En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'e-learning, nouveau hobby du salarié ?

Le droit individuel à la formation se mettra en place le 1er janvier. Il relance l'intérêt pour l'apprentissage à distance.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • Brigitte Roujol
    Brigitte Roujol     

    2/ Il est nécessaire de démultiplier l'accompagnement vers toutes les catégories de collaborateurs

    Pour éviter de créer sans le vouloir des castes de collaborateurs et des rancoeurs possibles, il peut être pertinent de donner le signe que personne n'est oublié : nouvelles recrues, anciens et ceux qui vont en apparence bien. Cela peut se faire en proposant à chacun une forme d'accompagnement (individuel, en groupe ou avec des outils NTIC).

    3/ Il est nécessaire de chercher à démultiplier cet accompagnement au moindre coût par les NTIC

    Le e-learning permet en effet de concevoir une offre de formation et d'accompagnement du changement adaptée au DIF, en combinant des outils en ligne et du présentiel, et ce au moindre coût.

  • Brigitte Roujol
    Brigitte Roujol     

    Bonjour,

    Je suis Brigitte Roujol, consultante en accompagnement du changement, animatrice du réseau de consultants, formateurs et coachs et ai également créé et médiatisé de nombreux modules de e-learning pour CrossKnowledge, le leader du e-training, sur les thématiques d'efficacité professionnelle, manager-coach et pilotage du changement.

    Pour moi, Le DIF, droit individuel à la formation relance effectivement l'intérêt pour l'apprentissage à distance.

    Parmi nos clients, certaines PME ont actuellement à accompagner des réorganisations importantes concomitamment à un développement rapide (nombre de recrutements amenant à doubler leurs effectifs de 500 à 1000 en moins de 2 ans).

    Comment accompagner ce changement de façon adaptée à chaque type de collaborateurs (nouvelles recrues, collaborateurs devant changer de fonctions,?) et ce au moindre coût ? Telle est leur problématique.

    Voici nos premières pistes de réflexion

    1/ Il nous semble dans ce contexte qu'initier un co-investissement collaborateur /entreprise est une opportunité du DIF à explorer

    Une manière de responsabiliser toutes ces catégories de collaborateurs est en effet peut-être de les inviter à décider (proposition faite mais décision libre) de co-investir dans leur accompagnement individualisé dans ce contexte de changement (réorganisation et développement rapide). Le collaborateur est ainsi étroitement associé à l'investissement.

    Le cadre du DIF peut devenir le cadre du financement des accompagnements adaptés à chaque type de collaborateurs (mobilité interne, intégration, développement de compétence). Pour les nouvelles recrues il s'agirait a priori d'un investissement par anticipation sur leurs droits futurs.

  • Philippe Naso
    Philippe Naso     

    Bonjour,

    pour moi le e-learning va laisser sa place à une autre méthode de formation, car efficace pour certain mais pas pour la majorité des personnes. En France nous sommes dans une ère ou la communication reprend sa vrai place et l'être humain à besoin de communiquer. C'est pour cela que chez Ophelio on a fait le choix du face à face pédagogique au téléphone, l'objectif est de faire comme si le formateur était derrière l'apprenant.
    Le DIF va permettre aux nouvelles méthodes de formation de faire surface, même si aujourd'hui certaines entreprises n'ont pas encore intégré la formation à distance dans leur plan de formation.
    Là les médias ont un vrai rôle, c'est de communiquer sur ces méthodes de formation innovantes et je suis sur qu'ils vont prendre le sujet en charge. Je leur fait confiance, car ils ont déjà commencé à communiquer mais pas assez.

    Philippe Naso
    Ophelio

  • Michel Lacour
    Michel Lacour     

    Je suis tout a fait d'accord avec vous sur la prise en compte de nouveaux produits "estampillés" e-learning; mais je crois que la 1ère phase passera par un panachage e-learning et presentiel qui permettra d'associer vecu du formateur avec le stagiaire et temps gagné, car le e-learning est une source de gain de temps pour un certain nombre de stagiaires (ou ressenti comme tel)mais encore une fois avec un produit attractif.
    Cordialement
    Michel Lacour

  • Philippe Naso
    Philippe Naso     

    Bonjour,

    Je travail dans un organisme de formation à distance et depuis qu'on parle du DIF, je me demande si il y a un vrai marché pour les sociétés de formations en bureautique ou autre. A ce jour, aucune information laisse penser que cela va être une vraie révolution. D'une part, le salarié est encore très mal informé sur l'objectif du DIF et d'autre part l'employeur a toujours le pouvoir de dire non si la formation ne lui convient pas.

    Pour l'E-learning le succès n'est pas réel, quand j'en parle avec des personnes, ils trouvent que ce n'est pas efficace et qu'on se sent un peu seul face à la machine et donc ils préfèrent du présentiel. C'est pour cela que dans notre organisme, Ophelio, les formations en bureautique sont faites à distance, mais pendant toute la durée l'apprenant est au téléphone avec un formateur qui voit grâce à une connexion internet l'écran du stagiaire. On pourrait dire que c'est du face à face pédagogique par téléphone et nous avons d'excellent retour des personnes que nous formons.

    Maintenant il est certain que les outils E-learning qui existent aujourd'hui conviennent à certaine catégorie de personne, mais une petite majorité car cela représente un peu plus de 3% du marché de la formation. Donc je pense que si effectivement le DIF permet d'ouvrir un nouveau marché, il va falloir développer des outils qui répondront aux exigences des apprenants et qui permettront aux personnes formées d'être plus efficace.

    Pour finir, c'est aux organismes de formation de trouver des partenariats, afin de bâtir des parcours métiers et là peut-être que le marché du DIF deviendra réel et les salariés seront inciter à se former.

    Bonne chance à tous et bon DIF à distance

    Opheliomenvotre

    Philippe Naso

  • bruno__
    bruno__     

    Bonjour,

    je suis tout a fait d'accord avec Gaël mais imagine les amphis deviendrais tous vide car les etudiants n'iraient meme plus a l'université !!! (enfin moi c'est ce que j'aurais fait)

    Bonne journée a tout le monde

  • Gael_
    Gael_     

    j'utilise internet et j'y trouve de nombreuses informations très intéressantes qui me permettent de me construire des connaissances. cependant rien ne remplace une bibliothèque universitaire. Si l'avenir est sur le web, la connaissance demeure dans les livres. Je souhaite que les universités ouvrrent leurs portails web à tous.
    je pense passer des diplômes dans un avenir proche et l'e learning ou plutôt l'e-recherche me paraît être la solution la plus pratique et la plus riche pour moi qui suit salarié.
    gaël

Votre réponse
Postez un commentaire