En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Copie privée : les artistes alertent les parlementaires

Face aux menaces qui pèsent sur le droit à la copie privée, l'Adami a organisé un colloque au Sénat pour y présenter une nouvelle fois ses inquiétudes, avant la transposition en France de la directive européenne ' droits d'auteur, droits voisins '.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

31 opinions
  • pierre_
    pierre_     

    T'as vu la qualité de la deuxième ou troisième copie de ta cassette audio ? C'est sûr que c'est frustrant quand tu aimes un morceau de l'écouter avec ces râclements et ces pleurages. Donc tu allais acheter l'original. Mais avec le CD, la copie est identique à l'original. C'est pas une copie : c'est un deuxième master ! Pourquoi tu irais en acheter un autre ? Il ne serait pas meilleur ! Au contraire, depuis leurs protections à la con, tu risquerais de ne même pas pouvoir t'en servir ! Non, sérieux, la seule solution est celle d'Apple -> iTunes. Vivement qu'elle existe chez nous !

  • hodj
    hodj     

    De toute façon, c'est toujours celui qui a achete le CD qui est ennuye:
    -pour les CD Logiciel ceux qui ont achete MS Office XP ou Windows XP doivent s'enregistrer pour pour utiliser leurs soft, pour ceux qui ont une version "pirate" aucun soucis
    -pour les CD audion ceux qui ont achete un CD protege ne peuvent pas forcement le lire et ceux qui ont eu les morceau de maniere plus ou moins illegale et les ont grave aucun soucis pour les lire (PC, Autoradio, lecteur CD/DVD..)

    Vraiement les majors et les editeurs de logiciels cherchent plus a compliquer la vie a leurs clients qu'aux "pirates". C'est un comble quand meme

  • Limule
    Limule     

    (je fais un 2e post sinon ct trop long...)

    Je voudrais aussi dire un truc: pour moi le P2P n'est pas un danger pour l'industrie du disque, bien au contraire. Depuis que j'y ai accès, je pense que ma consommation de CD a doublé. C'est un moyen unique de découvrir de nouveaux univers musiquaux, de dénicher des perles d'artistes connus ou inconnus, bref c'est du pur bonheur pour les vrais amateurs de musique! Alors après, c'est tout naturel de prolonger le plaisir en s'offrant les albums, non?
    Pour moi les majors sont surtout victimes d'elles mêmes et de leur logique qui consiste à nous vendre de la musique comme de la lessive. C'est un fuite en avant: je veux vendre plus de disques, je fais plus de pub, ça me coûte plus cher, j'augmente les prix de mes CDs, du coup j'en vend moins, oups... ; )
    Bon si un professionnel du disque ou quelqu'un d'un peu au courant passe par ici et qu'il peut m'expliquer cette histoire de politique de prix ce serait cool, merci.

  • Limule
    Limule     

    Moi je voudrais tout simplement qu'on m'explique comment un même CD peut être vendu à 20 euros lors de sa sortie et tomber à 8-10 euros un ou deux ans plus tard. Considère-on que la musique est un bien périssable? Pour moi un bon album reste un bon album, quelle que soit sa date de sortie... Le problème c'est qu'on se permet de nous facturer 20 euros des CDs de musique formatée dont le contenu ne durera que le temps de la campagne marketing qui l'accompagne... Quand on s'est retrouvé deux ou trois fois avec un album qu'on ne réécoutera jamais, avec en plus le sentiment de s'être fait avoir, c'est normal d'être réticent de continuer à aligner la monnaie.
    La question que je me pose est la suivante: sachant qu'il est interdit de vndre à perte en France, comment peut on être en mesure de nous prposer le même album à moitié prix? Je trouve ça un peu fort de café de pleurnicher pour une baisse de la TVA quand on peut se permettre de tels écarts de prix et s'y retrouver sereinement.
    Pour ma part je prend patience, je me constitue petit à petit ma discothèque idéale au prix moyen de 8 euros le CD. Il suffit de guetter la bonne occase...

