En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Le service GPS européen prêt pour des tests

Galileo a mis sur orbite son 3e et 4e satellite. Les tests techniques vont débuter sur ce noyau du futur service européen de géolocalisation prévu en 2014.

laisser un avis
agrandir la photo
Les troisième et quatrième satellites du système européen de géolocalisation et de navigation Galileo ont été mis sur orbite aujourd'hui lundi 15 octobre. Ils avaient été lancés par une fusée Soyouz, depuis la base spatiale de Kourou (Guyane), le week-end dernier. Ils rejoignent en orbite, à près de 23 200 km d'altitude, leurs deux prédécesseurs, lancés il y a un an. Les satellites ont été fabriqués par un consortium dirigé par le maître d’œuvre Astrium, Thales Alenia Space étant responsable de l’assemblage, de l’intégration et des essais.
Mais, ils vont surtout permettre d'avancer la phase cruciale de validation et d'essai du programme européen Galileo, dont les services doivent débuter courant 2014. Cette mini-constellation de quatre satellites sert en effet de validation du concept d’ensemble du projet européen de constellation. Celle-ci sera étofée d'ici 2014, avec 18 satellites en orbite, permettant le démarrage des services initiaux de géolocalisation.
Directement concurrents du service américain GPS, Galileo doit fournir à terme une couverture mondiale ainsi qu'une meilleure précision (jusqu’à 1 m au lieu de 10 à 20 m pour le GPS) grâce à une constellation plus nombreuse et à son orbite plus élevée. Intégralement financée par la Commission européenne, la constellation sera composée, à terme, de 30 satellites et de l’infrastructure de pilotage et de supervision au sol associée.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Géolocalisation: les députés votent le projet de loi, modifiant le texte du Sénat
Géolocalisation: la CNIL demande des modifications sur le projet de loi
Géolocalisation: l'Assemblée nationale modifie la loi votée par le Sénat
Géolocalisation : le projet de loi voté et amendé par le Sénat
Géolocalisation: le projet de loi inquiète, en visant tout objet connecté
Pour avoir refusé de coopérer, quatre entreprises épinglées par la Cnil
La géolocalisation de mobile par la police sera encadrée par la loi en 2014
Gaïa, nouveau télescope européen, va cartographier la Voie Lactée en 3D
Google: la géolocalisation de mobile Android devient une appli sur Play
La géolocalisation met le feu aux poudres chez Xerox
Opposés à la géolocalisation, les techniciens de Xerox se mettent en grève illimitée
La géolocalisation de suspects par la police doit être encadrée par un juge
Bruxelles promeut les offres d'accès Internet par satellite en Europe
Mappy a numérisé 24 000 points de vente en France
Le site Reviser-sa-voiture.com arrive sur Plyce
Sigma-RH met la géolocalisation au service des RH
Une application mobile pour ramener le consommateur en magasin
GPS: le service européen Galileo réussit son premier test technique
O3b Netwoks lance ses satellites pour l'Internet des pays émergents