En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Business

Mais au fait, c'est quoi un smartphone ?

Comment différencier un smartphone d'un téléphone traditionnel ? Question difficile, tant les différences sont parfois minimes. Tentative de définition.

Avant de désosser les smartphones, il est essentiel de comprendre ce que sont ces mobiles. Littéralement, smartphone signifie “ téléphone intelligent ” : ce sont des modèles proposant plus de fonctions que les téléphones standards, par exemple la réception et l'envoi de courriels, la gestion de son emploi du temps ou l'accès à Internet, et synchronisables avec un ordinateur. Mais est-ce suffisant pour créer une classification, sachant que de nombreux mobiles actuels proposent bien plus que l'appel de ses contacts ?
Le hic, c'est que l'industrie de la téléphonie elle-même a des difficultés à s'entendre sur une définition précise et commune de ces mobiles haut de gamme. À défaut, on peut toujours définir quelques traits similaires qui permettent au moins de délimiter le terrain. Tout en gardant à l'esprit qu'il y a des exceptions et que ces contours bougent très rapidement : le smartphone d'il y a trois ans n'a pas grand-chose à voir avec un modèle actuel, qui sera, lui aussi, sans nul doute bien différent d'un smartphone du futur…

Des éléments contradictoires

Généralement, les smartphones possèdent un écran de grande taille (3 pouces et plus, soit 7,6 cm), souvent supérieure à celle des téléphones traditionnels. Mais pas toujours… Des modèles comme le KP500 de LG, qui n'est pas considéré comme un smartphone, ont un écran presque aussi grand que celui de l'iPhone ! Et ce n'est pas un cas isolé. L'exception inverse existe aussi, comme chez Nokia où de nombreux smartphones des gammes Nseries et Eseries ont un écran assez étriqué (2,4 pouces, soit 6,1 cm). Le côté tactile n'est pas non plus un facteur déterminant : bien que de nombreux smartphones en bénéficient, cette particularité se répand et se retrouve sur des téléphones de niveau de gammes différents. Sans compter que la majorité des Blackberry, smartphones par excellence, ne sont pas tactiles… Enfin, vu le pedigree très pro du smartphone, la présence d'un clavier Azerty complet est quasiment obligatoire. Là, deux possibilités : soit le clavier est physique, placé en façade ou sous une façade coulissante ; soit il est virtuel, s'affichant à l'écran lors de la saisie. Les modèles se contentant d'un simple clavier numérique sont rares.

Un OS suffisamment ouvert

Le seul critère sur lequel existe un consensus est le système d'exploitation. Aujourd'hui, celui d'un smartphone se doit d'être “ ouvert ”. Qu'est-ce que cela recouvre ? Plusieurs OS mobiles actuels sont véritablement open source : c'est le cas d'Android de l'Open Hands et Alliance (établie par Google avec une cinquantaine de partenaires), et de WebOS de Palm (utilisé sur le Pre et le Pixi, toujours indisponibles dans l'Hexagone), dont le code source est mis à la disposition des développeurs. Symbian, le système qui anime certains téléphones de Nokia et de Sony Ericsson, est en phase de transition vers un modèle open source.
Les OS des Blackberry et de l'iPhone, tout comme Windows Mobile, sont eux considérés comme fermés. Mais ils pratiquent une autre forme d'ouverture, avec des outils de développement pour mettre au point des logiciels additionnels et, plus récemment, des plates-formes pour vendre et télécharger ces programmes directement sur les smartphones. C'est ce qui les sépare des OS propriétaires qui équipent certains téléphones évolués de Samsung ou de LG, par exemple.
De nombreux téléphones sont capables d'effectuer – plus ou moins bien – les mêmes tâches bureautiques que celles dédiées aux smartphones il y a quelques années. Subtile différence : le smartphone n'est pas limité au niveau du nombre de messages et de contacts qu'il est capable d'accueillir. Parallèlement, le smartphone est devenu, à l'image des téléphones classiques, un peu moins sérieux, s'ouvrant aux loisirs multimédias tels que la musique, la vidéo, la photo, ainsi qu'à la géolocalisation. Bref, le smartphone accroît son pouvoir de séduction…

À savoir

Le secteur des smartphones n'intéresse pas que les acteurs de la téléphonie mobile. Acer vient ainsi de lancer ses modèles et Dell devrait en commercialiser aussi en 2010, fonctionnant sous Android.