  • Thierry LENFANT
    Thierry LENFANT     

    Le disque dur de ma mémoire intellectuelle fonctionne bien quand je me lève du bon pied le matin, donc je suis d'accord avec toi, au bout d'un certain temps, il y a un virus qui se propage et hop, j'ai oublié une phrase. Alors, a quand l'antivirus pour nos cervelles. Je te raconte pas s'il faut un logiciel pour convertir les mp3 en raw, on voit bien que l'ordinateur se rapproche de notre façon de penser, cela prouve que c'est un bien bel outil

  • FrDakota
    FrDakota     

    Tek, tu parles d'un support ou la protection contre la copie est prévue d'origine.

    Le CD Audio n'a jamais été prévu pour être protégé. Ce qui bien sûr rend les CDs protégés incompatibles avec certains lecteurs.

    C'est pour ça que Philips à demandé aux "protégeurs" d'enlever le logo Compact Disc Digital Audio, puisqu'ils ne respectent plus cette norme.

    Est-ce illégal, on pourrait se le demander. Fournir un produit qui ne sera pas exploitable sur un lecteur respectant une norme mondialement répandue, c'est truander le client. (il faudrait au moins accepter de rembourser dans ce cas)

    Ou alors il faut que ces "protégeurs" sortent enfin les matériels capables de lire LEURS CDs. (Avec un client qui se dira "mais moi je veux le standard")

    Ce protections sont de toutes façons inutiles, coûteuses et e**erdent un max le client.

    Dire qu'en plus ces protections sont mises sur les CDs d'artistes qui n'en veulent pas, mais ils ne peuvent malheureusement pas refuser. :(

  • empaf
    empaf     

    Tous leurs arguments tiennent sur le "fait" que lors d'une copie de cd la qualité est inaltérée..
    Le problème, c'est que c'est un gros mensonge, la copie n'est JAMAIS identique et le seul moyen de ne pas trop perdre en qualité lors d'une copie est de passer par un graveur de cd spécial à correction d'erreurs qu'on utilise lors de l'enregistrement de master. Le prix d'un appareil de ce genre avoisine les 1200? minimum, ce qui met la copie PRESQUE parfaite innaccessible au commun des mortels. Et le plus drôle, c'est que les personnes qui utilise cet argument sont ceux qui utilisent ces mêmes appareils hors de prix.
    Un exemple:
    Faites une copie puis copier la elle même et ainsi de suite et voyez à quel moment vos oreilles perçoivent la dégradation (elle commence à s'entendre la deuxième fois pour une oreille entrainée)
    Aussi pour les taxes sur les supports numériques, moi qui fait de la musique et qui paie en plus la taxe (non remboursable), j'attends toujours mon chèque d'ayant droit floué...

  • tom_
    tom_     

    Bientot on va devoir télécharger sur internet le CD qu'on vient d'acheter pour le graver pour qu'il puisse passer dans nos chaines ou nos autoradios ou autres baladeur cds....

    Et la TVA est a 19.6%

  • GabGab
    GabGab     

    Salut,

    J'ai eu ce cd en main ... le patron d'un troquet m'a demandé de le lui copier (posséder une copie n'est pas illélgal, dixit le représentant de la sassem).

    Donc, son graveur de salon ne lui permettais pas de le graver ... je l'ai pris, et, effectivement, il y a une bidouille à fair pour graver ... j'ai du passer le cd en mp3, sauf les trois dernières chansons que j'ai du metttre en wav (elles refusaient de se mettre en mp3), et j'ai ensuite regraver le cd audio ...

    J'ai réalisé les mp3 avec une compression de 392 Ko/s, donc la qualité est vraiment très proche de l'original (sauf pour une oreille vraiment très éxercée)...

    Donc, leur protection, amha, c'est vraiment du pipeau...

    Par contre, pour en revenir au débat, je suis adepte de Kazaa, et j'y ai découvet le dernier album de Pierpoljak ... je l'ai télécharger, adoré, et acheté au supermarché .... car pour moi, rien ne vaut le plaisir de posséder un cd original ... même une copie ne me convient pas vraiment.

  • louis_
    louis_     

    c'est une affaire de fric et ça rend cinoq n'importe qui ! il y a des milliards en jeux et le contrôle de l'économie par cyber-achat. Qui a tort ? : l'auteur ou le négociant ? Les deux, car ils se battent pour nous pomper un maxi de fric. Et les petits auteurs ...... et la culture..... siffle !

Lire la suite des opinions (31)

Votre réponse
Postez un commentaire