En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les Français toujours accros au téléchargement illégal

Les Français toujours accros au téléchargement illégal
 

Une étude révèle que la fréquentation du P2P est plus répandue en France qu'aux Etats-Unis et en Angleterre. Mais elle indique aussi que le téléchargement légal gagne du terrain.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • pseudolix
    pseudolix     

    MERCI TUXOS!!!!

  • pseudolix
    pseudolix     

    Normal si en france ,y a plus de telechargement illégal qu'aux etats unis ou en angleterre...Les gens sont trop mal payés en france, pas de possibilité d'acheter quand à la fin du mois le loyer est payé...
    De toute façon, rien n'arretera ce phénomène tant qu'il y a des réseaux peer to peer et ça me fait rire que certains s'en plaignent quand on voit qu'ils sont dépassés par la technologie(internet) qu'ils ont créée OHOHOHOHOH!!!!!

  • TedMarcus
    TedMarcus     

    A toute maladie, un nouveau remède.
    Tout internaute a au moins télécharger une fois un titre musical illégalement.
    On pense à tord que le téléchargement illégal n'a pas du bon. Grace au téléchargement illégal, j'ai pu découvrir des artistes vers lesquelles mes intentions d'achat ne se seraient jamais orientés et au final, j'ai acheté leur disque.
    Il est difficile sur internet ou chez un disquaire de prendre le temps d'apprécier un artiste. Dans certains points de vente, sur le net comme chez un disquaire, on n'est limité au passage du refrain d'une chanson. Quelques fois, chez les disquaires, l'écoute est limitée à 3 disques et écouter plus de disques met quelques fois en rogne le personnel des magasins.
    Pendant ma pause du midi, je n'ai pas le temps de passer chez mon disquaire et essayer d'apprécier un artiste. Ce genre d'achat généralement spontanée peut être très décevant. Seconde possibilité, on n'écoute pas le titre parce qu'on connait l'artiste et qu'on pense qu'il serait bien... avec beaucoup de déception quelques fois.

    Alors, je pense que la vraie solution pour limiter le téléchargement illégal serait de proposer aux maisons de disques à obliger les grosses firmes de logiciels P2P à intégrer dans leurs logiciels un module qui réduirait toutes les musiques d'un taux d'échantillonnage supérieur à 90Kbps à un taux inférieur. Des taux d'échantillonnage très bas ne permettent pas d'avoir une écoute ou une diffusion musicale de qualité sonore élevée et obligerait l'internaute à s'orienter vers l'achat du disque par téléchargement ou chez un disquaire.
    Les maisons de disques devraient quant à elles ouvrir leurs catalogues au téléchargement P2P tout en considérant qu'elles disposeraient d'un support de pré-écoute, tout comme quand on se trouve sur la borne d'écoute d'un grand magasin vendeur de disque.
    Avec le temps, on s'aperçoit bien vite qu'il y a des gammes sonores manquantes (même en modifiant l'equalizer) et notre choix s'orientent très vite vers l'original.
    Dans ce cas, les logiciels P2P auraient tout le droit d'être et ferait preuve de transparence.
    Ce procédé peut aussi être appliqué aux films.
    CQFD?

  • rated r dx
    rated r dx     

    je suis completement daccord avec toi ils disent que c'est ilégal et traverser en dehors des passages clouté ce n'est pas ilégal sa moi en tout cas je te donne raison

  • Tuxos
    Tuxos     

    Illegal?

    Ben voyons, dans la mesure ou une taxe SACEM est portée par les CD et DVD vierges quelque soit leur utilisation (c'est à dire que ceux qui gravent des datas paient pour ceux qui gravent du contenu multimedia) c'est en quelques sortes reconnaitre l'utilisation qui est faite sur ces supports.
    Vu que tout le monde paie, dans la globalité les artistes touchent plus que ce qu'ils devraient normalement.

    Si le téléchargement P2P d'oeuvres copyrightées est illégal, à quoi sert cette taxe?
    Il est relativement facile pour un FAI de savoir ce qui se passe sur son réseau. Mais vu que les pubs pour la course au haut débit sont axés sur le contenu multimedia je les vois mal couper la branche sur laquelle ils sont assis.

