En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Ils n'auront pas la peau du fax

Ils n'auront pas la peau du fax
 

C'est une bonne idée de définir un standard universel. Encore faut-il que les gens l'utilisent.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • raymond.gueguen
    raymond.gueguen     

    Anicet Mbida avec humour et bon sens fait en même temps une comparaison logique, car l'ESPERANTO est bien vivant et le restera certainement.
    Merci.

    Sites à consulter aussi :
    www.esperanto-france.org (organisation nationale)
    www.uea.org (Association Mondiale d'Espéranto, site multilingue).

    Raymond GUEGUEN Limoges.

  • skirlet
    skirlet     

    Sauf qu'il ne tombe jamais en panne, à la différence du fax :-) Il a fait ses preuves depuis longtemps, mais pour une raison obscure on continue à l'ignorer, en suivant le principe "pourquoi faire simple si on peut faire compliqué". Et aussi plus coûteux, plus discriminatoire...

  • Jean-Claude Roy
    Jean-Claude Roy     

    Dans mon bureau, il y a un fax mais actuellement il ne peut servir qu'en réception et on s'en plaint, mais personne n'est encore venu pour le dépannage !
    Comme le fax, l'espéranto peut être considéré comme un outil performant pour l'échange d'informations, mais c'est surtout un formidable outil d'échanges interculturels en tous genres. C'est un outil qui monte en puissance et qui est de plus en plus utilisé par une population dont la moyenne d'âge est de plus en plus basse. Son avenir est assuré et je suis persuadé qu'arrivera un moment où le déclic va se faire... Peut être que le fax verra la transmission de multiples messages en espéranto. L'espéranto est né bien avant la fax et vivra certainement bien longtemps après la fin du bon vieux fax.
    Amike

  • Dominique Couturier
    Dominique Couturier     

    Franchement, moi ça ne me dérange pas qu'il y ait encore des gens qui utilisent le fax... Et d'ailleurs j'en ai un.
    Ceci dit, je ne me sers guère du mien.
    Mais le fait est que, plus les alternatives se développent, plus les techniques anciennes se marginalisent.
    Dans un sens, le minitel était plus simple à utiliser que l'ordinateur, mais il était beaucoup moins interactif et beaucoup moins "citoyen" (j'entends par là que pour dépasser le stade d'usager passif, par ex sur les BBS, il fallait bien plus de connaissances techniques que pour interagir par l'internet.)

    La comparaison avec l'espéranto est tout à fait pertinente: c'est un outil linguistique excellent , puissant, efficace, élégant, équitable, économique... Mais seuls les espérantistes et quelques esprits libres et ouverts en ont conscience. Tant que la cata de la colonisation culturelle, économique, politique, idéologique par l'anglais ne sera pas patente, ils seront maintenus dans l'ombre (à leur coeur défendant). Seulement le jour où ça déferlera, ça ira très vite... ;-)
    Visitez donc le blog "parole à tous" sur le site du Monde...

  • toon_
    toon_     

    C'est vrai : on n'a pas encore fait plus simple et plus fiable que le fax.
    Le passion pour la technologie ne doit pas faire oublier la dose nécessaire de bon sens !
    J'aime bien les chroniques d'Anicet : interessantes et toujours légèrement desinvoltes...

Votre réponse
Postez un commentaire