En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

La Hadopi analyse le fonctionnement des sites illégaux de téléchargement

Une nouvelle étude sur le téléchargement vient d’être publié par la Hadopi. Malgré le développement du streaming, l’acquisition de fichier reste une activité dynamique et très organisée.

laisser un avis
Si la chasse aux pirates est l’activité la plus populaire de la Hadopi, ce n’est pas sa seule mission. Elle doit aussi, comme le note le Code de la propriété intellectuelle, observer l'utilisation licite et illicite des œuvres culturels.
C’est dans ce cadre que le Drev, son département recherche études et Veille, a réalisé une enquête auprès de 5000 internautes pour mieux connaître leur pratique en matière d’usage de produits culturels.
Pour ce travail, le Drev a scruté trois plateformes de téléchargement direct parmi les plus représentatives, à savoir, SpeedyShare, RapidGator et 1fichier. Cette sélection a été faite à partir de leur audience et du fait de la méthodologie choisie pour l’étude.
Comme on pouvait s’en douter, le téléchargement de logiciel ne représente plus grand-chose quelle que soit la plateforme. Par contre, la vidéo est évidemment le media le plus prisé des internautes. S’ils ne représentent qu’un quart des fichiers présents sur SpeedyShare, ils atteignent 62% sur 1Fichier et 64% sur RapidGator.

RapidGator, le spécialiste du porno

L’étude s’est penchée dans le détail de ces téléchargements. On y découvre que sur RapidGator, les internautes vont surtout chercher des films pornographiques. « Ces vidéos représentent environ la moitié des contenus vidéo avec 27% pour les parties de films pornographiques et 17% pour les films pornographiques », précise le Drev qui ajoute que sur cette plateforme, « les épisodes de séries complets représentent 21% des contenus vidéo alors que les parties d’épisodes en représentent 3%. Les films complets représentent 6% des contenus vidéo alors que les parties de films en représentent 11%. »
Ceux qui préfèrent les séries et les films se rendent plutôt sur 1Fichier. « Sur ce site, les catégories les plus représentées en nombre de fichiers sont les parties de film (26%), les épisodes de séries (24%) et les épisodes de séries d’animation (20%). »

Une offre mieux organisée que dans le légal

Sur SpeedyShare, « les trois catégories les plus importantes en nombre de fichiers sont les médias avec 18%, les épisodes de séries et les épisodes de séries d’animation avec 17% chacun. » La plateforme est surtout connue pour la musique. Le Drev constate que « les morceaux de musique avec 42% des fichiers. La catégorie des albums complets vient ensuite avec 33% des fichiers. »
Cette spécialisation montre la professionnalisation des plateformes de téléchargement pirate. Apparemment, elles se sont réparti le marché mieux que les professionnels ne le font dans les offres légales.
Cette étude devrait être la dernière avant la publication du rapport d’activité annuel de la haute autorité qui sera dévoilé début octobre.
Lire aussi :
- CSA/Hadopi : le transfert devra plutôt attendre 2014... comme prévu (16/09/2013)
- Le seul condamné par la Hadopi échappe à son sort in extremis (05/09/21013)
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Uber réagit vivement à l’adoption de la loi taxis/VTC
Droit à l’oubli : Google a déjà reçu plus de 135 000 demandes de déréférencement
Forum d’Avignon : lancement d'une déclaration des Droits de l'Homme numérique
Droit à l'oubli : entre la CNIL et Google, c'est la guerre !
Les députés approuvent le blocage des sites faisant l'apologie du terrorisme
La Hadopi rappelle les FAI à l’ordre sur des atteintes à l’interopérabilité
Concurrence : Google doit dévoiler son algorithme de recherche, estime Berlin
UberPop n’est plus banni en Allemagne et revient aux affaires
Données personnelles : la Cnil épingle l'opacité des applis mobiles
Vie privée : les autorités américaines veulent en savoir plus sur l’Apple Watch
Espionnage : Américains et Britanniques connectés sur les réseaux Deutsche Telekom
Loi antiterroriste : le PRISM à la française en débat à l’Assemblée Nationale
Google et Microsoft sont les rois du lobby aux Etats-Unis
L'Hadopi lance une grande offensive contre le streaming illégal
Le Conseil d’État veut relier le numérique et les droits fondamentaux
Rémi Mathis (Wikimedia France): «Le droit à l’oubli viole la liberté d’information»
Numérique : les étonnantes nominations de la Commission européenne
Sites web et hacktivistes protestent contre l'internet à deux vitesses
Google parcourt les capitales européennes pour discuter du droit à l’oubli
Entrave à la concurrence de Google : Bruxelles relance le dossier