En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L. Belkhir (Kirtas Technologies) : ' C'est la fin des bibliothèques telles qu'on les connaît '

L. Belkhir (Kirtas Technologies) : ' C'est la fin des bibliothèques telles qu'on les connaît '
 

Cette start-up commercialise des systèmes de numérisation des livres. Elle prétend pouvoir traiter 1200 pages en une heure.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • JCBPARIS
    JCBPARIS     

    Deux remarques sur cet article intéressant :
    Tout d''abord je n'aime pas le ton de Mr Belkhir qui emploie des mots tels "c'est la fin de ...", ou "Pour l'ancienne génération..."
    Pourquoi opposer les générations ? Dans toutes les générations on trouve des gens capable de lire sur un écran d'ordinateur, soyons un peu plus tolértant.
    Enfin son système fonctionne très bien, pour reprendre son expression, avec les livres d'ancienne génération, les nouveaux livres eux sont déjà sous forme de fichier informatique, il sera inutile de les scanner !

  • Benjamin BALL
    Benjamin BALL     

    Ce procédé de numérisation des livres est une évolution technologique attendue depuis longtemps.

    Stocker des millions de pages sous formes de fichiers permet un pas en avant pour la recherche en bibliothéque. En quelques minutes on pourra obtenir ube liste quasi compléte des ecrits sur un sujet donné.

    Cela ne remet pas en cause l'existence du livre papier. Même en bibliothéque.
    Aucun écran ne permet aujourd'hui une qualité de lecture equivalente à la lecture sur papier. Lire sur un ecran est beaucoup plus fatiguant, use plus l'oeil même quand on est habitué.

    La différenciation entre lecture travail et lecture plaisir est interessante mais elle ne peut être delimitée de façon aussi stricte. Prendre des notes de façon efficace sur un texte donné n'empéche pas le fait d'avoir du plaisir à lire le texte.

    Le numérique a ses avantages, le papier en a d'autre. Je défend le développement et l'utilisation intelligente et complémentaire des deux supports.

    I

    J'ai deux ordinateurs à la maison, je suis content de trouver de nombreux textes sur internet. Si demain le nombre de texte disponibles grandit j'en serais trés content. J'ai également plusieurs étagéres remplies avec des centaines de livres chacune si demain les bibliothéques ne prétent plus de livres mais que des fichiers numériques il me manuera quelquechose.

    La question livre papier n'est absolument pas un probléme générationel. Le présenter comme ça est extrémement dangereux. Les gens souhaitent vivre avec leur temps. Dire que ne pas rejeter le papier, ou ne pas adhérer au numérique ce n'est pas être avec son temps est un mensonge. La question n'est absolument pas là.

    Cette technologie n'est pas bonne ou mauvaise en elle même. C'est un outil.

    Les propos de L. Belkhir ne sont pas faits pour me rassurer ils ont un avant goût, un goût et un arriére goût technologiste.

    Il existe parmis tous les types de crétinismes deux particuliérement dangereux:

    Ceux qui disent que tout ce qui est passé est bien parce que ancien
    Ceux qui disent que tout ce qui est nouveau est mieux parceque nouveau.

    Les deux types de discours visent à imposer des idées, des regimes, des technologies, des fonctionnements par une absence de questionnement sur les idées, les régimes, les technologies, les fonctionnement, la seul question qui se pose c'est de savoir si on adhére à la tradition, au passé, ou si l'on adhére au progrés et à la modernité.

  • Dimitri de NANCY
    Dimitri de NANCY     

    J'ai déjà fait un article sur ce truc.
    C'est vrai que la machine est vraiment pas mal faite.
    Imaginez-vous scanner 1200 pages par heure et ceci, comme le dit le président de Kirtas Technologies, avec plus de douceur qu'une main humaine.

    Le projet va certainement intéresser les fervants opposants à Google.
    Vous savez, ceux qui soutiennent le projet de bibliotèque européenne initié par la BNF (Bibliotèque Nationale de France).

    :) :) :)

Votre réponse
Postez un commentaire