En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

(Mise à jour) Le plan social de HP prend une dimension politique

Des élus locaux sont partis en Californie pour rencontrer la direction de HP. Le Conseil général de l'Isère demande le remboursement des aides publiques versées à HP France.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

19 opinions
  • PhilippeKalCat
    PhilippeKalCat     

    @Jorel, le plan social de IBM n'est pas comparable à celui de HP : chez IBM il concerne 5% des effectifs en France (principalement dans les services et principalement à Paris, où il y a de toutes façon du turnover naturel), chez HP il concernait 25% (et pas seulement dans les services.)
    Et contrairement à HP, le personnel IBM a "sursouscrit" aux offres de départ volontaires : il y a eu plus de demandes de départ que de postes à supprimer, donc c'est peut-être aussi pour cela qu'on parle plus du plan social de HP...

  • Patrick01
    Patrick01     

    J'adhère totalement au message de PLefa.
    Le succès d'une firme de la taille de HP est un sujet complexe. HP est une société US, qui vend dans le monde entier, avec des salariés dans le monde entier. Ses produits doivent être à la pointe en permanence, la concurrence agit aussi en permanence, les décisions sont prises pour assurer le futur de l'entreprise, c'est à dire dans 2-5 ans (pour le présent, c'est trop tard...). Quant à voir venir les restructurations d'une entreprise, les salariés sont très bien placés et même aux premières loges. Le déclin de Digital depuis 1990 était parfaitement visible de l'intérieur. Même chose pour HP avec des divisions qui gagnent, d'autres qui survivent et d'autres qui perdent. Ce qui arrive aujourd'hui est certes brutal, mais certainement pas imprévisible.
    Quant à relancer les ventes : comme disait Coluche "il suffirait que les clients achètent". Et pour que les clients achètent il faut leur offrir de bons produits au bon prix.

  • Derf38
    Derf38     

    Petite précision : La mairie de Grenoble, tout comme le Conseil Général, sont dirigés par des hommes politiques socialistes et non UMP comme indiqué par El zozo.

  • perenono
    perenono     

    Concernant l'initiative des maires, ne soit pas dupe, elle n'est que pour tenter de gagner des votes. Tout le monde sait qu'ils n'arriveront à rien ( en plus j'aimerai bien savoir qui paye ce beau voyage! surement pas Mr Destot même si son salaire contrairement aux employé d'HP le lui permet ). Concernant la subvention, en les donnant on accepte de perdre cet argent. HP a tenu ses engagements en créant de l'emploi et aucune condition de durée n'existait. La question a se poser c'est pourquoi partent t'ils tous en inde? Ne faudrait il pas se mettre a faire comme les ricains : le protectionnisme a du bon.

  • zazor
    zazor     

    Des aides publiques ont certes été versées à HP en 1998.
    Je suis d'accord pour que HP les rembourse, mais pourquoi reverser cet argent (publique) aux salariés licenciés ?

    Cet argent doit avant tout revenir dans les caisses publiques. Le financement du plan social des employés doit revenir à l'entreprise (HP) et non pas au contribuable!!!

    Ou est la logique dans cette mesure ?
    Je ne suis pas expert en démagogie, mais bon...là ça y ressemble!!!

  • El zozo
    El zozo     

    Déjà pour Jorel, bien que 01net parle du sujet, faut être honnête, les "journalistes" ne sont pas + fans de licenciement chez HP que de licenciements chez IBM. Il s'agit là d'entreprises haut de gamme dont le sort des employés n'émeut pas grand monde (en tout cas pas la ménagère).

    Sinon je voulais saluer l'initiative prise par les maires isèrois, maires ump je crois en plus (ce qui ne les prédestinaient pas à une telle mesure), et qui veulent se faire rembourser la somme considérable versée en subvention en 1998. En même temps, l'absence de réponse légale et juridique est assez fatale dans cette histoire puisqu'on ne sait pas pendant combien de temps une société est censée "bien se comporter" après avoir reçu des subventions. Pas à vie en tout cas, sinon les subventions n'ont aucun sens, surtout dans des secteurs à évolution rapide comme l'informatique.

  • PLefa
    PLefa     

    Ce n'est pas vraiment le sens de ce que j'ai dit. Le salaire que nous gagnons en France (le net qui vient dans notre porte monnaie) n'est pas plus élevé en France que dans les autres pays occidentaux; plutôt moins. En revanche quand on touche 1 euros, c'est 2 euros que l'entreprise dépense et ça c'est plus élevé. Ce 1 euro de plus (qui double le coût) dit "charges sociales" finance en pricipe la "solidarité": retraite, frais médicaux, RDS, CSG, taxe d'aprentissage, allocations familiales, etc. Cette solidarité est tout à notre honneur mais en principe la part réelle de solidarité qu'il y a dedant est minime (ce qui est réellement redistribué). L'argent est massivement englouti par les services de l'état eux même en charge de la solidarité et ça c'est un manque de compétitivité insuportable.

    Ces mots de "solidarité" ou de "services public" dont les syndicat nous rabatent les oreilles à longueur d'année masquent une réalité toute autre: un coût faramineux et des tracasseries administratives en tout genres qui font fuir une à une toutes les entreprises.

  • Jorel
    Jorel     

    Franchement ramener la décision de HP à des problèmes nationaux c'est complètement grotesque !

    IBM un peu plus tôt avait plus lourdement sanctionné l'Allemagne et l'Angleterre (10% des effectifs) que la France (5% des effectifs).

    Dans les deux cas la seule logique est boursière et non économique car les profits de ces deux sociétés n'ont jamais été aussi importants donc encore une fois tu es hors sujet.

    Par contre il est assez amusant que les politiques et les journalistes se soient autant focalisés sur HP alors que pour IBM...Bof pas grand chose !

    Peut-être qu'un deuxième plan social en décembre les réveillera mais trop tard ?

  • dahut2
    dahut2     

    C'est sûr, nous, occidentaux, sommes trop chers, et on trouvera toujours quelqu'un sur la planète pour bosser pour moins cher. Le problème c'est le profit à tout prix, maintenant qu'on a rogné sur tout, on s'attaque au personnel.

    Avant on délocalisait les jobs d'ouvriers, maintenant, ce sont les jobs d'ingés. Qui te dit que dans le futur ce ne seront pas les dirigeants qu'on va aussi délocaliser ? Toujours pour un justification économique. Mais la il y aura un problème, tout sera produit et dirigé depuis l'est ou l'Asie (ils ne sont pas plus bêtes que nous) et l'Occident devriendra le tiers monde. Ca commence avec les 'working poors' et le nombre de pauvres qui augmente.

    Le problème est : nous, occidentaux, que voulons faire dans le futur ?

  • Dimitri de NANCY
    Dimitri de NANCY     

    Il a quand même raison.
    Si il faut débattre d'un sujet, autant que les dires de chacun soient lisibles et écris correctement.
    Le français n'est pas le sujet principal mais il compte quand même.

Lire la suite des opinions (19)

Votre réponse
Postez un commentaire