La f(r)acture du téléphone portable