En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Bureautique
Multimédia
Internet
Utilitaires
Personnaliser son pc
Loisirs
Sécurité
Logiciels Mobiles
Services en ligne
Divers

Plasma ou LCD, les clés pour bien choisir son écran

Un écran plat, vous voyez ce que c'est. Mais connaissez-vous la différence entre les technologies plasma et LCD ?

Si vous cherchez un téléviseur, il est maintenant difficile de trouver autre chose qu'un écran plat, LCD ou plasma. Mais connaissez-vous la différence entre ces deux technologies ? Il faut bien l'avouer, extérieurement, les écrans plasma et LCD se ressemblent beaucoup.

Des avantages et défauts communs

Dans un cas comme dans l'autre, l'encombrement est considérablement réduit par rapport à une TV cathodique. Alors que celle-ci mesure de 40 à 60 cm de profondeur pour une diagonale de 82 cm, les écrans LCD et plasma se limitent à une dizaine de centimètres. Autre gros avantage de ces derniers : la précision et la définition d'affichage sont considérablement accrues. Dans les tailles d'écran communes aux deux technologies, autour de 40 pouces, les définitions sont équivalentes ou assez proches (avec environ 1 280 x 720 points). Les détails des films apparaissent plus précisément... pour peu que la source soit de bonne qualité, et donc numérique : TNT, DVD, jeux vidéo ou PC de salon. Dès que la qualité se dégrade, avec une mauvaise réception analogique de la télé hertzienne, ces écrans amplifient les défauts. Il faut le savoir !
En termes de luminosité, on trouve de tout. Les LCD peuvent être faibles, convenables ou très lumineux, en fonction des lampes choisies par le fabricant pour éclairer la dalle. Les écrans plasma sont plus homogènes dans l'ensemble, avec une bonne luminosité.

Des rendus différents

On entend beaucoup parler du contraste ou du manque de contraste de certains téléviseurs. En réalité, cette mesure n'est pas totalement prépondérante dans la perception visuelle du spectateur. En effet, le contraste est mesuré en calculant le rapport de luminosité entre image blanche et image noire. Pour compenser le manque de profondeur du noir des LCD (les cristaux liquides laissent toujours passer un peu de lumière résiduelle), les constructeurs utilisent des lampes puissantes qui leur permettent d'obtenir un rapport blanc/noir plutôt favorable. Malgré cela, les images sombres affichées sur LCD sembleront toujours tirer un peu sur le gris. Les plasmas émettent aussi de la lumière dans les images noires, mais dans une moindre mesure.
Plus importante, la courbe de gamma traduit l'aptitude des écrans à reproduire les nuances les plus subtiles qui existent entre différentes couleurs. Dans ce domaine, les écrans à plasma ont un net avantage, avec des nuances de gris bien visibles dans les scènes les plus sombres. C'est cela qui généralement se traduit par ' quelle belle image, cet écran est bien contrasté ! '.
Autre avantage du plasma, son angle de vue frôle les 180 degrés dans toutes les directions, alors que le LCD se cantonne à 110 ou à 130 degrés à l'horizontal, et moins de 90 degrés à la verticale.
Alors, vous emportez un écran à plasma ? Pas forcément. Cette technologie est tout d'abord sujette au marquage. Tout comme les TV cathodiques, la dalle d'affichage peut être marquée par des images statiques lumineuses affichées pendant trop longtemps. Il faut donc éviter de choisir un plasma pour une console de jeux ou un PC de salon à l'écran de veille pas bien réglé. Les plasmas sont également soumis à un effet de fourmillement, particulièrement sur les images lumineuses.
Les dernières générations d'écrans ont assez considérablement atténué cet effet, notamment avec des filtres antibruit, mais il reste néanmoins légèrement perceptible avec un faible recul. Si votre canapé est proche du téléviseur, vous avez plutôt intérêt à vous tourner vers le LCD.

Un choix presque obligé

Et cela tombe plutôt bien. En raison des contraintes actuelles de fabrication, les écrans LCD dépassent rarement les 40 pouces (102 cm), alors que cette diagonale constitue plutôt un minimum pour le plasma, qui lui s'étend communément à 50 pouces (127 cm), voire 60 (152 cm) pour les écrans d'exception. C'est pourquoi le fourmillement ne constitue pas vraiment un problème, car avec de telles diagonales, il est bien entendu nécessaire de ne pas rester le nez sur l'écran.
A titre d'exemple, un plasma de 50 pouces demande de 3,50 m à 4 m de recul. Finalement, vous risquez peut-être de ne pas avoir le choix : pour un écran de 32 pouces ou moins, vous ne trouverez presque que des LCD. Au-delà de 40 pouces, que des plasmas. Chacun choisira en fonction de son recul, de son utilisation, et de son goût personnel. Mais rien ne remplace une visite dans un magasin et une démonstration... obligatoire !

technologie : Que se cache-t-il derrière ces écrans ?

agrandir la photo

Qu'il s'agisse d'un tube cathodique, d'un écran plasma ou d'un LCD, le principe est toujours le même. L'image est composée d'une mosaïque de petits points colorés : les pixels. Chacun d'eux décomposé en trois sous-pixels, un rouge, un vert et un bleu, qui peuvent chacun être plus ou moins lumineux. Comme ils sont très petits, on n'aperçoit pas les sous-pixels, ni même les pixels, mais le point coloré obtenu par le mélange des trois couleurs primaires. Donc, de ce côté-là, rien de neuf.

L'écran LCD est composé de plusieurs couches

1 - La première est une dalle lumineuse, qui produit de la lumière blanche.

2 - Devant cette dalle, il y en a deux autres dites ' polarisées ': elles ne laissent passer la lumière que sous un certain angle. Une première dalle bloque la lumière horizontalement et une autre verticalement.

3 - Entre ces deux plaques, on trouve des cristaux liquides. Ceux-ci ont pour intérêt de pouvoir doser la quantité de lumière qui les traverse. Il suffit de faire varier l'intensité électrique pour que les cristaux liquides forment un système de vannes à lumière.

4 - La dernière couche teinte la lumière (en rouge, vert ou bleu) dans le but d'obtenir des sous-pixels et de former une image colorée.

Dans l'écran plasma, chaque sous-pixel est une microscopique petite ampoule. Ainsi, sur un écran de 1 024 x 1 024 pixels, il y a plus de 3 millions de petites ampoules !

5 - Chaque petite ampoule est remplie d'un gaz rare, le xénon.

6 - On place des petites électrodes sur ces ampoules pour faire passer un courant électrique. Sans rentrer dans le détail, sous l'influence du champ électrique le xénon se transforme en plasma et libère des photons (de la lumière). Le problème : il s'agit de rayons UV, invisibles à l'?"il. C'est pourquoi on intègre dans ces petites ampoules un ' scintilleur ', une poudre capable de transformer un rayonnement en un autre. On peut ainsi mettre un scintilleur bleu, rouge ou vert. Trois petites ampoules, une de chaque couleur, servent donc à former un pixel pour un écran plasma. Et en faisant varier lintensité électrique, on obtient plus ou moins de lumière, et il est donc possible avec la seule combinaison des trois couleurs de les reproduire toutes.

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur