En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Google rallonge sa liste noire antipiratage

Le moteur exclut de sa fonction d’autocomplétion certains termes, comme KickassTorrents, Btmon ou ExtraTorrent. Mais les pages Web correspondantes figurent toujours dans son index.

laisser un avis
Ce n’est pas encore du filtrage, mais ça y ressemble. Depuis le début de l’année, Google écarte de sa fonction d’autocomplétion certains mots-clés liés au téléchargement illicite. Ces termes ne sont plus suggérés aux internautes au fur et à mesure qu’ils les saisissent dans le champ de recherche du moteur. C’est par exemple le cas de « rapidshare ».
« Rapidshare » n'est plus suggéré et n'apparaît que quand toutes les lettres ont été saisies.
agrandir la photo
La liste des expressions ainsi « blacklistées » vient d'être rallongée, a remarqué TorrentFreak. Des sites de référence pour le téléchargement BitTorrent en font désormais partie. C’est le cas de Sumotorrent, KickassTorrents, ExtraTorrent ou encore Btmon. Faut-il pour autant parler de censure ? On en est encore bien loin. Car ces sites Web n’ont pas disparu de l’index de Google. Ils figurent bel et bien dans les résultats du moteur de recherche.
La question de la légitimité d'une telle initiative, non encadrée par la justice, se pose néanmoins, d'autant plus que Google peut ainsi diminuer la visibilité de sociétés commerciales comme Rapidshare, dont l'activité est légale.
Avec cette mesure, l'américain fait un petit geste envers les ayants droit, qui l’ont souvent accusé de laxisme dans la lutte antipiratage. Il a d’ailleurs affirmé à TorrenFreak que la disparition de certains termes dans son algorithme d’autocomplétion réduisait le téléchargement illicite. Vraiment ?

envoyer
par mail
imprimer
l'article


Newsletter 01net. Actus

@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Google Nexus Player : enfin un boîtier Android TV qui tient la route ?(vidéo)
Google lance un service de stockage low cost pour données peu utilisées
Prise en main de la nouvelle Freebox mini 4K (vidéo)
MWC 2015 : ARA Project, le téléphone modulaire de Google, se dévoile (vidéo)
Google utilise le crowdfunding pour financer ses revendeurs
Gmail : activer le volet de prévisualisation des e-mails
JTech 215 : Windows 10, Box Miami, ultrabook, hoverboard (vidéo)
Google s’invite dans les télécommunications (vidéo du jour)
Best Of 2014 : revivez les débuts de Firefox 10 ans après (vidéo du jour)
Watermarking : toutes les marques ne se valent pas
Le renseignement économique doit devenir une priorité des services secrets
Google Nexus 6 : que vaut la première "phablette" sous Lollipop ? (vidéo)
Google est-il trop puissant en Europe ? (vidéo)
Google Pigeon, ou comment le SEO local prend son envol !
Doctolib, le « Google de la santé », lève 4 millions d’euros
N’enterrons pas trop vite les Google Glass
Avec Contributor, Google veut financer les éditeurs web par le don
Les 5 nouveautés d’Android 5.0 Lollipop (vidéo du jour)
JTech 206 : Firefox, smartphones bon marché, Nexus 9, jouets high-tech (vidéo)
Google fournit gratuitement sa boîte à outils aux associations