En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Business

Google rallonge sa liste noire antipiratage

Le moteur exclut de sa fonction d’autocomplétion certains termes, comme KickassTorrents, Btmon ou ExtraTorrent. Mais les pages Web correspondantes figurent toujours dans son index.

laisser un avis
Ce n’est pas encore du filtrage, mais ça y ressemble. Depuis le début de l’année, Google écarte de sa fonction d’autocomplétion certains mots-clés liés au téléchargement illicite. Ces termes ne sont plus suggérés aux internautes au fur et à mesure qu’ils les saisissent dans le champ de recherche du moteur. C’est par exemple le cas de « rapidshare ».
« Rapidshare » n'est plus suggéré et n'apparaît que quand toutes les lettres ont été saisies.
agrandir la photo
La liste des expressions ainsi « blacklistées » vient d'être rallongée, a remarqué TorrentFreak. Des sites de référence pour le téléchargement BitTorrent en font désormais partie. C’est le cas de Sumotorrent, KickassTorrents, ExtraTorrent ou encore Btmon. Faut-il pour autant parler de censure ? On en est encore bien loin. Car ces sites Web n’ont pas disparu de l’index de Google. Ils figurent bel et bien dans les résultats du moteur de recherche.
La question de la légitimité d'une telle initiative, non encadrée par la justice, se pose néanmoins, d'autant plus que Google peut ainsi diminuer la visibilité de sociétés commerciales comme Rapidshare, dont l'activité est légale.
Avec cette mesure, l'américain fait un petit geste envers les ayants droit, qui l’ont souvent accusé de laxisme dans la lutte antipiratage. Il a d’ailleurs affirmé à TorrenFreak que la disparition de certains termes dans son algorithme d’autocomplétion réduisait le téléchargement illicite. Vraiment ?

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Heartbleed : que faire face à la faille de sécurité qui fait mal au coeur ? (vidéo)
Projet Ara, le smartphone modulable de Google commence à prendre corps
Cloud : Apple est le bon élève vert, Twitter et Amazon portent le bonnet d’âne
Google lancera bientôt son Google Bike, un vélo autonome
JTech 177 : Chromecast, Raquette connectée Babolat, Qobuz, choisir son imprimante (Vidéo)
Google monte au créneau pour défendre ses Glass
Larry Page, PDG de Google : « J’essaie de me concentrer sur ce que sera le futur »
Test Chromecast : points forts et points faibles de la clé TV Google (vidéo)
Google lance Chromecast en France et (re)part à l’assaut de la télévision
Popcorn Time, le nouveau cauchemar de Hollywood (Vidéo)
Popcorn Time, le « Netflix » pirate, n’est plus en ligne, mais n’est pas mort…
Google et LG pourraient sortir une smartwatch sous Android à l’automne
Marc Fiorentino : "Les valeurs technologiques américaines n'ont jamais connu une telle flambée"
Google encourage à créer des applis pour Android sur les appareils wearables
Drones Facebook contre ballons Google : la bataille de l'Internet du ciel (Vidéo)
Google Ara : un smartphone en kit, pour quoi faire ? (Vidéo)
Projet Ara, le smartphone modulable de Google sera vendu à partir de 50 dollars
Google lance un fonds de 300 millions pour aider les startups matures
Microsoft : Cortana, le concurrent de Siri, sera intégré à Windows Phone 8.1
Projet Tango, Google dévoile un smartphone qui cartographie notre monde en 3D