En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Hadopi : et maintenant, les amendes... (MAJ)

Le texte complémentaire au projet de loi Hadopi a été présenté en Conseil de ministres ce matin. Selon La Tribune, cette Hadopi 2 prévoit des amendes de 5e catégorie pour piratage, en plus de la déconnexion.

laisser un avis

Le ministère de la Justice prend le relais

agrandir la photo

Comme prévu, le texte de loi complémentaire à l'Hadopi a été présenté en Conseil des ministres ce mercredi 24 juin 2009. C'est la nouvelle garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, qui s'en est chargée, alors que le texte a été concocté au ministère de la Culture, désormais sous la houlette de Frédéric Mitterrand.

Ce projet de loi, qui comprend cinq articles, vise à compléter l'action préventive de l'Hadopi (envoi de messages d'avertissement) par un dispositif pénal dissuasif qui tient compte de la censure du Conseil constitutionnel. « Il permet à la justice de recourir à des procédures simplifiées pour prononcer des sanctions contre les auteurs de téléchargements illicites. Un traitement rapide et efficace du contentieux sera ainsi assuré par la voie d'ordonnances pénales et devant le tribunal correctionnel siégeant à juge unique », indique le compte rendu du Conseil des ministres. Ces ordonnances pénales pourraient prendre la forme d'une amende, comme cela était attendu (lire ci-dessous).

En cas de contestation, l'internaute pourrait avoir à se présenter à une audience devant un magistrat pour un nouveau jugement, avec le risque de voir sa peine aggravée. Le communiqué du Conseil indique en effet que le texte en préparation introduit une peine de suspension de l'abonnement à Internet, mais sans préciser dans quel cadre cette sanction pourra être appliquée. Le projet de loi doit être examiné au Parlement avant la fin du mois de juillet.

Article mis à jour à 15h30

La censure partielle de la loi Création et Internet par le Conseil constitutionnel le 10 juin dernier avait sonné comme une victoire pour ses opposants. Ils vivront peut-être comme un retour de bâton les nouveaux projets du gouvernement pour compléter ce texte, Nicolas Sarkozy ayant annoncé à Versailles vouloir « aller jusqu'au bout ».
Un projet de décret d'application de Hadopi 2 aurait été soumis au Conseil d'Etat en début de semaine selon La Tribune. En plus de la déconnexion, qui devra être prononcée par un juge et non plus par l'Hadopi, comme le cadre le « texte bis », le gouvernement envisage d'après le quotidien économique des amendes de 5e catégorie, allant jusqu'à 1 500 euros (3 000 euros en cas de récidive).
Ces amendes, jusqu'ici catégoriquement écartées par Christine Albanel, concerneraient l'internaute qui, après réception de courriels d'avertissement, continuera de se livrer à du téléchargement illégal ou aura « laissé par négligence, au moyen de son accès Internet, un tiers commettre une contrefaçon ». Une mention qui renvoie à l'obligation de surveillance de la ligne prévue par la loi initiale et permet donc l'envoi d'amende à un internaute, même si la culpabilité de ce dernier n'est pas avérée.

Traitement de masse

Le gouvernement semble donc avoir trouvé une solution pratique - et qui évacue les contraintes techniques - pour traiter en masse les infractions. On se retrouve ici dans le cas des infractions de la route, où c'est le propriétaire du véhicule qui reçoit la contravention.
Est-ce de la présomption de culpabilité ? Oui, clairement, mais le Conseil constitutionnel avait laissé ouverte cette possibilité dans sa décision du 10 juin dernier : « Il en résulte qu'en principe le législateur ne saurait instituer de présomption de culpabilité en matière répressive ; que, toutefois, à titre exceptionnel, de telles présomptions peuvent être établies, notamment en matière contraventionnelle », sous certaines conditions (droit de contestation, respect des droits de la défense...)

Une riposte graduée à trois détentes

En clair : le Conseil dit non à la présomption de culpabilité pour déconnecter un internaute, mais oui s'il s'agit de simples contraventions. En revanche, la déconnexion ne pourrait être prononcée que par un juge après des faits de piratage avérés et donc une enquête.
On s'oriente donc vers un régime de sanction à trois détentes : des courriels d'avertissement, des amendes et la déconnexion. La riposte graduée a changé de nature et s'en trouve durcie.
Le texte de loi complémentaire Hadopi 2 devrait être présenté aujourd'hui en Conseil des ministres. L'occasion pour Frédéric Mitterrand, qui succède officiellement à Christine Albanel d'étrenner ses habits de ministre de la Culture. Il n'aura pas le droit à un tour de chauffe, certains opposants comme la Ligue Odebi lui promettant déjà un « enfer médiatique » s'il continue le travail mené jusqu'ici dans ce dossier.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
01LIVE HEBDO #23 : le debrief de l'actu high-tech (vidéo replay)
Hadopi : le smartphone va s’imposer dans le streaming légal ou pas
Etude : le piratage ne tue pas l’industrie du divertissement
Baromètre Hadopi : les usages illicites progressent légèrement
Hadopi : la coupure de l'accès à Internet est supprimée
Réélu à la tête de la SCPP, Pascal Nègre voudrait le maintien de la Hadopi
Baromètre Hadopi : le streaming devient la principale source de consommation de biens culturels
Le CSA s'intéresserait à la régulation des app stores mobiles
Le piratage se porte toujours aussi bien en France
Hadopi : un internaute condamné à 15 jours de suspension d’Internet
Après le rapport Lescure, les salariés de l’Hadopi s’inquiètent pour leur emploi
Aurélie Filippetti confirme le rôle du CSA et la fin de la coupure Internet
Pour la Quadrature du Net, le Rapport Lescure est « un catalogue répressif »
L'Hadopi se réjouit des recommandations de la mission Lescure
Pierre Lescure liquide la Hadopi en saluant son travail
Les premières pistes du rapport Lescure avant l’annonce officielle (MAJ)
Les 75 propositions de la Mission Lescure ne seront "pas révolutionnaires"
Hadopi : l'offre culturelle légale jugée satisfaisante mais chère
Bruxelles fixe de nouvelles obligations à Facebook et à Google
Le paiement des amendes prétexte aux arnaques