En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les avantages et les inconvénients du régime de micro-entrepreneur

Le succès du régime d’autoentrepreneur, désormais dénommé micro-entrepreneur, est lié aux nombreux avantages qu’il offre. Mais il existe aussi quelques inconvénients qu’il faut savoir anticiper.

Une comptabilité très allégée

Au contraire du gérant d’une entreprise classique, le micro-entrepreneur n’a pour seule obligation que de tenir un journal très simplifié des dépenses-recettes, indiquant le montant et l'origine de ses recettes et dépenses au fil de l’émission de ses factures. Pas de bilan ni de compte de résultat à réaliser. Pour les micro-entrepreneurs exerçant une activité commerciale ou de fourniture de logement, s’impose une obligation comptable supplémentaire : la mise à jour d’un registre récapitulant par année le détail des achats. Vous pouvez obtenir des informations utiles pour devenir micro-entrepreneur sur le site : https://www.portail-autoentrepreneur.fr/devenir-auto-entrepreneur

Pas de Tva !

Pas de Tva à facturer à vos clients ! Ce qui signifie que toutes nos factures sont hors taxes. Ainsi, vous vous évitez la charge de reverser cette Tva au Trésor public. Vous devez mentionner sur votre facture :Exonéré de TVA au titre de l’article 293 B du CGI.

Impôts et cotisations sociales calculés sur les sommes encaissées

Vous ne payez des cotisations que sur les sommes que vous encaissez… au contraire des entreprises classiques, qui versent des cotisations prévisionnelles. Par ailleurs, le régime de micro-entrepreneur peut cumuler avec celui de l’Accre, concernant les demandeurs d’emploi. Ce qui permet de bénéficier d’exonérations partielles de cotisations sociales tout en percevant des allocations chômage.

Premier inconvénient, pas de charges déductibles !

La micro-entreprise peut coûter plus chère qu’une entreprise normale : en effet, la base de calcul des cotisations sociales et de l’impôt s’établissant sur le chiffre d’affaire et non le bénéfice, les charges engagées dans le cadre de l’activité ne sont pas déductibles. Ce qui signifie que les nombreuses micro-entreprises réalisant des achats devront intégrer en amont le coût de ces derniers.

Une Tva versée mais non récupérée

Le micro-entrepreneur établit des factures sans Tva… mais paie de la Tva lorsqu’il fait des achats ! Une Tva avancée mais non récupérée dans le cadre de l’achat de matériel informatique, de fournitures, de frais de restauration ou de déplacement... Ce qui peut représenter une somme importante si la micro-entreprise doit investir a minima avant de se lancer.

Une retraite pas systématique

Pour valider ses quatre trimestres de retraite annuel, le micro-entrepreneur doit réaliser un chiffre d’affaire minimal en 2017 de l’ordre de : 20 193 € par an pour les commerçants, 11 712 € par an pour les prestataires de services, 8 873 € par an pour les professions libérales. Mais si vous êtes salarié par ailleurs, vous ne pourrez ajouter de la retraite supplémentaire puisque l’on ne peut dépasser 4 trimestres de retraite par an.