Frédéric Patissier, chef de groupe marketing en charge des contenus mobiles chez GfK

À la loupe : Les principaux types de smartphones

Les modèles à clavier complet fixe

Pour répondre à un e-mail ou envoyer un SMS, voire tchater, difficile de faire mieux qu'un clavier Azerty complet. Un certain nombre de smartphones sont équipés d'un tel clavier, placé à l'avant, sous l'écran – dont la taille peut ainsi être amputée afin de réduire l'encombrement global de l'appareil. Les lettres sont disposées dans le même ordre que sur un clavier Azerty d'ordinateur et se voient généralement attribuer des caractères additionnels (signes de ponctuation, chiffres…) accessibles par combinaison de touches. Un peu d'expérience est tout de même nécessaire pour une frappe rapide… surtout, vu la taille des touches, si vous avez de grosses mains.

Exemples : Blackberry Bold et Curve, Nokia E63, E71 et E72, Samsung Omnia Pro B7330, HTC Snap…

Les plus

Adapté aux messageries
Confort de saisie

Les moins

Taille de l'écran
Gros doigts s'abstenir

Les modèles à clavier complet coulissant

Comment disposer d'un écran de grande taille et d'un clavier Azerty complet sans transformer le smartphone en produit encombrant ? Par exemple, en “ cachant ” le clavier physique sous l'écran, et en le faisant coulisser pour accéder aux touches au moment de saisir du texte. Même principe qu'avec la catégorie précédente, chaque lettre possède sa touche dédiée ; celles-ci sont toutefois plus grandes, ce qui procure un confort accru lors de la saisie. Autre point fort, ils sont aussi dotés d'un écran tactile : c'est un peu le meilleur des deux mondes. Attention toutefois au système coulissant dont la qualité est variable et qui peut se détériorer.

Exemples : Nokia N97 et N97 mini, HTC Dream, Sony Ericsson Xperia X2, Motorola Dext, LG GW620…

Les plus

Grand écran tactile
Confort de saisie

Les moins

Épaisseur et poids plus élevés

Les modèles à clavier numérique

Ces modèles, assez peu nombreux, servent d'intermédiaire entre les mobiles traditionnels et les smartphones. Des premiers, ils héritent du clavier numérique simple (guère pratique pour entrer du texte, malgré les systèmes de plus en plus sophistiqués de saisie prédictive), d'un écran souvent de taille modeste et d'un volume assez restreint ; des seconds, ils bénéficient du système d'exploitation avancé et évolutif, ainsi que de la richesse fonctionnelle. De notre point de vue, après différentes prises en main, ce ne sont pas les plus agréables à utiliser ; les riches menus des OS mobiles s'accommodent assez mal des écrans étriqués de ces modèles, tout comme la navigation Web.

Exemples : Acer beTouch E200, Blackberry Pearl et Pearl Flip, Nokia E55, N79, N82…

Les plus

Compacité

Les moins

Saisie peu pratique, type SMS
Écran parfois réduit

Les modèles tout tactile

C'est aujourd'hui la gamme de smartphones la plus répandue. Pas un fabricant qui ne propose son modèle tactile, y compris Blackberry et Nokia ! Le pilotage se fait de plus en plus au doigt ; même Windows Mobile a été amélioré pour se passer de stylet (seulement en partie, certains menus n'ayant pas encore été correctement adaptés). Quelques touches physiques donnent accès à des fonctions de base ; le clavier est virtuel et s'affiche à l'écran au moment de la saisie d'un texte. Ce système profite aussi de l'accéléromètre embarqué dans le téléphone : lorsque l'appareil est en mode paysage, le clavier bascule lui aussi, affichant des touches plus grandes.

Exemples : Apple iPhone, Blackberry Storm et Storm 2, HTC Hero, HD2 et Tatoo, Samsung Galaxy et Omnia II, Toshiba TG01…

Les plus

Interfaces souvent intuitives
Design épuré

Les moins

Saisie de texte moins rapide

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'enquête du FBI sur les fuites autour de Stuxnet menace libertés et transparence
Plaidoyer pour un renouveau du numérique en France
Un Mondial en demi-teinte
Audi MMI GPS Advanced : le top des systèmes de navigation embarqués
Clarion NX302E : un pack multimédia complet et abordable
Mercedes Comand Online : l’étoile revient dans la course
Volkswagen maps+more : GPS amovible et coach d’écoconduite
Citroën eMyWay / Peugeot WipNav
Renault Carminat TomTom Live : Renault Carminat TomTom Live le meilleur système d’informations trafic
Ford GPS Le multimédia pour tous
Le salon de tous les paradoxes
Dacia, la star du Mondial ?
Les caméras GoPro se mettent à la 3D
L’application d'alerte aux flashs d'Inforad débarque sur iPhone
Les utilisateurs d’avertisseurs de radars n’ont pas grand-chose à craindre
La technologie se démocratise
Au Mondial, le luxe fait toujours recette
Les électriques et les hybrides font enfin rêver
L’interface multimédia d’Audi accède désormais à Facebook
Nvidia présente les tableaux de bords du futur