En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'offshore devient un modèle politique

L'offshore devient un modèle politique
 

Des pans entiers de l'économie mondiale se modifient profondément à cause de l'offshore.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • yaya_
    yaya_     

    La taxation de la consommation au lieu de la production et des salaires est une voie qui me semble aussi pleine de bon sens.

    A mon avis la raison pour laquelle cette mesure n'a jamais été prise (même si elle existe déjà avec la TVA et la TIPP) c'est que les salaires sont une masse relativement stable alors que la consommation est très fluctuante. Hors l'état a besoin de ressources stables.

    Quant à savoir si le politique doit primer sur l'économie ou l'économie sur le politique, le problème est que les 2 sont liés. Il est évident pour beaucoup que l'objectif de toute politique doit être le bien-être des citoyens. On pourra donc penser que le politique doit primer sur l'économie. Mais tout action politique necessite des ressources, donc des impôts. Et les impôts ce sont les entreprises qui les génèrent. Bref une politique forte ne peut exister que dans un pays prospère. Et du coup les politiques ont aussi intérêt à favoriser l'économie. Tout est question d'équilibre.

    Mon avis est qu'en France, la priorité aujourd'hui doit être l'économie, afin de restaurer le budget de l'état et lui donner ainsi des moyens d'actions qu'il aura de moins en moins avec un déficit cumulé en constante augmentation.

    Enfin, on peut être contre a mondialisation comme on peut être contre la mort ou contre la pluie. Mais à quoi bon ? Sauf à interdire aux pays pauvres de se développer.

  • Pierre  Haren
    Pierre Haren     

    Il y a là une petite erreur: si on taxe la valeur ajoutée, on taxe l'activité en France, on ne taxe pas la production de biens à l'étranger. On a donc le paradoxe de demander à l'entreprise qui produit en France de payer le surcroît de bien-être social que souhaite la société française. Il faut aller plus loin que votre suggestion, et ne plus taxer que la consommation en France. On taxera enfin à égalité le produit qui vient de Chine et celui qui vient de Clermont-Ferrand. On évitera aussi de faire porter à l'entreprise qui exporte le poids de l'administration française. Cela ne suffira pas nécessairement à empêcher les délocalisations, mais au moins on se battra à armes égales avec les autres pays. Ensuite, chacun sera libre de décider de se délocaliser tout seul ou pas. Celui qui ne veut pas échanger un coût des biens élevé contre une protection sociale, une bonne infrastructure, etc... pourra aller en Chine ou aux USA profiter d'un autre équilibre. Et quand il rentrera en France pour les vacances, ou la retraite, il se remettra à cotiser avec les autres par sa consommation...

  • Jac_
    Jac_     

    Tant qu'on laisse crever les chômeurs, l'offshore rapporte évidemment.
    Les armes de destruction massives ont été "révélées" par des études très sérieuses elles aussi.
    Ce dont je suis certain par contre :
    1) les études macro-économiques ne sont pas menées de la même façon dans des pays différents. Les comparatifs sont par définitions faussés car établis sur des chiffres "officiels" qui ne prennent pas les mêmes éléments en compte.
    2) Bien des "économistes" on besoin de justifier l'offshore.
    3) Ce qui revient à des actionnaires n'a pas à être lié à l'économie d'un pays car l'argent n'y sera pas forcément dépensé. Je doute que l'offshore rapporte aux USA de telles sommes "fiscales".

    J'ajouterai que l'offshore peut être tout à fait valable économiquement sans que l'on nous raconte de drôles de salades.
    Il y a surtout des études à faire sur les "produits" fabriqués ailleurs afin d'adapter les formations pour ceux qui travaillent ici. Pour le reste, c'est de l'économie, pas de la politique.

  • J.C
    J.C     

    Lorsque l'on gagne le smic on n'a pas le choix entre un produit cher ou pas cher: il doit ne pas être cher!! je ne choisis pas !!
    Les cotisations sociales portent sur les salaires:
    pourquoi ??
    Il n'y a pas de charge "patronales" c'est une escroquerie politique ! supprimez le salarié vous supprimez les cotisations patronales , le salarié est la variable d'ajustement.
    Faites porter les charges sur la valeur ajoutée de l'entreprise:
    1) Cela élargi l'assiette sur laquelle porte les cotisations puisqu'un importateur va alors cotiser!
    2) Il est alors possible de baisser le taux pour tout le monde.
    3) Si l'entreprise a des difficultés sa valeur ajoutée baisse et donc ses cotisations baisses, elle
    a moins besoin de licencier.
    Non les politiques n'ont pas tout essaiyé !
    Plein de choses peuvent être encore faites.

