En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Prise en main Toshiba Satellite L650D-11D

Le L650D n'offre pas une prestation à couper le souffle mais est proposé à un bon prix.

Note de la rédaction

Avis des utilisateurs

prix constructeur : 649 €

autres meilleurs prix pour
PC Portables

  • EasyNote ME69BMP-28062G50nii - gris - Tactile - PC portable PACKARD BELL 258,17 €
Voir les détails

Prise en main

Toshiba Satellite L650D-11D, un portable à puce AMD correct

Toshiba rajoute quelques Satellite à son catalogue, dont le L650D. Un écran, des options et des performances moyennes.

Aymeric Siméon 01net
le 09/08/2010 à 15h00
note de la rédac

la promesse

Toshiba rejoint le cercle de plus en plus grand des constructeurs multipliant les configurations équipées de composants AMD. Ainsi, après les Acer 7551G et 5553G, le MSI Wind U250 et le HP dv7-4055sf, la déferlante des PC portables sous plate-forme AMD continue. Et après les Athlon II (Neo ou non) et le Phenom II X4 N, c'est au tour des nouvelles versions des processeurs Turion de faire leur apparition dans les machines, à l'instar de ce Satellite de Toshiba. Malheureusement, lors de sa présentation, l'esthétique et l'ergonomie ne nous avait pas paru très léchées. Ce test est donc l'occasion de s'en assurer...

la réalité

Fidèle à ses habitudes, Toshiba a recouvert son Satellite de plastique noir brillant avec quelques motifs. Si l'effet est très plaisant visuellement, nous retrouvons les traces de doigts usuelles dès la troisième heure d'utilisation. Le touchpad est toujours fondu dans le repose-mains et se démarque par sa matière légèrement granuleuse et deux énormes boutons. Quant au clavier, Toshiba n'a pas décidé de changer quoi que ce soit. C'est donc un modèle à touches « piano » que l'on retrouve sur ce Satellite, le chiclet « made in Toshiba ». Il occupe correctement l'espace à l'intérieur du châssis, la frappe est agréable et les raccourcis fonctionnels présents en pagaille.

Une seule puce graphique

Tout est bon dans le Turion deuxième génération ? Plus musclé que l'Athlon II X2 P320 de 200 MHz (2,3 GHz contre 2,1), le Turion II P520 est le moteur de ce Satellite L650D-11D. Contrairement à l'Acer Aspire 5553G, vendu certes un peu plus cher, Toshiba n'a pas vu l'utilité d'une carte mère équipées de deux composants graphiques, un intégré (basses performances) et un second dédié (meilleures performances). Cela aurait permis de réduire la consommation de la machine lorsqu'elle n'est pas branchée sur secteur (en basculant sur la puce intégrée, qui consomme beaucoup moins que l'autre). La puce graphique HD 5650 mobile est donc fonctionnelle tout le temps, même si la fonction PowerPlay d'ATI réduit quelque peu la voilure lorsque vous êtes sur la batterie.

Autonomie et volume sonore décevants

L'autonomie de la machine est meilleure que sur le modèle Acer mentionné ci-dessus, mais reste tout de même sous la barre des deux heures (1 h 53 pour être précis). Et pour cause, le Turion II P520 consomme moins que le Phenom II X4 pour une cadence supérieure, mais possède moins de cœurs et une architecture différente. La consommation globale de la machine est de 25 W et de 73,6 Watts en pleine charge, elle est raisonnable dans les deux cas. En revanche, le niveau de nuisance sonore est de 40 dB lorsque vous commencez à puisez dans ressources de la machine : pas très discrète tout de même.

Performances et écran moyens

L'écran de ce Toshiba est tout à fait moyen avec une luminosité de 202 cd/m2 et un taux de contraste de 776 :1. La définition de 1 366 x 768 pixels est somme toute un peu juste pour l'usage bureautique, mais acceptable pour regarder un film, surfer sur Internet voire même jouer raisonnablement. En effet, le portable est relativement polyvalent et s'adapte donc assez bien à toutes les tâches. Seuls les travaux lourds à base de vidéos, d'images ou encore les jeux gourmands lui posent quelques soucis. Il faut s'armer de patience pour un encodage et savoir faire preuve de retenue sur les détails vidéo des derniers hits vidéoludiques (DX10 et DX11 surtout). Pour les anciens titres (DX9), vous pouvez un peu plus vous « lâcher ». Mais il faudra tout de même composer en fonction de la fluidité d'image à laquelle vous aspirez.

Nombre de connecteurs limité

Question connexions, Toshiba ne joue pas vraiment la carte de la richesse. Pas de Bluetooth, ni de prise Ethernet Gigabit ou d'emplacement Express Card seulement trois ports USB 2.0 dont un fusionné avec le port eSATA, deux sorties vidéo (VGA et HDMI) et le traditionnel de lecteur de cartes mémoire (SD, MMC, MS, MS Pro).

le verdict

Malgré son assez petit prix (649 euros), ce Satellite L650-11D de Toshiba se révèle très commun. Il lui manque un certain nombre d'options comme un clavier chiclet, un touchpad plus grand, des options de connectique en sus et surtout un écran de bonne qualité. Ce qui le cantonne aux trois étoiles.

Voir les détails
 
Voir les détails
Voir les détails

Prises en main de
produits
similaires

Acer Aspire E5-471-64WR

note de la rédac

hp SlateBook 14-p000nf

note de la rédac

hp Envy x360 (15-u002nf)

note de la rédac

NewslettersAbonnez vous gratuitement !

+ toutes nos newsletters