Un collectif en guerre contre les e-books s'affiche au Salon du livre

Votre opinion

Postez un commentaire

24 opinions
  • titi&grosminet
    titi&grosminet     

    Je confirme que l'impression papier n'a aucun équivalent en termes de confort et de facilité pour vérifier du code informatique ou un texte.

    La lecture sur un écran même de très grande qualité n'apporte que fatigue visuelle et un réel déplaisir. Ce n'est pas pour rien que les personnes attachées à la correction des livres le font sur une version imprimée et non à l'écran.

  • jumpingas
    jumpingas     

    tu cherches mal et aux mauvais endroits sans aucun doute. Ce débat sur le numérique et l'écrit est présent partout depuis deux ans, quant aux dangers de truc tel que les Rfid il faut être sourd et aveugle pour l'ignorer. au fait c'est joli Aurillac ?

  • qsqp
    qsqp     

    La liberté de s'asseoir et de lire un journal gratuit : c'est la liberté de lire un journal qu'on a pas payé, qui est subventionné par des sponsors et/ou par le pouvoir en place et dont le but non avoué (rien de gratuit n'est-ce pas ? sauf pour les naïfs) est bien de faire croire au peuple ce qu'on veut lui faire croire et le renseigner comme on veut.

    Cette désinformation au quotidien abouti à l'esclavage mon bon monsieur : un exemple : bcp de bons français ne savent pas que les prisons sont emplies d'une majorité de gens dits "minorités visibles" dans la langue de bois, qui sont assez loin de notre civilisation d'origine, et qui ne se sont pas intégrés (pas si facile) mais sont devenus de parfaits voyous dans leur banlieue "chaude" (très facile quand on est déraciné). Votre 20-minutes ne vous le dira pas car c'est une Pravda.

    D'autre part l'écran apprend mal car il déconcentre et ne donne pas au texte de structure visuelle ferme ; je le sais bien car je suis informaticien.

    Pour comprendre ou retenir un texte un peu complexe, on a intérêt à l'imprimer.

  • seb__24111
    seb__24111     

    Outre le fait que ce pseudo-collectif rebelle, mélange entreprise, méthodes commerciale, méthode de distribution support et contenu, je trouve qu'on s'approche d'une culture accessible au plus grand nombre, et ou on pourra, lire, apprendre,échanger beaucoup plus facilement et intelligemment.

    La problématique auquel il faudrait s'attaquer plutôt ce n'est pas au type de support, mais simplement au mode de distribution ( tout comme la musique ).

    Car l'erreur c'est de vouloir laisser le contrôle de la culture à de grosse multinationale qui ont tendance à tuer la diversité.

    C'est à mon avis ici le principal enjeux réel. Évidement ils préfèrent s'attaquer au support ( la forme ), plutôt qu'au veritable problème de fond.

  • oomu
    oomu     

    électronique, papyrus, papier, nuage de fumée ou internet, on répand de plus en plus de bons livres, du plaisir de lire, d'informer

    on est en mesure de s'asseoir et déguster tranquillement un bon document, un bon roman ou une bonne bd et de beaux courriers de ses amis

    tout va bien, ca va même ultra-bien

    les gens osent ne pas s'intéresser et zapper dans le choix délirant d'une culture sans cesse enrichie et multi-ethnique? ho my god ! ils sont libres et c'est BIEN !

    Et pire, ils ont la liberté de s'asseoir et de déguster quand ils le veulent

    et figurez vous que ces même gens le FONT ! quand ils le désirent et à leur rythme à eux !

    Les censeurs, les élites, les gens de "bon goût" n'ont qu'à aller se faire voir.

    La liberté effectivement ça emmerde.

    Moi j'emmerde ce collectif. Je suis même leur ennemi : je suis celui qui depuis 20 ans poussent internet en avant et la numérisation et qui se félicite de voir le jazz devenir toujours plus abordable.

  • titube
    titube     

    Pour moi c'est les consommateurs qui vont trinquer.

    le numérique c'est bien mais n'y a-t-il pas une polémique autours des supports numériques??
    à savoir: les donnés qui s'effacent avec le temps??
    Donc au final tu devras faire attention à tes données et puis tu ne pourras pas lire ton livre où tu veux et quand tu veux car une tablette fonctionne avec une batterie et tu risque de te la faire piquer notamment dans le métro.
    Mis à part sa, tu n'as pas la même approche avec un livre numérique qu'avec un livre papier.

    Bref... le numérique c'est bien mais il y as des chances que le livre papier disparaisse et là c'est moins bien...

  • seb__24111
    seb__24111     

    Vu qu'il n'y a aucune information visible sur le net, je vois pas comment je pourrais me renseigner ( Non Paris ce n'est pas le centre du monde ).

    Peut être qu'au fond c'est bien l'idée de ce groupe. Rendre la lecture le plus inaccessible possible.

  • Lilian 24
    Lilian 24     

    La numérisation est une avancée formidable et pour une fois que le lecteur ne paye rien !!!

  • jumpingas
    jumpingas     

    tourne ta langue 7 fois dans ta bouche avant d'émettre tes a-peu-près de café du commerce. "ça m'a l'air" dis-tu alors fouille un peu le problème. Le tract indépendamment de l'opinion qu'on peut en avoir décline des arguments qui méritent discussion et non un avis impensé. ces diarrhéiques du commentaire sont épuisants. Tu n'as rien à foutre ? lire par exemple !

  • clement25300
    clement25300     

    En vérité, les livres ne consomment aucun arbres.
    Ceux-ci sont utilisés pour les meubles, et seulement les parties les moins nobles servent pour les livres.
    Par contre, tous ces lecteurs électroniques coutent extrêmement chers à la planète...

Votre réponse
Postez un commentaire