4/11

Postal 2 (2003)

La même année que Manhunt sort Postal 2, cette fois-ci uniquement sur PC. Si ce jeu a lui aussi été sujet à controverse, c’est non seulement parce qu’il s’avère des plus violents, mais aussi parce qu’il intègre des thèmes pas forcément bien vu à l’époque, comme le terrorisme d’Al Quaida. Nuance d’importance, dans Postal 2, on incarne un type très banal qui pète un plomb face à un quotidien ennuyant. Il ne s’agit pas d’un criminel, et un grand nombre de situations peuvent être réglées sans grande violence dans le jeu. Néanmoins, les possibilités multiples de faire le mal – on peut mettre le feu à des gens et leur uriner dessus pour éteindre les flammes, utiliser des chats en guise de silencieux de pistolet, tuer absolument n’importe qui… - permettent au joueur de totalement se défouler dans un monde ouvert. La défense des développeurs est la suivante : si vous êtes méchant et violent dans Postal 2, c’est que vous le voulez bien. Mais il faut avouer que même si on dit bonjour à la dame et tient la porte à son voisin dans la vraie vie, il est bien difficile de résister à la tentation, tant que cela reste virtuel, bien entendu !

Dix jeux méchamment méchants...