En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Un ado se sert d'Internet pour créer un outil de dépistage du cancer du pancréas

La valeur n'attend pas le nombre des années ! Un jeune de 16 ans a conçu un système pour détecter le cancer du pancréas grâce à Google et Wikipedia.

laisser un avis
Après la génération Y, voici la génération Z ! Jack Andraka, un adolescent de 16 ans que rien ne prédestinait à la médecine, a raconté lors d'une conférence en Californie (ouest des Etats-Unis) comment il avait mis au point, grâce à Internet, un outil bon marché de dépistage du cancer du pancréas.
« Grâce à Internet, tout est possible. On peut faire tellement plus de choses que mettre en ligne des photos de soi-même en train de faire la grimace, a-t-il déclaré à l'occasion de la prestigieuse Conférence TED de Long Beach (Etats-Unis). Si un adolescent de 15 ans qui ne savait même pas ce qu'était le pancréas a pu trouver un moyen de détecter le cancer (de cet organe), imaginez ce que vous pourriez faire. »
L'adolescent a raconté comment il avait commencé à s'intéresser au cancer du pancréas il y a trois ans, après qu'un membre de sa famille y eut succombé. Il découvre alors que c'est un cancer généralement détecté trop tard pour sauver les patients et que le test de dépistage a été mis au point il y a soixante ans. Autres inconvénients : il est cher et peu fiable !
Il s'est alors tourné vers « les deux meilleurs amis d'un adolescent : Google et Wikipédia » et a découvert que des milliers de protéines pouvaient être détectées dans le sang d'une personne atteinte d'un cancer du pancréas. Il en identifie finalement une – la mesotheline – qui pourrait servir de signal d'alarme et met au point une recette pour fabriquer un test sanguin en papier, « aussi simple qu'une recette de cookies au chocolat ».
Le test coûte trois cents, prend quelques minutes et serait fiable à 100 % selon le jeune homme, qui poursuit désormais ses recherches à l'université Johns Hopkins, à Baltimore. Sa découverte lui a valu le Grand Prix 2012 de l'Intel International Science and Engineering Fair. Il espère maintenant appliquer son test à d'autres formes de cancers et maladies mortelles.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Retour sur les annonces Google : Android 5 et les Nexus 6 et 9 (vidéo)
01LIVE HEBDO #31 : le debrief de l'actu high-tech 18h-18h30 (vidéo replay)
Le Nexus 6 de Google en images
Nexus 9 : Google officialise sa tablette sous Lollipop
IFA 2014 : que peut-on faire avec la télévision sous Android ? (vidéo du jour)
Amazon concurrencerait Google dans la publicité en ligne
Google met la main sur JetPac, une application de « city guides »
Google s’introduit dans les salles de classe
Test de l'Awox StriimCast SC-W : l'alternative peu convaincante au ChromeCast (vidéo)
Google va investir 100 millions de dollars dans les startups européennes
01 Replay : Oracle, fuite de données, qualité des réseaux 3G, revivez l'actualité de la semaine
JTech 191 : Google I/O, montre Withings, Samsung Galaxy Tab S et photophones (vidéo)
01LIVE HEBDO #21 : montres connectées, opérateurs mobiles, French Tech (vidéo)
Au fait, c’est quoi Google I/O ?
Grand Talk : spéciale keynote Google I/O (vidéo replay)
Google choisit pour vous vos prochaines vacances
Google veut donner plus de visibilité aux PME sur le web
Les prochaines conférences TedGlobal se dérouleront à Rio de Janeiro
Comment la DCRI fait la promotion d'un article Wikipedia qu'elle voulait supprimer