En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Numérisation : Nicolas Sarkozy veut contrer les ambitions de Google

Mis à jour le
Numérisation : Nicolas Sarkozy veut contrer les ambitions de Google
 

Le président de la République ne veut pas que le chantier de la numérisation du patrimoine soit confié à l'éditeur américain? qu'il a pris soin de ne pas nommer.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

22 opinions
  • lelexe1993
    lelexe1993     

    là, il a vraiment raison, notre Président
    ok pour la numérisation des livres de littérature (genre balzac, molière,...) mais en rendant leur accès payant sur internet bien sur
    par contre, pour toutes les archives,... c'est NON !

  • estl85
    estl85     

    la dette ne fera qu'augmenter dans le systeme bancaire à reserve fractionnaire.
    Un peu de culture, regardez ceci en streaming libre de droit:

    http://www.dailymotion.com/video/x75e0k_largent-dette-de-paul-grignon-fr-in_news

  • Admin91
    Admin91     

    Voila quelqu'un qui ne tergiverse pas,
    qui ne prend pas de postures,
    qui communique, qui twitte probablement;
    vous allez voir il va nous mettre les ouvrages sur internet pour le "rayonnement de la Culture Française".

    Bravo, encore bravo.

    PS : pragmatisme gogolien ou courage pour l'augmentation d'impots qu'il propose.

  • siamsuffit
    siamsuffit     

    la vengeance de trou du cul du web...

  • V1nce
    V1nce     

    C'est quoi le problème avec la numérisation par Google ?

    Si on est pas content de l'usage qui sera fait des livres numérisés par Google, il sera toujours temps de les faire numériser par un établissement public. En attendant, les ouvrages numérisés auront été mis à disposition sur Internet ce qui aura contribué au "rayonnement de la Culture Française" (hum).

    En attendant on tergiverse, on prend le vent (ou des postures), on fait des déclarations d'intention, on communique,on twitte, on FUD... mais les ouvrages ne sont pas sur Internet.

    Bref, moins de blabla et plus de pragmatisme (google) ou de courage (augmenter les impôts pour se doter de vraies capacités de numérisation)

  • jacen76
    jacen76     

    Tu crois sérieusement que chez nous la culture ne doit pas être synonyme de rentabilité ( qui a dit profit ? ) ?

    J'aurais plutôt imaginé (souhaité) que cet emprunt national servirait à quelque chose de plus important.

  • Admin91
    Admin91     

    "Tout représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, notamment par téléchargement ou sortie imprimante, constituera donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle."

    Si on te suit,
    Google sera aussi frustre que toi.

  • Charly545454
    Charly545454     

    Qui est donc ce "Nous"?
    Qui possède actuellement ce cher patrimoine?
    Qui a le droit actuellement d'exploiter d'antiques textes français appartenant au patrimoine culturel de l'humanité?
    Qui en tire encore des bénéfices? "Nous"
    Mais qui sont donc ces "Nous" là?
    Voici une mention légale trouvée trouvée sur le site de la BNF
    "Tout représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, notamment par téléchargement ou sortie imprimante, constituera donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle."
    Concrètement, essayez de télécharger une oeuvre de Molière.
    Malheureusement, pitoyablement, SCANDALEUSEMENT ça n'est pas chez "Nous" que vous pourrez le faire.

  • Plus de Transparence
    Plus de Transparence     

    Google est devenu une menace, non seulement pour la culture mais aussi pour l'économie, la politique. Google domine déjà le monde de l'information mais surtout des statistiques (gout, tendance, idéologie de chacun de nous) sans aucun contrôle, ses statistiques qui vont prendre chaque jour plus d'importance dans les campagnes électorales qui seront de plus en plus ".NET".
    Google est un juge sans contrôle, il décide qui est bien qui est mauvais sans être obligé de se justifier, retirant de son ranking, des première places quelconque entreprise sans se justifier. Le problème est que ces décisions unilatérales ont des conséquences économiques du au fait que Google est un monopole comme moteur de recherches.
    Les monopoles sans obligation, étaient bien vu ou du moins acceptés quand il s'agissait d'entreprises nationales sujettes au bien vouloir du gouvernement. Le problème est Google n'est pas une entreprise nationale, ni même Européenne, il s'agit d'une entreprise qui vient du pays roi quand aux pressions des puissants hobbys qui ne tarderons pas à exprimer Google pour en tirer le meilleur parti.

    En Europe:
    - il faudrait obliger Google à justifier toute intervention "manuelle" qui affecte au classement du moteur de recherche d'une entreprise, entité, personne, etc.
    Une justification par écris minimum 60 jours avant d'être mise en pratique, de manière que l'entité affectée puisse se défendre.

    - Créer et promotionner, avec de l'argent public Européen s'il le faut, un moteur de recherche qui concurrence au niveau mondial à Google, et qui conservera la(es) culture(s) européenne(s), car cette culture est en danger si son avenir est décidé dans un pays pour le quel la culture est culture seulement si elle est rentable.

  • bipdan2
    bipdan2     

    Et la situation est meme pire. A force de trop de confiance dans la valeur "état" et d'emprunt les états se sont surendettés pour tout et n'importe quoi la ou un petit nombre d'entreprise ont su investir pour faire du rentable bien plus efficacement et générer un cashflow suffisant pour aller de choix stratégique en réussite annoncée sur des chantiers toujours plus gros.

    La ou il faut nuancer c'est que l'état ne pourra rien faire en terme valeur ajouté sur un tel projet car l'état est devenu un gosse capricieux. Google lui avance a chaque pas avec une stratégie bien définie.

    Deuxième chose, si ce n'est pas google, ce sera qui ? LagardereBook ? BouyguesOnLine ? VirutalBolloré ? Jusque la sarkosy n'a pas brillé pour son pragamatisme et son impartialité, pourquoi le ferait-il en ce qui concerne ce marché ? Car on parle bien d'un marché et non de culture. Si on parlait de protection de la culture, l'état laisserait faire et s'assurerait que google propose une gestion raisonnable de ce patrimoine.

    Maintenant pour ce qui est de dénigrer google, sommes nous bien sur que c'est la pire des solutions ? Nous craignions de plus en plus les grand groupes privé et je pense que nous en avons en parti raison, car ce ne sont effectivement pas des humanistes. Mais les dirigeants "publics" ont certainement des leçons a prendre d'eux en terme de savoir travailler. Quand je vois comment sont parfois dépensés nos impôts, j'ai peine a croire en la bonne gestion de notre patrimoine culturel par l'état et resterait techniquement bien plus confiant dans l'expérience de google.

    Quant au grand emprunt, j'eus préféré qu'il soit utilisé dans un projet a plus forte valeur ajouté, et apportant réellement quelque chose a plus grand nombre.

Lire la suite des opinions (22)

Votre réponse
Postez un commentaire