    Certains FAI ont mis en place des routeurs qui brident le trafic P2P (CISCO) pour dégager de la bande passante sans en avertir leurs clients.
    Heureusement des nouveaux procédés voient le jour (par exemple freenet) avec anonymat et cryptage pour empêcher les FAI de réguler, la vieille mule étant proche de la retraite.

    Alors exception française ou argent trop facile sur le dos des internautes?

    Vu qu'on paie pour ça ne peut pas être illégal...vous avez déjà vu un impôt sur un truc illégal?

    L'autre point est que vu l'offre lamentable de musique "préformatées marketing" on ne trouve pas grand chose digne d'intérêt dans les bacs en province.
    Personnellement je suis amateur de Blues Texan et je suis obligé de faire importer via le web ce qui m'intéresse avec l'autre avantage d'être moins cher.

  • Biaisé
    Biaisé     

    Une autre étude réalisée pour le "Journal of Political Economy" infirme les sondages. Cette nouvelle étude est basée uniquement sur l'activité réelle des serveurs P2P, et non sur des sondages. Elle révèle que "l'impact réel de la musique piratée n'excède pas 0,7% sur les ventes de CD". Les éditeurs feraient donc bien de chercher la cause réelle de la baisse des ventes plutôt que de diaboliser le P2P. En fait, a vouloir réduire le nombre d'artistes produits pour faire des économies, ils réduisent d'autant leur chance de trouver le bon filon.

    Article de référence : http://www.pcinpact.com/actu/news/34659-P2P-etude-RIAA.htm

  • Biaisé
    Biaisé     

    J'ai lu le paragraphe dédié à la méthodologie. Il ne s'agit essentiellement que de sondage. On sait pertinement ce qu'on peut leur faire dire. Il suffit de comparer le resultat des elections avec les sondages. :youpi:
    Voici ce qu'écrit 01net concernant le top 10 des téléchargements :

    http://www.01net.com/editorial/341004/logiciels/le-top-10-du-telechargement-en-2006/

    Quand on écrit un article, la première chose à faire est de valider ses sources. Qui sont les principaux clients de la société qui édite les statistiques citées dans l'article ? Ne serait-ce pas entre autres les majors de l'entertainement ?
    Si moi j'ai appris par coeurs mes propos, alors l'auteur aurait pu faire un copier-collé de son article...
    :beubeub:

  • supervidda
    supervidda     

    javascript:putsmilie(':super:')
    :super:Pour Biaisé : Lire la methodologie avant de critiqur cet article et sortir sa science (appris par-coeur...d'ailleurs!)javascript:putsmilie(':/')
    :/

  • Biaisé
    Biaisé     

    L'article semble faire l'amalgame entre téléchargement et P2P, inadmissible pour une revue spécialisée en informatique professionelle.
    Il est écrit : "Plus d'un internaute français sur deux pratique le téléchargement". C'est une vérité de la palice, sachant que le fait de lire une page web HTML EST du téléchargement. Le téléchargement est à la base même du fonctionnement d'un navigateur internet.
    Lorsqu'il est écrit que "85 % des fichiers sont téléchargés illégalement", il faudrai peut-être ajouter "à l'aide d'outils P2P". Car le TOP des fichiers téléchargés sur le web sont des logiciels gratuits (navigateur internet, lecteur multimedia, anti-virus, firewall, linux...).
    On veut nous faire croire que les offres payantes sont les seules alternatives légales au téléchargement. Il faut savoir que ce n'est pas parcequ'un téléchargement est payant qu'il est légale. Voir les affaires récentes des vendeurs de mp3. Comment un utilisateur peut-il être certain que son téléchargement est légale, même sur un site payant ?
    Il aurait été honnete que cet article précise que les résultats des enquètes portent uniquement sur les téléchargement via P2P. Il faudrait aussi comparer les résultats obtenus avec le nombre de fichiers téléchargés hors P2P. On pourrait alors se rendre compte que le P2P est marginal. En effet, d'après mes propres estimations, environs 25 % des utilisateurs de PC savent se servir d'un logiciel P2P, et la part de téléchargement légale est la plus importante en volume de données téléchargé (notement pour des démos de logiciels).

    Je ne félicite pas l'auteur de cet article :beubeub:

Votre réponse
Postez un commentaire