En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Prism : Barack Obama parle sécurité et vie privée avec Apple et Google

Barack Obama a rencontré les représentants des entreprises de high-tech et dit chercher un « un équilibre » entre sécurité nationale et vie privée.

laisser un avis
Le président Barack Obama a rencontré jeudi des dirigeants de géants de l'informatique et des télécommunications, dont Apple, Google et AT&T, pour parler du programme controversé de surveillance américain, a rapporté vendredi le journal Politico. La Maison Blanche a confirmé vendredi matin cette réunion, qui ne figurait pas à l'agenda de M. Obama, mais elle n'a pas identifié les participants.
Selon Politico, M. Obama s'est entretenu avec le directeur général d'Apple Tim Cook, celui d'AT&T (téléphonie et internet) Randall Stephenson, ainsi qu'avec l'informaticien de renom Vinton Cerf, considéré comme l'un des « pères » d'internet et actuellement employé par Google.
« Cette rencontre s'inscrit dans le cadre du dialogue que le président a souhaité sur la façon de respecter la vie privée tout en protégeant la sécurité nationale à l'ère du numérique », a expliqué à l'AFP un haut responsable de la présidence américaine, sans plus de détails.

Pour Obama, la surveillance est "légale"

Le thème de la rencontre, à laquelle participaient également des groupes de défense de la vie privée, selon Politico, était le programme de surveillance des communications électroniques effectué par l'Agence de sécurité nationale (NSA), dont l'ampleur a été révélée par l'ancien contractuel du renseignement américain Edward Snowden.
Selon Politico, la Maison Blanche avait déjà convié mardi des dirigeants d'entreprise et des groupes d'intérêt pour évoquer la surveillance avec des hauts responsables de l'administration Obama.
Depuis les révélations de M. Snowden, le président américain a répété que la surveillance des communications électroniques était légale et avait contribué à sauver des vies en empêchant des attentats. Il a aussi assuré à ses compatriotes que personne n'écoutait leurs appels téléphoniques.
Pour en savoir plus, notre dossier spécial sur l'affaire Prism.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
BMW corrige une faille de sécurité qui touchait 2 millions de voitures
L'Olympique de Marseille victime d'une arnaque au faux virement [MAJ]
Le chiffrement, nouvelle cible à abattre des gouvernants européens
Contre les terroristes, les espions canadiens surveillent tout ce que vous téléchargez
Blackphone, le smartphone anti-NSA sécurisé, hacké via un simple SMS
Ghost, la faille critique qui permet de prendre le contrôle des systèmes Linux
Une faille permet de pirater les drones Parrot à distance
Lizard Squad pirate Malaysia Airlines et fait preuve d'un humour douteux
Comment la NSA dénature le DNS pour espionner particuliers et entreprises
Vidéo : une enfant hacke un hotspot Wifi en 11 minutes
Découvrez la salle informatique mobile de l’Armée de terre
Google révèle trois failles zero-day critiques dans Mac OS X
Kim Dotcom lance MegaChat, la messagerie instantanée chiffrée qui veut détrôner Skype
Un hack de Siri pourrait aboutir au vol des données stockées sur votre iPhone
Manuel Valls veut renforcer les « cyberpatrouilles »
L’Armée électronique syrienne a piraté le compte Twitter du journal Le Monde [MAJ]
Cybercriminalité: Cazeneuve veut «responsabiliser» les acteurs du Net
Selon l’ANSSI, les hackers djihadistes sont « de faible niveau »
Et les plus mauvais mots de passe de l’année sont…
Cyberattaques pro et anti Charlie Hebdo : premier bilan et inquiétudes