En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Digitalisation de l'immobilier : état des lieux

A l’instar de nombreux autres secteurs, l’immobilier est touché par la transition digitale. Ce milieu subit de profondes transformations liées au numérique.

Des contrats de bail automatisés aux sites d’annonces, chaque professionnel doit s’adapter pour être en mesure de créer une agence immobilière compétitive. Voici un tour d’horizon de ce qui a déjà changé et de ce qui sera amené à se transformer dans un avenir proche.

Les sites d’annonces

Quasiment tous les foyers français sont équipés en informatique. Internet est donc devenu le moyen de prédilection pour réaliser des transactions et des locations. Aujourd’hui, l’extrême majorité des personnes qui souhaitent faire l’acquisition d’un bien immobilier passent d’abord par le web. Ils ont le choix entre deux sortes de plateformes pour consulter des annonces :

  • Les portails professionnels : plus de 14 millions de visiteurs uniques y passent annuellement, et 90% des transactions menées avec succès commencent sur internet. Pour les agences, c’est un formidable moyen de communication.
  • Les sites de particuliers : le web permet de briser certaines barrières et de nombreux acquéreurs ont décidé de se passer d’intermédiaires. En juillet 2016, PAP enregistrait 5 millions de visites. Par ailleurs, 80% des annonces publiées sur Leboncoin proviennent de particuliers. Airbnb, de son côté, propose le concept novateur de la location de courte durée, qui modifie les pratiques du secteur immobilier.

Cependant, la facilité d’accès aux annonces en ligne ne change rien à la nécessité d’apporter une solide garantie financière pour sécuriser l’achat d’un logement. Cela ne retire pas non plus les difficultés administratives qui peuvent se heurter au processus.

L’automatisation des contrats de bail

Les règles qui encadrent le bail locatif sont de plus en plus complexes. Par exemple, la loi Alur est plutôt favorable aux locataires. Ce constat contraint les propriétaires à se montrer très vigilants pour ne pas se retrouver à devoir régler des amendes ou percevoir des loyers réduits.

Pour aider les bailleurs à composer avec ces contraintes, certaines plateformes telles que LeBonBail proposent un service d’automatisation juridique. En se contentant de remplir un formulaire, l’utilisateur peut très rapidement obtenir un bail en bonne et due forme.

Près de 2 millions de baux étant signés chaque année en France, ce dispositif simplifie considérablement la vie des propriétaires en contournant l’obsolescence des modèles papiers. D’autant plus que le concept inclut la signature électronique, ce qui contribue à faciliter la procédure.

Les tendances futures en immobilier

Mais le phénomène de digitalisation ne s’arrête pas là. En effet, l’avenir proche voit déjà poindre les visites virtuelles. Ces dernières s’appuient sur des photos à 360° qui permettent d’observer le logement sans avoir à se déplacer. Avec l’apparition et l’essor à prévoir des casques de réalité virtuelle, ce concept a toutes les chances de perdurer et de s’étendre.

D’autre part, il est aussi possible de réaliser un état des lieux à partir de sa tablette, au même titre qu’une convention de sortie qui résume les charges du précédent locataire.

Enfin, l’investissement participatif immobilier constitue un autre phénomène récent et s’appuie sur internet. De nombreuses plateformes permettent aux investisseurs de placer leur argent dans des projets de construction. Il leur suffit de choisir la campagne d’un promoteur et d’investir en général à partir de 1 000 euros. Ce phénomène offre des rendements à hauteur de 10 à 12%, ce qui correspond à la rentabilité d’un placement en Bourse, pour des risques inférieurs.

Autrement dit, le monde digital n’est pas prêt de s’arrêter dans le secteur du logement (cliquez ici pour plus d’informations). Cette réalité amène les professionnels du milieu à se former constamment et à adopter des outils informatiques aujourd’hui indispensables.