En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Windows Phone 7 Series : Microsoft réinvente son OS mobile

Windows Phone 7 Series : Microsoft réinvente son OS mobile
 

L'éditeur a présenté le successeur de Windows Mobile 6.5 aujourd'hui. La nouvelle version de son OS fait table rase du passé pour tenter de rattraper Apple et Android.

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

36 opinions
  • killit
    killit     

    t'as téléchargé l'application wikipedia sur l'apple store toi non ? ou alors t'es le fils caché de Guy Bedos... Tu crois qu' il y a une appli pour mesurer ta connerie aussi. Même payante je la prends celle là !

  • shrek110285
    shrek110285     

    mais on dirait qu'on oubli qu'il y a un market chez Microsoft aussi! qui permet également de rémunérer les dev. Le prélèvement effectué est sensiblement le même 70/30. La différence c'est qu'on a pas qu'une seule source de données comme chez Apple.

  • Mauchrist
    Mauchrist     

    Je n'ai pas envie ni l'intention de changer de téléphone, votre solution n'en est pas une car, c'est un changement total ! Mes finances ne le permettent pas, apparemment les vôtres sont illimités.

    Je refais ma demande différemment : pourra-t-on faire une mise à jour de 6.5 vers 7 ?
    Le reste m'importe peu, je ne dédire pas pour l'instant discuter d'autre chose.

  • necrosavant
    necrosavant     

    Enfin toujours est il que c'est bien pratique, je me considère comme un utilisateur normal, mais le fait de pouvoir faire plusieurs choses à la fois (mais pas tt le temps quand même!) est bien pratique.
    Bon sinon pour coller au sujet , je trouve que microsoft à le chic pour réinventer l'eau chaude sous un autre nom (en fait comme apple mais en moins habile), un hub...ouais! ha ok un répertoire quoi :p. Apres que microsoft soit partit d'une page blanche? heuu j'ai déjà entendu ça quelque part (pour vista?)je me souviens plus). enfin si ils arrivent à faire mieux qu'avant c'est toujours ça...

  • gaspounet
    gaspounet     

    Je résume :

    *Apple="Beurk ! J'aime pas les pommes !"

    *Mouvement des Logiciels Libres (MLL) et Mouvement de l'Open Source(MOS)="Youpi ! On est tous aveeec toaaa !!!"

    Voili voilou !

  • otodid`kt
    otodid`kt     

    Suis-je un idéaliste de penser que les développeurs ont le droit de partager entre eux leurs expériences, leurs succés, leurs difficultés et leurs déboires ? Qu'ils ont le droit de développer leurs applications sur différentes plate-formes et de les promouvoir ? La firme à la pomme que l'on reconnaîtra par l'insolent succés de son téléphone tactile, ne semble pas de cet avis. Non contente d'enfermer les développeurs dans un système clos - avec un matériel et un langage de développement propriétaires -, dans une place de marché monpolistique - avec des clauses de confidentialité drastiques et un système de validation des applications arbitraire -, elle franchit une nouvelle étape dans l'intolérance. Une brave start up américaine a eu l'idée incongrue de développer une version Android de son application. Cette dernière a eu la facheuse fortune de se rertouver finaliste d'un concours d'applications. Et, cerise sur le gâteau, cette même start up a eu l'outrecuidance de vouloir mentionner cette distinction dans la description de son application sur la fameuse place de marché. La réaction de la firme ne s'est pas fait attendre : "Retirez immédiatement de votre description les gros mots Google et Android, sinon votre application ne sera plus disponible." C'es ten clair le courrier qu'a reçu la start up. Oh, elle n'est pas rejetée, elle sera juste retirée, nuance. Autre anecdote, s'il vous prend l'envie d'insérer des publicités ciblés utilisant la géolocalisation de l'utilisateur, c'est également interdit. Après tout, si j'utilise une application de réalité augmentée et que j'ai envie de connaître le menu de tel restaurant ou le tarif de tel hôtel, quel mal y a-t-il à cela ? Apple se soucierait-il de la tranquillité de ses utilisateurs au point de bannir les publicités, source de revenus de bon nombre de déeloppeurs ? Il semblerait que la firme cherche plutôt à s'accaparer un marché colossal et juteux qu'elle d'investir suite à l'acquisition de la société Quattro Wireless, justement spécialisée dans la publicité sur mobiles ! Décidément, tout ce qui a odeur de concurrence n'est pas le bienvenu. Tiens, la firme vient de sortir une tablette tactile qui utilise le même OS, kit de développement et place de marché que le téléphone. Cette tablette aurait pu trouver de nombreux usages professionnels. Dommage, les développeurs en entreprise vont devoir se soumettre aux caprices de la diva paranoïaque.

