En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

UDDI : les " pages jaunes " du web rendent de meilleurs services

Indispensable au développement des services web, l'annuaire UDDI est enfin disponible IBM, Microsoft et bientôt HP le proposent sur leurs sites

Ce lancement constitue une étape déterminante pour le projet UDDI, soutenu par 36 entreprises en septembre 2000, et qui compte aujourd'hui plus de 260 membres ", claironne le communiqué de presse du projet. L'annuaire web UDDI (Universal Description, Discovery and Integration) est désormais disponible en version 1. 0 sur les sites de ses principaux concepteurs, IBM et Microsoft, et le sera bientôt sur celui de HP. L'UDDI constitue en quelque sorte les " pages jaunes " du web. Cette initiative vise à fournir un référentiel commun aux entreprises, où elles peuvent trouver des partenaires, des fournisseurs, des clients. Il s'agit de faciliter les échanges commerciaux : on est ici en plein dans le commerce B-to-B. Selon ses promoteurs, depuis l'annonce du lancement du projet à l'automne dernier, plusieurs centaines d'entreprises ont déjà testé l'annuaire, sans que soit précisé cependant leur degré de satisfaction. Autre gage de crédibilité, tous les grands noms de l'informatique (Compaq, Dell, SAP, Sun, Oracle) soutiennent désormais plus ou moins activement l'UDDI, de même que plusieurs autres sociétés industrielles ou bancaires (Boeing, American Express), alléchées par les enjeux financiers de cet annuaire.

Le service doit rester gratuit

UDDI peut s'installer sur différents systèmes d'exploitation et bases de données. S'il est disponible et maintenu sur plusieurs sites, les informations sont, évidemment, identiques, seule l'interface peut éventuellement changer : " La synchronisation est opérée plusieurs fois par jour. Il faut cependant préciser qu'une entreprise s'enregistrant à une adresse devra y retourner si elle veut apporter des modifications ", précise Marc Gardette, responsable marketing développeurs chez Microsoft France. Pour s'enregistrer, les sociétés doivent juste se connecter sur un des sites d'accueil UDDI (uddi. org), par exemple, et renseigner les champs dans la DTD spécifique.
Concrètement, UDDI permet de décrire (Description), de découvrir (Discovery) les services web et d'y accéder (Integration). Toutes ces opérations s'effectuent à partir de requêtes XML et au moyen du protocole de transport Soap (Simple Object Access Protocol), développé aussi à l'origine par Microsoft et IBM. Les registres, sous forme d'un fichier XML, contiennent trois types d'informations, regroupées dans des " pages blanches " et " pages jaunes ", auxquelles s'ajoutent des " pages vertes ". Les premières (businessEntity) constituent la fiche signalétique de l'entreprise (nom, adresse, numéro de téléphone, etc. ), tandis que les deuxièmes (businessService) indiquent sa classification, s'appuyant sur des taxinomies standards. Les " pages vertes " (bindingTemplate) fournissent une description technique des différents services offerts par l'entreprise. Typiquement, on indiquera dans cette section les diverses adresses web de ces services : la page d'accueil de l'entreprise, mais aussi celles où se trouvent ses offres d'emplois, son service après-vente, etc. À cela s'ajoutent les moyens d'accès à ces services. C'est dans cette section que sont indiquées les méthodes employées pour faire communiquer les composants applicatifs. Par exemple, pour le passage d'une commande, l'entreprise précisera qu'il faut indiquer dans un fichier XML le nom du produit, sa référence, l'adresse de livraison, le nombre d'unités, etc. En fait, les " pages vertes " constituent le c?"ur d'UDDI, puisque ce sont elles qui le différencient des annuaires traditionnels sur papier comme sur le web.
Il convient de noter qu'aucune règle n'est encore fixée quant à la tarification demandée par un opérateur à une entreprise souhaitant figurer dans l'annuaire. Pour l'instant, l'enregistrement est gratuit et " devrait le rester, déclare Marc Gardette. UDDI est à comparer à un serveur DNS : il s'agit d'un service de base, qui doit donc rester gratuit ". Au final, UDDI répertorie tous les services web : des composants applicatifs pouvant communiquer entre eux en utilisant XML. Par exemple, à la demande d'un client, une agence de voyage peut interroger l'annuaire UDDI pour trouver quelle compagnie aérienne propose un aller Paris-New York en vol fumeur. Le rôle de l'UDDI est de répertorier les entreprises et ce qu'elles proposent.
Précisons que si UDDI n'est plus en phase bêta et se veut opérationnel, la version 1. 0 n'est que la première d'une série de trois (au moins) : " Les spécifications de la version 2. 0 seront fixées d'ici à 2 mois, tandis que la version 3. 0 sortira mi-2002. C'est cette dernière que l'on pourra considérer comme réellement mature, précise Marc Gardette. D'ailleurs, nous avons l'intention de la soumettre à un organisme de normalisation, tel que l'IETF "[Internet Engineering Task Force, Ndlr].

L'analyse de Décision Micro

Promu par IBM et Microsoft, UDDI est la clé de voûte de leurs projets liés aux services web et, partant, au B-to-B de masse. Mais les questions sont encore nombreuses quant à la compatibilité d'UDDI avec les systèmes n'utilisant pas Soap et avec les DTD des autres organismes, tel ebXML de l'Oasis/UNCefact. Reste que les imprécisions relatives à l'exploitation d'UDDI laissent les entreprises dans le flou, tout au moins jusqu'à la version définitive.

UDDI : les " pages jaunes " du web rendent de meilleurs services : L'engagement de tous les grands acteurs est indispensable à l'adoption massive d'UDDI

D'abord hésitant, le troisième éditeur mondial ne pouvait passer à côté d'UDDI. " Il était important pour nous de participer à cette initiative, admet Alain Roche, directeur marketing logiciel chez HP. Il est vrai que nous avons hésité au début, parce que nous voulions être sûrs de pouvoir intégrer nos technologies e-Speak, et Blue Stone [plate-forme d'exécution de services web et serveur d'applications, Ndlr] " , poursuit Alain Roche. L'éditeur a été rassuré sur ce point par les acteurs du projet, qui annoncent que la version 3 d'UDDI sera compatible avec les technologies e-Speak. " C'est un moyen de faire adopter nos technologies, au lieu de rester dans notre coin. " En guise d'échange de bon procédé, HP a donc rallié le camp UDDI et s'est même engagé plus avant, " en mettant en place l'infrastructure. Si l'on veut qu'UDDI soit adopté, il faut que cela fonctionne bien dès le départ, afin de montrer la viabilité du projet aux entreprises. Pour cela, les grands acteurs comme IBM, Microsoft et, donc, HP doivent s'engager pour offrir une infrastructure fiable et facilement disponible ".

L'annuaire UDDI comprend des pages blanches, jaunes et vertes, Ces dernières sont essentielles pour la description détaillée des services en ligne.

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur