En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Business

Logiciel Chorus : une erreur humaine avait provoqué la panne géante

A l'arrêt depuis 4 jours, le logiciel qui gère les dépenses de l'Etat, refonctionne. L'alarme incendie avait été déclenchée par erreur, affectant la salle informatique.

laisser un avis
Le logiciel informatique Chorus, qui gère la comptabilité de l'Etat et qui était à l'arrêt depuis le 19 juin 2013 fonctionne de nouveau depuis ce lundi 24 juin, ont indiqué les services de Bercy.
Chorus permet de gérer la dépense de l'Etat (environ un milliard d'euros par jour), les recettes non fiscales et la comptabilité de l'Etat. Il est utilisé au quotidien par environ 35 000 fonctionnaires et avait été victime mercredi d'un "accident matériel" survenu dans le centre d'hébergement de son infrastructure technique.
L'Agence pour l'informatique financière de l'Etat (Aife), qui pilote le programme Chorus, évoque « un incident exceptionnel, provoqué par une erreur dans l'intervention d'un sous-traitant de Bull, qui a entraîné une réaction en
chaîne et notamment le déclenchement du système anti-incendie dans la salle de production où étaient hébergés les serveurs ».
On savait déjà qu'une baie de stockage de données avait été mise hors service dans un des centres informatiques utilisés pour héberger l'infrastructure informatique nécessaire au fonctionnement de Chorus, sans en connaître la cause.

Bull est mis en cause, via un de ses sous-traitants

« Le système gérant les échanges de fichiers n'a toutefois cessé à aucun moment de fonctionner et les travaux du week-end ont permis de traiter la quasi-totalité des flux envoyés en instance. Un fichier de 13.400 virements pour un montant de 181 millions d'euros a été confectionné ce week-end et remis à la Banque de France ce lundi matin afin de payer immédiatement les factures en instance depuis mercredi »
L'Aife indique qu'elle va  « maintenant poursuivre le règlement de l'incident sur le plan juridique et financier avec son prestataire, la société Bull ».
Bull avait été retenu en 2007 par l’Agence pour l’Informatique Financière de l’État pour fournir les services d’infrastructure et de sécurité du programme Chorus.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'Etat va rationaliser son informatique pour faire des économies
Surveillance du Net : en quoi la loi de programmation militaire pose problème
Les ministères priés par Matignon d'ouvrir leurs données publiques
Choc de "simplification" : l'Etat étoffe le volet numérique
Le numérique, parent pauvre des 12 milliards d'investissements d'avenir
Impôt : la télédéclaration pourrait devenir obligatoire... pour certains
La Poste touchée par la même panne que Chorus
Logiciel Chorus : une erreur humaine a provoqué la panne géante
Chorus, le logiciel de comptabilité de l'Etat, ne répond plus
Les fournisseurs de l’Etat pourront envoyer leurs factures en PDF
La DSI de l’Etat fait le bilan de deux ans d’activité
Jacques Marzin (Disic). Un roc à la tête de la DSI de l'État
L’Etat va lancer son cloud privé en septembre
La France veut innover et crée… une nouvelle commission
Jacques Marzin (Disic) : « Nous transformons le SI de l’Etat dans un contexte de grande rigueur budgétaire »
Bouygues Telecom payera 1% de son chiffre d’affaires 4G à l’Etat
Coup d’envoi pour le Réseau interministériel de l’Etat
Une étude liste 25 pays qui espionnent leurs citoyens, avec quelques surprises
Quand les nouvelles technologies bouleversent le travail des fonctionnaires