqueurs (sous segment bien identifié des capital-investisseurs) hésitent, mais aujourd'hui ils retournent à leur vrai métier, qui est d'investir sur des technos, avec un vrai potentiel de marché identifié. Et ils continuent d'exister, heureusement. Attendons les stats de fin 2003, vous allez voir...

  • J6M
    J6M     

    Ca n'a rien d'étonnant que nos spéculateurs en herbes soient devenus frileux; qui voudrait aujourd'hui investir dans des sociétés bancales, aux méthodes bancales, dirigées par des patrons "pas nets" prenant exemple sur leurs aînés (vous vous rappelez, les patrons "voyous" dont on a tant parlé) couverts par leurs petits copains de la politique...
    A cela, ajoutez une pincée de "Offshore", un zeste de plans sociaux à répétition, quelques fermetures d'usines et des dirigeants qui se tirent avec la caisse en laissant sur le carreau des centaines de pauvres gens...
    Saupoudrez le tout avec la reconstruction de ces même usines en Chine ou en Inde à des coûts défiant toute concurrence grâce à l'exploitation sans vergogne de la misère et de la pauvreté...
    ... et vous obtenez ?... vous obtenez?... la situation actuelle.

    Sont vachement intelligents finallement ceux qui nous gouvernent ?...
    Tu parles d'une bande de tristes clowns...

Votre réponse
Postez un commentaire