En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

La Suisse attaque Google Street View en justice (MAJ)

Le préposé fédéral à la protection des données porte l'affaire devant le tribunal administratif fédéral, Google n'ayant pas répondu à ses exigences en matière de respect de la sphère privée.

laisser un avis

Mise à jour le 13 novembre 2009

agrandir la photo

Google Street View ne passe décidément pas chez nos voisins hélvètes. Le préposé fédéral à la protection des données, Hanspeter Thür, a décidé de porter le dossier devant le tribunal administratif fédéral, du fait des efforts insuffisants de l'entreprise américaine pour mieux respecter la sphère privée.

Dans un communiqué, le préposé souligne que Street View « laisse trop à voir du point de vue de la protection des données : visages et plaques d'immatriculation ne sont pas suffisamment floutés ou alors des personnes sont montrées dans des environnements sensibles, par exemple devant un hôpital, une prison ou une école ». Il avait émis en septembre une recommandation, pour demander des modifications à Google. Qui a rejeté « en grande partie » les exigences du préposé dans une réponse à la mi-octobre.

Dans sa recommandation, ce dernier mentionnait aussi « une hauteur des caméras montées sur les véhicules de Google » jugée inadéquate. « Elle permet de voir par-dessus les haies et les murets de jardins privés bien mieux qu'un passant ordinaire ne le pourrait depuis la rue. La sphère privée n'est ainsi plus garantie dans les jardins et les cours clôturés. »

Première publication le 24 août 2009
La Suisse menace de fermeture Google Street View
Estimant qu'il porte atteinte à la vie privée, le préposé fédéral à la protection des données réclame la suspension du service de Google en Suisse.
Street View est encore une fois sur la sellette. Après la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) en France, c'est au tour du préposé suisse à la protection des données et à la transparence de s'émouvoir des risques d'atteinte à la vie privée engendrés par Google Street View. La réaction des autorités helvétiques aura été rapide puisque le service avait été inauguré il y a quelques jours seulement.
Pour alimenter en images panoramiques son service de cartographie, Google Maps, le moteur de recherche équipe voitures et tricycles de caméras afin de prendre en photo les avenues et ruelles des plus grandes villes de la planète. Mais ce programme suscite parfois la colère des passants ou des propriétaires des habitations dont les images se retrouvent sur Google Maps grâce à Street View.

Des procédés de floutage pas toujours efficaces

Selon un communiqué des services de Hanspeter Thür, le préposé fédéral à la protection des données, « les nombreuses informations reçues du public et les recherches qu'il a effectuées lui-même démontrent que Google Street View ne respecte pas les conditions fixées par [la Suisse] pour la protection de la vie privée ». De nombreux visages ou plaques d'immatriculation seraient insuffisamment voire absolument pas « floutés ».
A la suite des diverses plaintes émanant de ses utilisateurs, Google a développé un système de reconnaissance des visages et des plaques d'immatriculation chargé de les rendre non identifiables. Malheureusement, certains échappent au logiciel, comme le montre une rapide balade virtuelle dans Street View.
La Suisse indique d'ores et déjà que, si ce programme n'était pas assez efficace, elle prendrait « les mesures nécessaires pour assurer la protection des données », sans toutefois donner plus de détails. Hanspeter Thür devrait rencontrer les représentants de Google en Suisse cette semaine. Ce lundi 24 août, Google Street View était toujours accessible.
Sur leur site Internet, les services du préposé à la protection des données ont mis en place une foire aux questions (FAQ) pour permettre aux citoyens suisses d'appréhender Street View. Y est rappelée la procédure mise en place par Google pour rendre anonymes les photographies des passants et des plaques minéralogiques.
Le géant de l'Internet s'est dit prêt à supprimer les façades des habitations de ses images si les propriétaires concernés lui en font la demande. Des procédures qui ne sont pas toujours suivies, à en croire la Cnil. Au début du mois d'août, l'organisme rappelait avoir reçu des dizaines de plaintes contre le service de Google, comme celle d'une famille qui, faute d'avoir été écoutée par l'américain, s'est tournée vers la Commission. Une vue de l'arrière de leur domicile, où apparaissait leur fille mineure, était accessible depuis le service.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Olféo : sécuriser les communications en respectant la vie privée
Vie privée : la CNIL alerte les détenteurs d'un compte Paypal
Facebook : les publications des mineurs sont un peu plus protégées
Vie privée : la CNIL s'intéresse aux puces sans contact
Données privées, Google n’a plus que trois jours pour respecter le droit français
AT&T brevette la mise sur écoute des connexions au Net pour protéger le copyright
Près d’un Français sur deux ne se déconnectera pas durant les vacances
Bitdefender : iOS ou Android, lequel respecte moins notre vie privée ?
La plus haute tour du monde s'affiche dans Street View
Groupe Hardis signe la charte de la parentalité
Edward Snowden, l’homme par qui le scandale PRISM est arrivé
PRISM : Barack Obama veut trouver un compromis entre sécurité et vie privée
Eric Schmidt : « Les erreurs des ados les poursuivront toute leur vie »
Vie privée en ligne, faites plus confiance à Twitter qu’à Apple, Yahoo ou Google
Point de vue : Facebook Home, le smartphone par le petit bout de la lorgnette
Alma Whitten, la responsable « vie privée » de Google, démissionne
Google : 7 millions de dollars d'amende pour des données recueillies abusivement
Street View : Google versera sept millions de dollars aux Etats américains
Europe : les lobbys américains amenuisent la protection de nos données privées
Vie privée : Microsoft publie deux vidéos pour attaquer Gmail