    Pierre Tran chef d'enquête 01informatique

  • otodid`kt
    otodid`kt     

    Cette semaine, se déroule à Barcelone le plus grand salon mondial consacré aux mobiles. Porté par la vague des millions de téléchargements sur l'App Store d'Apple, on imagine un tourbillon d'applications professionnelles. Patatras ! Sorti du courriel et des SMS, le marché stagne. Les investissements des entreprises dans le domaine ont ralenti selon Gartner. La faute à la crise certes. Mais les applications mobiles professionnelles se heurtent encore à de très nombreux freins techniques, d'organisation, d'usage et de coûts. Au niveau technique, l'hétérogénéité des flotte de terminaux oblige développeurs et éditeurs à prévoir une multicompatibilité de leurs packages logiciels. Un challenge délicat, avec un renouvellement des appareils tous les neuf mois et des utilisateurs souvent enclin à acheter un mobile à titre personnel, en plus de celui octroyé par l'entreprise. Sans compter le problème de l'accès sécurisé aux systèmes d'information qui en découle. Ces aspects techniques, pourtant connus depuis des années, tardent donc à être gommés. L'autre frein majeur au développement des applications mobiles professionnelles concerne la redéfinition des processus. Fonctionner en mobilité implique une autre façon de travailler. Sans une réflexion en profondeur sur l'organisation à adopter, le "bricolage" va se poursuivre. Troisième point, tant que ces applications ne prendront pas en compte le contexte de l'utilisateur (localisation, présence, disponibilité, etc ...), le gain de sa prductivité sera limité. Dernier frein, enfin : les coûts. Les tarifs de transfert de données ou de roaming s'avèrent encore trop élevés; et obligent les entreprises à brider leurs cadres, de peur de voir la facture grimper. Quatre freins. Quatre piste d'évolution vers lesquelles il faut se tourner sans attendre. Car dans le domaine de la mobilité, les utilisateurs ont déjà pris le pouvoir.

    Frédéric Simottel - 01informatique 2027

  • Michael Ange
    Michael Ange     

    Un peu tard mais excellente initiative. C'est beau quand même l'affrontement des géants et pour le plus grand bien des consommateurs en plus, ça change ! Pour rappel, pour ceux qui avaient quelques soucies avec WS7, lol: http://www.michael-ange.com/article-comment-faire-pour-profiter-tranquillement-de-seven-sur-son-pc--38664961.html

  • Perfoura
    Perfoura     

    Ne mélange pas tout S.T.P.
    Lis plutôt l'analyse très pertinente d'"openmind" sur le sujet, plutôt que de mêler HADOPI à cela (sur laquelle je n'ai d'ailleurs pas dit un mot).
    Le concept de l'AppStore est très attractif pour le développeur car il permet une diffusion de son produit sans pareil. La dîme que prélève au passage Apple (30%) est parfaitement tolérable compte tenu du retour que l'on reçoit et du service rendu. Apple peut filter et décider d'y vendre un produit ou pas ? et alors ? c'est comme dans tout magasin mon cher.
    Donc encore une fois, reste sérieux au lieu d'aligner des arguments de bistro à 2 balles qui ne font pas avancer le sujet d'un pouce. Tu es libre de préférer bricoler ton smart phone Windows Mobile et d'y installer tes 66 millions de freeware (sans compter les sharewares ;-), mais ce n'est pas le débat ici. Merci d'avance.

  • Perfoura
    Perfoura     

    Remettons les choses à leur place : se servir du calendrier ou de son répertoire de contacts pendant un appel, l'iPhone peut le faire ! ça ne s'appelle pas du multi-tâches mais du bon sens... Ce qui n'est pas possible sur l'iPhone c'est que plusieurs applications tierces fonctionnent simultanément.

Lire la suite des opinions (36)

Votre réponse
Postez un commentaire