  • Pierre Haren
    Pierre Haren     

    Excellents avis. Cependant, on passe à côté du vrai problème: nous sommes des consommateurs libres au moment de l'achat, et nous voulons être des producteurs encadrés dans notre travail. Ceci reporte sur les entreprises la résolution d'une contradiction que seule le politique peut résoudre. Nous ne pouvons pas travailler moins, apprendre moins, innover moins, et acheter davantage de biens produits à l'étranger. Il faut choisir, et le drame de la France, c'est que nous laissons les entreprises résoudre les contradictions que la société génère. Evidemment, le discours politique ne serait pas porteur. Alors on préfère amuser la galerie avec les états d'âme de Fabius...

  • JC_
    JC_     

    Cela fait 200 ans que le peuple s'est fait reprendre annnée après années ce qu'il avait légitimement revendiqué en 1889 et obtenu par l'utilisation de la guillotine: méthode certes un peu brusque mais qui avait fait réfléchir les "puissants".
    Si Mr. TRICHET avait été guillotiné pour ne pas avoir fait son travail de surveillance du Crédit Lyonnais ( Les 500 milliards partis en fumée que le contribuable renbourse ), son successeur se montrerait peut être plus prudent.
    L'argent public serait aussi un peu moins gaspillé !!

  • bonforum
    bonforum     

    Qui a voté pour ou contre la mondialisation ?
    Qui a voté pour ou contre les accords de bâle et leurs conséquences sociales ?
    En tout cas on a oublié de m'appeler...
    Voter oui mais pourquoi ?
    Si les politiques n'ont plus d'influence sur notre vie quotidienne : à quoi servent-ils ?
    Ceci-dit je félicite ceux qui m'ont précédé pour la qualité de leur analyse.
    OUI et encore OUI : la politique doit guider l'économie et pas l'inverse sinon nous allons dans le mur et le réveil sera dur pour tout le monde.

  • PAFO
    PAFO     

    Ils ne font pas pression au moment des élections et sont donc oubliés pendant le mandat obtenu. Du coup, l'économie oriente tout. L'électeur sert juste de caution morale...

    La solution : imposer nos programmes et voter pour ceux qui s'engage à les appliquer. Et gare à eux aux prochaines élections s'ils se sont dégonflés.
    Ca peut même marcher au niveau international. Ca s'appelle la Politique Simultanée (Simpol).

    Pour ceux que ça intéresse :
    en anglais : http://www.simpol.org/
    en français : http://www.simpol.org/dossiers/dossier-Fr/html-Fr/interface-Fr.html

    Je sens que je vais me remettre à voter.
    A bon entendeur...

  • Zav'
    Zav'     

    Un modèle économique marchant main dans la main avec la politique n'est pas l'exclusivité des états unis. Les japonais le font, de façon outrancière, depuis leur essor industriel et économique; pour exemple, en faisant interdire l'importation de mandarine dans leur pays, par une loi puisque c'est le sujet, en arguant que les gorges nippones sont plus étroites que les gorges occidentales ! (c'est pas fantastique d'hypocrisie ça ?)
    Toutefois, dans le cas que tu soulèves, la politique favorise (le terme n'est-il pas trop faible ?) l'économie sous couvert de bonne morale, et c'est là qu'intervient le message d'espoir. On ne dit pas « aimez-nous ! Nous remplissons les poches de l'état », on dit « aimez-nous ! Nous allons combattre le mal ! ». L'idéologie nationale est présenté comme n'étant ni politique, ni économique, et c'est pour ça que c'est une idéologie, l'état souverain (et paternel) est mort depuis longtemps, ne reste qu'une doctrine mettant en exergue le bien et le mal, auxquels le peuple est censé adhéré.

  • arko
    arko     

    ce qui paraît évident, aux USA plus encore, c'est que l'économie dicte les orientations à la politique.
    Quand l'économie est érigée en seul et unique but d'un pays, alors la politique se met en quatre pour la favoriser. Donc, le seul modèle politique viable dans cette logique, c'est le néo-libéralisme sauvage.

    La question est de savoir, si l'économie est un but politique national suffisament porteur d'espoir pour que les gens y adhèrent.
    si ce n'est pas le cas, alors ça sera la révolution parce que les gens auront envie que la politique s'occupe d'eux et pas que de l'économie.

Votre réponse
Postez un commentaire